ESSAI SUR LES PHENOMENES RELIGIEUX ACTUELS par Jean Valette.

Publié le 5 Juillet 2011

Un texte de Jean Valette en deux parties. Une pensée chrétienne, une envie de partager, une opinion. J'ouvre  à "Puteaux-Libre"cette opinion. La Liberté d'Expression est une de nos libertés fondamentales. Jean Valette ne partages pas l'ensemble de mon discours mais nous avons tellement de ponts sur lesquels nous pouvons dialoguer. Je n'ai rien modifié, ni même corrigé. Ce texte lui appartient et comme pour tous ceux qui souhaitent contribuer à ce blog, il est libre et non censuré.

Gérard Brazon

************************************

Par Jean Valette.

1er partie/ J'avance lentement dans les connaissances que je découvre sur l'islam, mais dans l'état actuel de mes recherches je puis affirmer d'ores et déjà que l'offensive islamique, notamment à l'encontre de l'occident en général et de la France en particulier, est infiniment plus qu'une atteinte à la "Laïcité" telle qu'elle est définie par les textes régissant nos lois.

 L'offensive islamique qui se manifeste par des revendications sous prétexte de "religiosité", du moins "religiosité" telle que nous l'entendons en France où nous sommes formés depuis plus d'un siècle à définir très distinctement ce qui est strictement religieux de tout le reste de ce qui fait notre société, les aspects religieux de cette offensive nous leurrent justement du fait de nos habitus laïques.

 L'islam présente certes un volet religieux, lequel est très variable selon les courants ou les factions islamiques, l'islam est d'abord une idéologie totalitaire universelle et hégémonique ayant but d'absorber le passé comme le présent et l'avenir, l'homme n'étant plus qu'un objet soumis à une puissance supérieure qui finira par en faire ses esclaves avec droit de vie ou de mort.

Allah n'a rien de commun avec le Dieu des Juifs ou des chrétiens, lequel, dans leur esprit, s'efface pour faire grandir l'homme et en faire son égal, égal manifesté par un dialogue (deux - parole) entre un "tu" et un "je" qui pose l'altérité dans le respect mutuel ...

Pardon à vous, amis athées s'il en est, mais l'approche de l'islam issu du judaïsme tout comme le christianisme ne peut se faire sans un minimum de notions théologiques, que ceux qui sont allergiques ne lisent pas ces lignes ...

De fait tout remonte à la période historique trouble des Esséniens, entre autres, relents des très anciens courants comme le dieu Baal des carthaginois, des étrusques et beaucoup d'autres comme le Dubaal des environs de la Mecque où étaient y adorées des idoles de pierre dont l'une est encore vénérée: la Kaa'ba, vraisemblablement une vieille météorite apportant la "terreur" sur la terre.

Pour l'islam, l'hominisation (chère à Théodore Monod) ou l'hominescence (chère à Miclel Serres) sont à bannir au profit d'une puissance supérieure faisant régner le principe de "soumission", soumission de l'homme par rapport à Allah, soumission de la femme par rapport à l'homme etc. C'est un système sociétal pyramidal vertical comprenant schématiquement :

Tout en haut Allah le divin  qui définit toute la vie des humains par le détail et de façon totalitaire; juste en dessous lui étant soumis : Muhammad le « prophète », en dessous le groupe de « savants de l'islam » ayant, du temps de Muhammad, codifié les textes notamment du coran.

Encore en dessous : l'ensemble des hommes croyants et soumis à Allah comme à Muhammad et aux préceptes de l'islam définis par la « Charia » ;

Au dessous des hommes : les femmes croyantes de l'islam avec les mêmes soumissions mais en plus soumis aux hommes qu'Allah aurait créés supérieurs à la femme ;

Encore plus bas : les « dhimmis »;ensemble des humains du reste du monde qui crfoient en Dieu mais non soumis à l'islam, ils peuvent être chrétiens, juifs, etc... et n »'obtiennent le droit d'exister qu'en payant un tribut à l'islam mais ne sauvent leur existence que par le bon vouloir des musulmans ;

Tout à fait en bas de la pyramide sont les « kafirs » incroyants évidemment non soumis à l'islam, les anormaux genre homosexuels ou pervers que tout bon musulman aurait non seulement le droit mais le devoir d'éradiquer y compris physiquement par le meurtre pur et simple

Les musulmans ne doivent pas se mélanger aux « mécréants » (kafirs), pas d'union matrimoniale tolérée et ne peuvent pes être enterrés au milieu d'eux après leur mort, d'où la concession de carrés musulmans dans les cimetières occidentaux obtenues auprès des pouvoirs publics, mais généralement ils demandent à être inhumés en terre d'islam, dans les pays du Maghreb, un véritable « Apartheid » légal pour l'islam...

