Equipe d'algérie, transfert d'affection? Les fennecs et les français de papiers.

Publié le 22 Juin 2010

Ces footballeurs nés en France qui n’aiment pas la France par Gérard Brazon  
pour Riposte-Laïquelundi 21 juin 2010,
Certain nous disent que les frnçais vont opérer un transfert d'affection vers l'équipe d'Algérie du fait de la pitoyable sortie de l'équipe de France.

N’étant pas un footeux et ayant en aversion une équipe qui, à mon sens ne représente pas la France, la mienne bien sûr, celle du courage, de l’abnégation, de la persévérance et de la résistance, je regarde avec une profonde amertume cette démonstration en face du Monde même si ce n’est que le Monde footballistique.

Je n’ai pas vibré en 1998 (ce fût même l’inverse compte tenu des drapeaux étrangers en surnombre dans les manifestations de liesse) pas plus que pour la coupe d’Europe.

Ce sport représente ce que j’abhorre le plus. L’argent facile, son opium, la suffisance des hommes,  le mépris d’un peuple si ce n’est du peuple et de son enthousiasme. Car, qu’est-ce que c’est que ces « grands hommes » gagnant des millions d’euros par an ? Bien plus que des chirurgiens, des ingénieurs, des scientifiques, des chercheurs, des techniciens de laboratoires, de l’eau et de l’électricité, des transporteurs, des maçons, des plâtriers, des menuisiers, des cultivateurs, des boulangers. Tous ces hommes qui font que notre vie se déroule sans même que l’on se rende compte que sans eux, nous n’aurions rien.

Ces hommes tapent dans un ballon. Oh, il paraît qu’ils tapent bien et parfois tapent juste. Mais ils ne font que taper dans un ballon sur un terrain.  Que dire de ces milliers (millions ?) de personnes smicardes ou guère plus haut qui les admirent. Pour oublier quoi ? Leur misère, leur salaire, leur pouvoir d’achat, les emmerdes aux usines ou aux bureaux, partager quelque chose avec le contremaître, le patron, la secrétaire ? Ces hommes, ces footeux, ces professionnels du foot avaient un seul devoir : faire vibrer toutes ces femmes et ces hommes. C’est raté. C’est la gueule de bois. Comment faire pour passer l’été à un peuple « orphelin ». Tout comme vous, je trouve ce constat attristant.

Alors on parle du transfert affectif vers l’équipe d’Algérie.  Pourquoi ?  A cause des joueurs algériens. Les fennecs  du nom du renard des sables du Sahara. Une espèce de mammifère omnivore de la famille des canidés, cousin du renard! Malin comme un fennec dit-on ! Elle est composée d'immigrés de la deuxième et troisième génération. Ils ont grandi et, le plus souvent, été formés en France. Ainsi sept des 23 sélectionnés évoluaient dans l'Hexagone cette saison. Et huit Fennecs possèdent la double nationalité et un passeport français. Français de papiers diront certains. Comment ne pas leur donner raison.

Cela peut paraître étonnant pour des naïfs mais moi qui suis un grand naïf, je ne suis pas étonné. Par contre, je suis ulcéré par des commentaires venant de ces joueurs nés en France ayant tétés le lait de la nation, de la république française. Des enfants qui renient cette filiation.  

Depuis que la Fifa autorise un joueur à changer de maillot national après 21 ans, les Fennecs peuvent puiser dans l'important réservoir de talent des expatriés en Europe. La plupart ne connaissent pas bien l'Algérie. Ils ne maîtrisent d'ailleurs pas tous la langue arabe. Nous informe le Figaro dans sa page sport.

