Entretien paru dans L’Homme Nouveau : « L’oligarchie mondialiste promeut le nihilisme ».

Publié le 28 Novembre 2013

Aymeric Chauprade a rejoint Marine Le Pen dans un beau discours prononcé à Marseille. Sa volonté de rejoindre le front National a été réduit au silence par l'intelligentsia qui n'accepte pas que le FN ait dans ses équipes des hommes de grands talents. 

Gérard Brazon

Professeur de géopolitique à l’École de Guerre de 1999 à 2009 et conseiller géopolitique de plusieurs chefs d’État, Aymeric Chauprade, entre deux avions, a accepté de répondre à nos questions sur la situation internationale, l’évolution des grands courants idéologiques en œuvre dans le monde, les principes de la géopolitique ainsi que sur ses derniers ouvrages parus. À ses yeux, l’affrontement qui se déroule dans le monde est celui de l’unipolarité contre la multipolarité, accompagné d’une bipolarité idéologique qui tente de s’installer partout, joignant ainsi les questions géopolitiques à la théorie du Genre. À sa manière, et selon l’approche propre au géopoliticien, Aymeric Chauprade dresse l’éloge de la civilisation française et chrétienne. –

Propos recueillis par Philippe Maxence.

 

Quelle est votre analyse de géopoliticien sur la situation actuelle en Syrie ?

Aymeric Chauprade : L’État syrien qui ne tenait en tant qu’État-nation qu’à travers l’autorité d’un régime fort, produit de l’arabisme baathiste, est aujourd’hui profondément déstabilisé par la poussée de forces extérieures islamistes, soutenues par les pays du Golfe, la Turquie et leurs alliés occidentaux (États-Unis, Royaume-Uni, France).

 

Ces forces extérieures ont réussi à réveiller la vieille opposition de bastions arabosunnites travaillés, depuis des décennies, par les Frères musulmans (Homs, Hama). Ne disposant pas de l’appui majoritaire de la population, sauf dans quelques bastions sunnites, les rebelles ont eu comme stratégie de semer la désolation par le terrorisme, de faire sauter des voitures piégées dans le coeur de Damas, de massacrer des chrétiens, des Alaouites et des Kurdes au motif qu’ils soutenaient le régime. C’est oublier que la moitié au moins des sunnites (notamment ceux de la capitale) soutient aussi le régime. Ce conflit ne saurait se réduire à une opposition schématique entre la majorité arabosunnite et les minorités chiites ou chrétiennes. C’est beaucoup plus compliqué que cela. Les réseaux de distribution de l’alimentation étant quasiment tous entre les mains de familles sunnites, les zones tenues par le régime mourraient de faim si tel était le cas. Malheureusement, nous sommes soumis, en France et dans l’ensemble des pays qui mènent une guerre occulte au régime de Bachar el-Assad, à une propagande grossière. Nous avons affaire à cette même propagande occidentale, qui a menti s’agissant de toutes les agressions occidentales depuis 1990, contre l’Irak, contre la Serbie, contre la Libye et aujourd’hui contre la Syrie.

Qu’est-ce qui pousse la France à mener la guerre contre les islamistes au Mali et à soutenir ces derniers en Syrie ?

La France a eu raison d’arrêter la descente islamiste vers l’Afrique subsaharienne. Il fallait y mettre un coup d’arrêt. Il n’y avait pas d’autre solution qu’intervenir militairement et cela aurait même pu être fait plus tôt. Les gauchistes autour de Hollande ont retardé l’échéance de manière critique. Le gouvernement a fortement exposé nos militaires en attendant si longtemps. Cette intervention au Mali montre d’ailleurs toute la pertinence de la coopération militaire française dans la zone francophone et notre valeur ajoutée en matière de stabilité. À ceux qui, il y a quelques années encore, à l’UMP ou au PS, voulaient fermer nos bases en Afrique, l’affaire du Mali rappelle que s’il y a une zone où il est pertinent de continuer à vouloir jouer un rôle militaire, c’est bien l’Afrique francophone. Ce qui est incohérent c’est de soutenir en Syrie ceux que nous combattons au Mali. Et ce sont bien les mêmes : les mêmes djihadistes internationalistes, qui, depuis l’Afghanistan à l’époque soviétique, se sont retrouvés sur tous les théâtres de djihad, face aux Serbes et aux Croates, face aux baasistes irakiens puis aux chiites d’Irak, face aux armées libyenne et syrienne. Il est frappant de constater que la France ne s’oppose aux islamistes que sur les théâtres où elle exerce encore une certaine influence et c’est le cas en Afrique subsaharienne. Ailleurs, là où elle a perdu son influence au profit des États-Unis, elle s’aligne sur la politique américaine et se retrouve de fait dans le même camp que les islamistes. Bien sûr, en apparence, ce n’était pas le cas en Afghanistan, puisqu’Américains et Français combattaient côte à côte les talibans mais ce n’était qu’apparence puisque l’État profond américain, pendant ce temps, continuait son jeu trouble avec l’islamisme (et la drogue). (…)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 29/11/2013 16:43


Voici un sacré poème écrit par Le Poète des champs, à ne pas confondre avec les Champs Elysées…


A l’Observatoire du MENSONGE, nous aimons la liberté de publier.