La sunna et les hadiths consignent les peines prévues par la charia pour toute transgression.

Les dirigeants des mouvances fondamentalistes de l'islam (frères musulmans, salafistes et quelques autres factions) n'ont pas caché leurs intentions de faire des pays occidentaux des « terres musulmanes » où s'appliquerait purement et simplement la charia, ce après avoir pris le pouvoir en utilisant les règles démocratiques de ces pays (Cf : les déclarations multiples dont celles du premier ministre turc Erdogan)

Nous avons affaire à un peuple soumis à une idéologie théocratique définie il y a quatorze siècles par un homme sanguinaire et conquérant (il l'a prouvé), les termes de cette idéologie étant décrétés comme immuables et d'origine divins.

Que peuvent contre ça nos lois sans cesse refaites et remodelées par des politiciens dont la plupart ne pensent qu'à leur petite promotion personnelle immédiates ?...

Il nous est pourtant possible, nos lois le permettent, d'observer et vérifier ce qui se déclare dans les « centres culturels » des mosquées et de démontrer aux autorités de notre pays qu'il s'agit bel et bien de discours incitant à la haine raciale et religieuse à l'encontre des citoyens français (et européens) acquis au système démocratique constitutionnel, de même les pancartes ou autres signes comportant des inscriptions tombant sous le coup des lois de notre pays.

 Parmi les associations françaises qui ont obtenu quelques bons résultats en matière de défense je cite : « Vérités, Valeurs et Démocratie : http://verite-valeurs-democratie.over-blog.com/

Mais il est de plus en plus évident qu'une saine information de nos hommes et femmes politiques devient dramatiquement URGENTE !

La Laïcité à la française : La laïcité française n'a rien d'une obsession antireligieuse, c'est au contraire la garantie que chacun soit libre de pratiquer la religion de son choix sur le plan spirituel comme de ne point avoir de religion et la garantie qu'aucune religion ne puisse troubler l'ordre public en imposant à autrui des préceptes contraires aux lois républicaines.

C'est tout à l'honneur de la France d'avoir permis à des hommes et des femmes libres de leurs croyances si différentes soient elles d'être rassemblés autour de valeurs étiques, sociales, culturelles, philosophiques, républicaines et démocratiques, autres que figées par des préceptes religieux d'un autre âges dont l'histoire a surtout mis en exergue les méfaits.

Stigmatisation, haine, xénophobie, racisme et autres "je-ne-sais-quoi-phobie", tous ces mots dont les hérauts d'un islam envahissant le domaine public parsèment souvent leurs propos sont exactement contraires à l'esprit laïque de la République Française, que chaque religion vive sa spiritualité sur justement un plan spirituel, c'est à dire en esprit et en vérité intérieure, sans empiéter sur la liberté des autres citoyens qui n'en ont cure.

La France a historiquement suffisamment souffert des excès envahissants à caractère religieux tels que l'inquisition, l'hérésie cathare, les persécutions, j'en passe et autres fascismes religieux comme antireligieux pour tenir absolument pour acquise une laïcité de bon aloi et se dresser contre tout système de pensée pseudo-théocratique qui tenterait d'y imposer ses loi, fussent elles exotiques.

De grâce, chers concitoyens pétris d'un dieu d'amour de tolérance et de paix, n'importez pas non plus en France le regrettable conflit israélo-palestinien sous prétexte d'exacerber des communautarismes exactement contraires à l'esprit républicain ce qui conduirait à créer de toutes pièces des haines que vous prétendez justement réprouver.

La république laïque, telle qu'elle a été conçue et définie, n'a eu pour objet que d'éradiquer ces guéguerres de religions, et c'est justement au nom de cette laïcité chèrement acquise que nous ne voulons pas d'infiltration de quelque précepte religieux que ce soit dans la constitution des principes de droit de notre pays...

