Entretien avec Philippe Bilger L’action de Christiane Taubira est demeurée somptueusement verbale !

Publié le 13 Février 2014

L’indépendance de la justice est un terme devenu mantra. Jusqu’à quel point cette même justice peut-elle être indépendante vis-à-vis du pouvoir politique ?

Vaste question. Je crois néanmoins qu’il est possible d’avoir des magistrats indépendants du pouvoir politique. Et la plus élémentaire des honnêtetés intellectuelles me conduit à affirmer que cette situation s’est considérablement améliorée depuis l’élection de François Hollande. En tant que magistrat honoraire et citoyen que j’espère éclairé, je confirme que le suivi des affaires politico-judiciaires se fait de manière plus indépendante que sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Les magistrats ont une plus grande liberté pour instruire les affaires sensibles. La magistrature est traitée également avec plus de courtoisie et de respect. C’est à mettre au crédit de Christiane Taubira. Après, reste l’éternel dilemme : faire la synthèse entre la loi de Créon et celle d’Antigone… Pour finir, je rappellerai juste que les juges ont à éviter ces deux écueils que sont la solitude arrogante et la soumission déplorable.

Christiane Taubira exige que toutes les « affaires sensibles »remontent à la Chancellerie. Simple mesure administrative ou mise au pas des procureurs ?

Cela signifie seulement que le garde des Sceaux s’intéresse aux affaires sensibles et tient à être informé des procédures en cours. Rien de neuf sous le soleil et rien qui n’ait été la règle sous les précédents gouvernements, de gauche comme de droite. Cette exigence de contrôle et d’information n’aura un effet négatif que si elle aboutit à diminuer l’autonomie concrète des magistrats. Le problème, c’est que cette circulaire est datée du 31 janvier 2014, à quelques semaines des élections municipales. Il y a comme un frisson d’action de la part de Christiane Taubira, une volonté de contrôle alors que, pour l’essentiel, elle s’est limitée au magistère de la parole. Elle a été clairement enivrée par l’aura parlementaire du Mariage pour tous. On peut dire, en résumant, qu’elle aurait pu et dû faire beaucoup mais que son action est demeurée somptueusement verbale et qu’elle a tout fait pour ne pas se colleter avec le présent et le réel, en fantasmant sur le futur.

Bref, peut-on encore faire « confiance à la justice de son pays », pour reprendre l’expression consacrée ?

À mon sens, on doit faire confiance à la justice de son pays. À une double condition : que les magistrats comprennent que leur seule légitimité est d’offrir un service public de qualité et de justice aux citoyens ; et que ceux-ci, en conséquence, autant que possible, respectent une institution fondamentale pour la démocratie. Une sorte de donnant-donnant dont la République sera enrichie.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

mika 13/02/2014 14:11


La Gauloise ne devrait pas être en désaccord avec
Zemmour


 


https://www.youtube.com/watch?v=S1jvBdWOwSQ

Mascara83 13/02/2014 13:16


Entièrement d'accord avec la GAULOISE!  Les Français de souche savent , et, notre rôle c'est de leur "marteler" un peu plus, chaque jour, que nous avons à faire à des personnes "hautement
placées..."  lesquelles, donnent, ou reçoivent des ordres des dhimmis ... depuis plus d'un quart de siècle !!

mika 13/02/2014 13:14


Philippe Bilger: "Christiane Taubira a inventé l'action verbale" - 


 


https://www.youtube.com/watch?v=cT_eyI1a5CM

LA GAULOISE 13/02/2014 11:01


QUI A L HEURE ACTUELLE PEUT ENCORE FAIRE CONFIANCE EN NOTRE PSEUDO JUSTICE ? QUAND ON LIBERE LES ASSASSINS ET QUE L ON OSE METTRE EN PRISON DES MANIFESTANTS PACIFISTES .....QUANT A MME TAUBIRA JE
N EN PARLERAI MEME PAS JE NE VEUX PAS ME POURRIR MA JOURNEE !!!!!