 TRIBUNE LIBRE 


*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***





   Le petit coq nain de Tulle   


Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir


Nous dire qu’il était nul, qu’on s’était fait avoir


Que si le blé manquait, ce n’était pas de sa faute


Que tout son poulailler dansait d’une patte sur l’autre,


Grattait de ci de là, pondait des coquilles vides


Plaçait tous leurs copains inutiles et avides


De ne jamais rien faire, à part un peu de lard


Que si l’on voulait bien, il n’était pas trop tard


Pour mettre notre pays au niveau de la Grèce


Et que de toute façon nous l’aurions dans… les fesses.


Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir


Les plumes en bataille, toujours reteintes en noir


Nous dire: bande d’imbéciles, ne perdez pas espoir


J’ai coulé la Corrèze, je n’en tire nulle gloire.


Patientez, patientez car je suis-là maintenant


Pour couler la France aux bons emplacements.


Je n’ai pas beaucoup à faire, on m’aide constamment


Les quarante inutiles s’appliquent à tout moment.


Et pendant ce temps-là, je m’occupe des poules


Qui tournent autour de moi, vraiment, il y a foule !


Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir


Dressé sur ses ergots du haut de son perchoir


Fustigeant les rapaces, ses vils prédécesseurs


L’empêchant lui et ses copains de faire leur beurre !


Le jabot de travers toujours évidemment


Il aurait bien voulu se faire croire compétent.


Bien d’accord sur ce mot, en le coupant en deux


Sachant depuis longtemps qu’il nous restait les yeux


Pour pleurer sur la France, vidée, exsangue et nue


Par tous ces incapables, vivants comme des sangsues.


Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir


Il peut lisser ses plumes, vous vous êtes fait avoir.


Si l’important pour lui, ce n’est pas le chômage


Il a bien trop à faire pour bouffer le fromage


En s’occupant des gays, des drogués, et puis des émigrés


Il faut bien sûr maintenant taxer les retraités


Ceux qui ont voté pour lui, c’est bien pour leur malheur


Il n’en a rien à foutre de tous les électeurs


Maintenant qu’il a la place, il y met tout son cœur


Pour vivre sur notre dos, comme toujours en douceur.


Le p’tit coq nain de Tulle est venu jeudi soir


Il dit qu’il nous en…fume, qu’on est de bonnes poires


Qu’ils allaient nous presser comme de vulgaires citrons


C’est bien fait pour not’ gueule puisqu’on est assez cons


Pour croire toutes les promesses qu’il ne veut plus tenir


Il n’y avait pas de crise, il ne l’a pas vu venir….


Le p’tit coq nain de Tulle est un triste vautour


Il s’est bien déguisé sous de jolis atours.


Il voudrait nous faire croire qu’il était socialiste,


Quand lui et ses copains sont tous capitalistes.


Alors, n’attendez rien de ces tristes fumistes


Que des impôts nouveaux ajoutés à la liste.


Un conseil pourtant : gardez quelques écus,


Achetez de la vaseline et planquez votre cul!


Le Poète des champs

mika 28/11/2013 19:01


Aymeric Chauprade sur les défis géopolitiques de la France


Université D'été du FN 2013)


http://www.youtube.com/watch?v=yInobTqiLXg


Publiée
le 29
sept. 2013


Brillante et courageuse intervention de notre meilleur géopoliticien français, Aymeric Chauprade,
spécialiste des relations internationales, lors de l'université d'été du Front national, le 14 septembre 2013 à Marseille. 
Selon lui " le temps presse". Il exhorte ses concitoyens à passer à l'action politique! "Il n'y a d'autre issue que de favoriser le plus rapidement possible le retour à un projet national,
souverain, défenseur de notre identité et des valeurs qui fondent notre civilisation. "
"Oubliez ce qui différencie, regardez plutôt ce qui unit, l'amour de la France, la volonté de perpétuer notre civilisation française, et sortez des querelles gauloises. Rassemblons-nous, gagnons
et donnons enfin une chance à la France de rester la France !"