 LAÏCITE - Confusions avec ANTICLERICALISME et ATHEÏSME :

En France en particulier où la religion dominante fut le christianisme catholique, bien des gens ont pu être blessés, marqués, stigmatisés même, dans et hors l'Eglise, par ce que l'on a convenu d'appeler des personnes "très catholiques", d'une intransigeance un peu "cathare" même quelque peu dictatoriale envers leurs enfants..

Ces personnes "très catholiques" ont simplement oublié que l'on n'est pas chrétien pour avoir raison, on est chrétien pour aimer !...

 On n'évangélise pas à la kalachnikov !....

De ces milieux de bigoterie malsaine, sont issus bien des personnes qui, ayant été blessées dans leur enfance, et on peut les comprendre, ont gardé une véritable rancune à l'encontre de tout ce qui peut avoir la moindre connotation religieuse principalement catholique.

Il y a aussi les conséquences de la mainmise de l'Eglise sur l'enseignement, normal puisque dans le passé les religieux étaient pratiquement les seuls à être instruits, nous observons encore aujourd'hui des enseignants traîner comme un boulet les revendications de leurs aînés du tout début du XX° siècle, il faudrait tout de même qu'ils finissent par comprendre que nous sommes au début du troisième millénaire !...

 L'ATHEISME EN QUESTION :

 " L’athéisme, dans sa variété matérialiste, consiste habituellement à ne pas croire, à ignorer et à ne pas considérer les propos et les écrits faisant état de phénomènes surnaturels et donc par extension, à ne pas reconnaître l’existence de quelque divinité que ce soit. L'opinion athée se revendique comme fondée sur le rationnel. Il existe néanmoins diverses formes d’athéisme en fonction des fondements et de la culture de chaque individu.

Il convient en outre de distinguer l'athéisme de l’agnosticisme et de l’anticléricalisme. Caroline Fourest soutient l'hypothèse que chez une majorité d'athées francophones, l'anticléricalisme est nécessaire, pour des raisons historiques, et que ceux-ci se déclarent laïques pour cette raison. C'est-à-dire, dans cette acception, militants de la laïcité... Comme quoi on peut devenir facilement "philosophe-militante-anticléricale" tout simplement parce que l' Eglise a dit non aux désirs hédonistes des homosexuels, curieux caprices d'individus malheureux de leur différence, voulant que l'on reconnaisse leur droit à la différence tout en militant pour revendiquer des signes visibles propres à masquer justement cette différence, sans doute de graves problèmes psychologiques qui leur font vouloir tout et son contraire... Comme ils et elles doivent souffrir dans leur for-interne pour en arriver à exhiber ainsi leurs frustrations !...

 Les auteurs ont des difficultés à définir de la meilleure façon possible l'athéisme et à le classer, puisqu'il peut à la fois signifier une simple absence de croyances et un rejet réel et conscient des religions. Plusieurs catégories ont été proposées pour tenter de distinguer ces différentes formes d'athéisme, la plupart le définissant comme «absence de croyances en une ou plusieurs divinités » permettant ainsi de couvrir la variété de ce non-théisme.

De plus, la diversité des définitions possibles de la divinité engendre des ambiguïtés dans le champ de la notion d'athéisme : une croyance sera compatible ou non avec l'athéisme selon que son objet sera ou pas considéré comme une divinité. Les phénomènes rejetés par les athées pourront aller de la figure de Dieu personnifié, comme celui de la religion chrétienne, à l'existence de toute réalité spirituelle, surnaturelle ou transcendantale. ""

On comprend tout de suite que l'athéïste militant se prétend souvent laïque pour les besoins de la cause, alors qu'il n'est principalement qu'anticlérical. Son rêve plus ou moins secret c'est d'amener à une éradication de la chrétienté par quelque moyen que ce soit comme:

- Tirer de leur contexte des citations bibliques pour en faire des interprétations bien épouvantables;

- Tirer de leur contexte des citations d'écrits ou de propos du Pape ou de n'importe quel religieux pour les déformer le plus possible afin de salir leurs auteurs;

- Mobiliser les médias par des rumeurs nauséabondes, ils excellent pour ce faire;

- Au besoin soutenir ouvertement des religions opposées au christianisme pour les besoins de leur cause, comme disait Nietzsche (*): "aimer c'est haïr ensemble un même ennemi".

