Alain Finkielkraut répond à Hessel et moi, à un centriste de Puteaux.

Publié le 21 Avril 2011

A écouter attentivement et à réaliser oh combien, que notre combat pour la liberté d'expression est loin d'être gagné même si des personnes comme Alain Finkielkraut se battent désormais à nos côtés pour défendre cette liberté contre des droits-de-l'hommistes à géométrie variable.

        Ce combat n'est pas facile car si vous êtes aux côtés d'Israël vous êtes un sioniste et donc un raciste. Si vous êtes pour la laïcité, vous êtes un extrêmiste de droite et raciste. Si vous ne soutenez pas les palestiniens vous êtes racistes. Si vous critiquez l'islam vous êtes raciste. Si vous contestez la construction au frais des contribuables des mosquées vous êtes racistes. Si vous critiquez les demandes particulières des étudiants juifs pour qu'ils puissent respecter leurs rituels religieux, vous êtes racistes.

        On en finit pas d'être raciste dans ce pays dès lors que vous souhaitez que les lois républicaines s"appliquent à tous. Dès lors que vous revendiquez l'application de la laïcité dans notre société. Raciste, raciste, vous dis-je. Même si vous répondez "imbécile" vous êtes définitivement racistes !

          Sur Facebook, un centriste de Puteaux s'étonne de mon prétendu "soutien" à Marine Le Pen. Je lui ai demandé de retirer ses lunettes de centriste fluctuante en fonction du temps politique et de me relire attentivement. Car en effet, de dire que le Front National change sous la houlette de Marine Le Pen est désormais considéré par ces esprits étroits et bas du plafond comme "raciste". De dénoncer des méthodes et des attaques en dessous de la ceinture comme le fait la "bien pensance" est là aussi devenu "raciste".

        J'obserce ce que fait et dit Marine Le Pen comme toute personne qui devrait considérer la chose publique comme importante. Son parti politique fait des scores qui devraient interpeler. Y compris à Puteaux dans ma ville. Mais en parler en dehors de l'invective est "racistes". C'est véritablement affligeant et rappelle la politique de l'Autruche. Ce centriste n'est pas Gaulliste c'est une évidence.  Il devrait relire "Le fil de l'épée". 

Gérard Brazon 

Alain Finkielkraut est écrivain et philosophe. Agrégé de lettres modernes, il enseigne tout d'abord dans un lycée technique français puis à Berkeley, avant de devenir, en 1987, professeur de philosophie à
l'école Polytechnique. Co-fondateur de l'Institut d'études lévinassiennes, à Jérusalem, il a soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy en 2007 et anime aujourd'hui "Répliques", sur France Culture.
Fils de déporté ; il est l'auteur de nombreux essais, dont La défaite de la pensée ou plus récemment Un cœur intelligent. Très critique à l'égard du monde moderne, de l'instrumentalisation de la Shoah, de
l'Internet ou des réformes de l'Education nationale, certaines de ses positions ont fait polémiques.


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Nancy VERDIER 21/04/2011 21:00



Les Chrétiens maltraités dans les pays arabes n'intéressent personne. Ils disparaissent ou meurent en silence. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au sein de la Chrétienté occidentale et
des Européens en général. On est prompt à s'émouvoir pour les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie qui ne manquent de rien et qui sont entretenus par la Communauté européenne. Pour certains -
pas tous heureusement - c'est une manière d'attaquer sournoisement Israël. Le réflexe anti-sémite-anti-sioniste ressurgit encore parfois. Mais comme le dit Finkelkraut rien sur les Palestiniens
du Liban et de Syrie qui eux sont maintenus dans la misère par leur frère arabo-musulmans. Deux poids, deux mesures. Quant aux organisations de droits de l'homme, elles se couvrent de ridicule et
vont finir par lasser les gens. Si on pouvait supprimer leurs subventions....Ce temps viendra, je n'en doute pas...