Mais que nous dit le milieu de terrain algérien Hassan Yebda: Quand j'étais au centre de formation d'Auxerre, je ne pouvais pas vraiment aller en Algérie. De 13 à 23 ans, je n'y suis plus retourné alors que, plus jeune, j'allais souvent voir ma famille. Ça m'a fait le plus grand bien d'y revenir avec la sélection. Sympathique déclaration d’amour à sa patrie algérienne. Je suis né en France. Mais mes parents et mes deux plus grandes sœurs sont nés en Algérie. J'ai donc un sang franco-algérien (sic). Je me sens Français et Algérien. J'ai grandi en France, mes parents y vivent aujourd'hui. Je ne dois pas renier ce pays. Mais je n'oublie pas mes origines.»  Je me demande ce que disaient les joueurs français dont les parents étaient Italiens, Espagnols, Portugais? Eux chantaient la Marseillaise.  Dont acte. Espérons qu’il trouvera sa place en Algérie comme joueur ou entraîneur afin de donner à l’Algérie tout son savoir mais qu’il ne reviendra pas en France se plaindre de sa situation.

Que dire du buteur Antar Yahia, 28 ans, né à Mulhouse.  Il est désormais connu pour être le premier footballeur à avoir légalement joué pour deux pays différents, profitant en 2004 du nouveau règlement de la Fifa. International junior français, le défenseur de Bochum choisit finalement de défendre les couleurs de l'Algérie poursuit le Figaro-Sport.

Il fût sacré champion du monde des moins de 17 ans en 2001 avec l'équipe de France.

 

Hassan Yebda a été, comme son ami Mourad Meghni, appelé à maintes reprises chez les Espoirs tricolores, puis s'est fait une raison. Les portes de la grande équipe de France lui seraient difficiles à ouvrir. Mais, à l'en croire, c'est le cœur qui a d'abord parlé. J'aurais peut-être pu évoluer pour les Bleus mais, quand le règlement a changé, je n'ai pas hésité à choisir l'Algérie. C'est normal.»Ben voyons. C’est normal de défendre un pays étranger qui n’a pas eu la peine de lui donner le minimum d’éducation, de connaissance scolaire et de couvertures sociales sans compter les diverses aides et allocations. C’est normal dit-il. Moi je ne trouve pas !

Transfert de sympathie c’est mal parti !

            Quant à l'ancien Marseillais Karim Ziani, il confie au Figaro: «Moi, je suis moitié - moitié. Ma mère est française et j'ai grandi en France. Mais j'ai toujours voulu porter le maillot algérien. Et jamais l'inverse. Je suis algérien. Un Français qui vit en Australie, son rêve c'est de jouer pour la France, non ? Et bien non monsieur ! Ce n’est pas normal. Et si vous ne le comprenez pas c’est qu’il y a quelque chose vous a échappé a votre compréhension. C’est homme souffrent de schizophrénie.

Finalement, le plus cohérent c’est le défenseur Rafik Halliche. Il est né à Alger et demeure l'un des rares locaux des 23 Fennecs. Il tient à lever toute ambiguïté sur l'équipe de France d'Algérie ? «Nous sommes Algériens point final même si je sais que 80 % des joueurs de la sélection sont nés en France. Ils ont choisi l'équipe d'Algérie, ça lève toute forme d'interrogation. J'entends dire que, si les Bleus sont éliminés avant les Fennecs, il y aura un report d'encouragements, comme un transfert de sympathie. Moi, je suis né à Alger et je ne veux pas de ça ! Nos supporters me suffisent. Ils sont nombreux et nous aiment car nous mouillons le maillot pour notre pays et non pour la France

Je suis tout à fait d’accord avec lui-même s’il faut lui rappeler à ce joueur qu’il a sans doute oublié le 6 octobre 2001.  Le jour ou des djeunes Beurs des banlieues avaient clairement affiché leur préférence nationale, en huant la Marseillaise puis en envahissant la pelouse du Stade de France, mécontents de voir leur équipe menée 4 à 1 par l’équipe de France. Les fameux Bleus. Et on se demande pourquoi la France va mal ?

Gérard Brazon

  

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis Claude 23/06/2010 12:11



ben oui jusque dans le sport ( attention le foot seleument ouf!!!!)les Francais sont devenus des veaux (c'est pas de moi c'est de de Gaulle) non seleument ils idolatrent une bande de voyous
malhonétes car des professionnels et il parait que cela en sont mais ils vont tourné leur synpathie vers des gens qui nous vomissent et le mot est faible?????


a +


FCF