On est très loin de la LAICITE telle qu'elle est définie par la République Française, on retrouve surtout les principes des sectes et on assiste à une nouvelle forme de "bigoterie", celle d'un athéisme dogmatique tout aussi ridicule et malfaisant que la bigoterie catholique qu'il prétend combattre

MAIS SACHONS CONSERVER LE SENS DE L' HUMOUR !... ET POUR CHERCHER DE VRAIS LAIQUES ON PEUT AUSSI FAIRE COMME DIOGENE.

- Il est beaucoup question de religions depuis quelques temps et notamment pour étayer bien des faits d'actualité, et bien il m'apparaît opportun de signaler que toutes les religions ne sont pas de même nature, n'en déplaise aux "analystes" versant dans un simplisme qui arrangerait tout le monde sous prétexte d'égalitarisme .

- Il y a autant de religions que de croyances dans des "absolus" les plus divers, l'absolu étant le nom sécularisé de ce qu'un croyant appelle "Dieu".

POUR LE CHRETIEN : DIEU S'EST FAIT HOMME !

Mystère: ou Sacramentum :"Signe visible d'une grâce invisible".  Rien de magique ou "ésotéro-gélatineux" dans ces termes, il s'agit de TRANSCENDANCE.......

Je dirais, comme le disent d'ailleurs les "Pères de l'Eglise", que la grande innovation par rapport au Judaïsme qui cherche cette équation depuis Abraham, c'est que Dieu est proche de l'homme, tellement proche que chaque être humain peut le voir dans chaque autre être humain, Dieu n'est plus cet être lointain dominateur qui joue avec les êtres humains et le reste de la création comme avec des "légos" ou des petits soldats de plomb !....

Pour ce faire, il s'est fait le plus petit, le plus vulnérable, le plus innocent, le plus faible, le plus respectable aussi, on est loin d'un dieu tonnant et tonitruant envoyant les foudres sur nous autres pauvres hommes atterrés par sa puissance ...

Attention tout de même aux dérives observées même encore de nos jours, si Dieu s'est fait homme, si les textes bibliques disent que la création tout entière est placée sous la "domination" de l'homme, il serait temps d'entendre par "domination" plutôt un devoir de "gérance" et si possible avec intelligence puisqu'il paraît que nous sommes des "homo sapiens", devenons réellement "sapiens" en évitant de faire n'importe quoi!

 Si, à force d'entendre "domination" dans le sens ou l'on pourrait tout détruire par simple anthropocentrisme, faune, flore, ressources minérales, ceci pour un seul et unique but économique, l'homo oeconimicus, c'est à dire pour une course à qui possédera le plus, nous serions "foutus" à très brève échéance puisque ni nous ne laissons pas au milieu naturel ni la place ni le temps de suppléer à nos "prélèvements", il n'y aura bientôt plus rien à prélever pour personne !... Honte aux soi-disant "écologistes" qui ont galvaudé cette philosophie pour en faire un parti politique on ne peut plus anthropocentriste, c'est encore une manière pour ces gens là de vouloir se rendre propriétaires de la planète tout entière !... De doux apprentis sorciers !...

Je vais même peut être en faire bondir certains, mais si on fouille les écritures on s'aperçoit que Jésus est issu d'une bonne famille juive, il devient rapidement un "juif pratiquant", d'ailleurs il le dit lui même "Je ne suis pas venu pour abolir mais pour accomplir", je peux donc affirmer sans trahir quoique ce soit des textes que Dieu s'est fait Juif ...

Rassurez vous, je ne vais pas faire un exposé théologique, ce n'est pas mon propos et je n'ai aucune compétence pour ce faire, il était simplement bon de remettre certaines évidences en place pour mieux expliquer ce qui suit...

POURQUOI L'EGLISE EST ELLE TELLEMENT ATTAQUEE DE TOUTE PART ?

 Je crois surtout qu'avant de porter des jugements de valeur sur telle ou telle religion il convient de s'informer sans parti pris, de chercher à connaître et comprendre les dogmes de foi qui la composent et non de se baser sur les actes de telle ou telle personne qui prétend agir au nom de cette religion, je m'explique:

Bien des exactions spectaculaires ont été commises au nom d'un dieu et d'une religion par des hommes hypocrites ne visant qu'à conquérir par le fil de l'épée d'autres territoires et par soif de fortunes, de monceaux d'or comme lors de la conquète du "nouveau monde", oubliant qu'il y avait des populations digne de respect !... Faut il pour autant vouer aux gémonies toute l'Eglise passée, présente et à venir, à cause de ces excès pour le moins navrants ?

Doit on en vouloir à mort à toute l'Eglise et en particulier au clergé pour des souffrances que nous ressentons pratiquement tous, souffrances généralement issues de blessures lors de notre enfance comme cette dame de ma connaissance devenue anticléricale forcenée parce que toute petite, sa maman lui avait refusé un morceau de saucisson sous prétexte que c'était l'époque du Carême ou le vendredi saint peu importe ?...

Devrais-je en vouloir à Dieu parce qu'un soir, en sortant de la Messe et titubant sous l'effet d'un léger malaise hypoglycémique (je suis diabétique), une brave catéchiste bien "comme il faut" est venue vers moi et ma lancé du haut de sa bien-pensance : "vous n'avez pas honte de venir à la messe dans cet état espèce d'ivrogne"...

 - J'ai peut être une vision du christianisme un peu "favorisée" du fait de n'avoir justement pas été élevé en milieu "très chrétien" ?....

Quelques petites confidences, après tout pourquoi pas :

 J'étais athée sans même m'en préoccuper, n'en ayant "rien à cirer" (si vous me permettez cette expression quelque peu triviale, lorsque, sans avoir été manipulé par qui que ce soit ni quelque lecture que ce soit, le 30 septembre 1989 vers 17h30 exactement je reçus la Foi dans mon coeur, en un instant, et le lendemain 1er octobre j'allais guetter le père curé de mon village, je ne le connaissais que de vue, l'ai attendu ne sachant l'heure à laquelle il venait ouvrir l'église, l'ai suivi jusqu'au fond dans la sacristie, et là, dans toutes les larmes de mon corps, je lui ai demandé à recevoir le baptême, ceci à presque cinquante ans!

Rien que d'écrire ça j'en ai encore les larmes qui me reviennent !

Après une saine période de recherche et réflexion bien naturelle avec les enseignements qui vont avec dans ce que l'on appelle "catéchuménat", je fus baptisé le 7 septembre 1991, depuis, curieux de nature, je continue à "suivre le Christ" et ses enseignements, il est bien normal que l'on poursuive des recherches lorsqu'on vient de découvrir, non pas une "nouvelle vie", mais un "éclairage nouveau" sur la vie telle qu'elle rend heureux.

Le christianisme n'a rien de compliqué, c'est parfois difficile voire même impossible (terme d'ailleurs que l'on retrouve dans les paraboles de Jésus:" Le jeune homme riche"), mais comme le disait fort justement Théodore Monod qui était tout ce que l'on veut, excepté un imbécile, le tout est d'essayer tout simplement dans notre vie de tous les jours ! Lorsque l'on voyait Mère Thérésa, ne fut-ce qu'à la télévision, ne nous paraissait elle pas au comble du bonheur ?

 Il ne s'agit pas, qui que nous soyons, d'imiter Mère Thérésa, nous avons chacun notre vie, notre métier, notre famille ou autre, mais si on vit cela, le "paradis" n'est il pas déjà présent ?...

La " pratique " est une chose mais n'est pas à mon sens l'essentiel, je suis souvent surpris lorsque j'entends des chrétiens qui n'ont rien de moins et rien de plus que moi se présenter comme "très pratiquant" ou "non-pratiquants", qu'est-ce que cela veut dire ?...

La "pratique", dans le sens d'aller régulièrement à la messe, d'aller dans des groupes de prière, d'aller faire des retraites en milieu monastique, de s'accrocher comme on peut pour être membre du conseil paroissial etc... etc... donne-t-elle une sorte de plus value au chrétien ou est-ce tout simplement une disponibilité pour le service des autres ? 

Attention, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, je suis pour la pratique et le service, mais le service en soi ne risque-t-il pas de devenir une "possession"?... Il y a dans de nombreuses familles des "servantes" qui deviennes maîtresses à force de devenir "indispensables", pour à peine plaisanter je dirais que nous connaissons tous de ces présidents d'associations qui donnent, qui donnent tout, sauf ce que l'on attendrait qu'ils donnent: leur démission!... S'accrocher au "service" revient à le "posséder", or "le charisme est donné pour un temps" (St Paul)... Dès que l'on commence à s'en sentir "propriétaire" c'est qu'on est 'tombé dans le panneau", il faut vite se poser les bonnes questions et y répondre.

Ce qui m'inquiète aussi, c'est de constater dans l'Eglise une sorte de "cléricalisation du laïcat", une sorte de repli frileux du croyant vers des communautés bien refermées, bien au chaud entre soi, un peu comme les apôtres lorsqu'ils étaient tous enfermés dans une pièce (Cf: Babel), l'esprit arrive (la pentecôte) et ils se retrouvent tous dehors, à aucun moment on ne nous dit comment ils sont sortis.

 L'Esprit envoie le chrétien à ses devoirs dont son devoir d'état, à ce sujet j'aime beaucoup cette "prière de l'artisan", texte qui nous viendrait des temps anciens du compagnonnage et que perpétueraient les "compagnons du devoir" encore actuellement .

Sacrifier du temps après la messe pour un moment d'adoration du saint Sacrement est sans doute une bonne manière de ressourcement, mais si ça nous met en retard pour faire manger nos enfants ou si ça oblige le gars avec lequel nous avions rendez-vous pour affaires à poireauter une demi-heure dehors au froid, je crois que c'est complètement être à côté de la plaque...

 Une petite comparaison qui me vient à l'esprit, actualité oblige:

 Il est fortement question, concernant la laïcité de notre république Française, de ces braves musulmans qui envahissent des rues de nos villes chaque vendredi pour s'adonner à leur dévotions, c'est évidemment contraire à nos valeurs comme à nos lois ne serait-ce que par cet "encombrement" parfaitement illégal de la voie publique !... Je n'ai pu m'empêcher de penser à ces autres dévots et dévotes, qui se mettent à genoux dans les églises ou chapelles, ceci pour certains et certaines en plein milieu du passage, faute de place pour une telle position entre les bancs, et enquiquinent les braves autres croyants et croyantes, bien souvent handicapés, qui ne peuvent plus passer, ni rentrer ni s'en aller, parce que ces "foutus dévots" ne bougent pas leur cul d'un centimètre tout en rendant grâce à Dieu de leur avoir donné la grâce d'aimer les autres !...

J'en sais quelque chose pour avoir du faire le poireau debout avec mes cannes anglaises pendant la période qui précédait une intervention chirurgicale au niveau de mes lombaires, ceci en attendant qu'une nana de 25 à 30 ans en pleine santé veuille bien se rendre compte, parce que je le lui ai fraternellement dit, qu'elle m'emmerdait !... (pardon pour cette métaphore)

Le chrétien n'est pas chrétien pour avoir raison, il est chrétien pour AIMER, vaste programme devant lequel il est inutile de baisser les bras et vain de vouloir s'engager dans des œuvres gigantesque, chaque jour selon ce qui se présente me paraît le mieux sachant que si l'on est croyant on est sûr que Dieu ne nous donnera pas des tâches au dessus des forces qu'il mettra en nous pour les accomplir    .

Jean Valette / fin de la première partie.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Johanny 05/07/2011 09:29



Pardonnez moi, je tiens à préciser que je n'ai en aucune façon voulu ni tenté de faire une "oeuvre littéraire" en aucune façon, je n'ai aucune compétence pour ça, j'ai simplement exprimé des
idées qui me sont venues le plus simplement du monde après m'être quelque peu renseigné tant sur le judaïsme que j'apprécie que sur l'islam que je découvre peu à peu par une étude sincère et
sérieuse d'après des auteurs éclairés.



Gérard Brazon 05/07/2011 10:14



Tes opinions sont légitimes et méritent cet écrit. Chacun, à son niveau on peut développer son opinion et affirmer sa vérité. On peut débattre entre lecteurs. Ici on n'a pas de prétentions
littéraires. Bien à toi.