Est-ce que la peur de l’autre, c’est du racisme ?

Publié le 28 Octobre 2013

Il y a quelques dizaines d’années, le racisme se confondait avec l’idée de supériorité des races, concept promu en particulier par les socialistes pour justifier la colonisation. Selon la doctrine raciste d’alors, la race blanche aurait été créée supérieure aux autres.

 Source: Résistance 2017

Et puis les immigrants d’Afrique du Nord, qu’on appelait les Arabes, ont été envoyés en France par milliers pour peupler les usines. Ils avaient peur de ce racisme et le but de la plupart d’entre eux était de se fondre dans la société française pour se faire oublier.

 

Mais plus récemment, l’explosion en nombre de ces immigrants qui représentent à peu près 10% de la population totale, a créé un communautarisme de combat avec une volonté de différentiation par rapport à la population autochtone. Et la montée du communautarisme s’est traduite par une volonté d’imposition à tous les musulmans de France des règles du Coran et de la Sunna. Un musulman ne peut pas changer de religion, ne peut pas devenir athée, il a le devoir absolu d’appliquer ces règles et les autres musulmans sont chargés de les lui imposer. Et la religion musulmane, jadis discrète en France, est sortie de l’ombre pour imposer à tous le ramadan, l’aïd et autres fêtes religieuses, les prières, la séparation homme-femme, la viande halal, l’interdiction de l’alcool et du tabac, les piscines pour femmes, les menus spécifiques dans les écoles.

 

Dans certaines écoles où les élèves musulmans sont devenus majoritaires, les professeurs sont mis sous contrôle et les autres élèves vont en classe la peur au ventre. Les exactions dans les rues par petits groupes se sont multipliées. Un banditisme spécifique s’est créé, les voitures sont brûlées ou vandalisées, les vols à la tire explosent, la drogue est acceptée comme moyen de combattre les autres communautés.

 

Et puis les conversions se sont multipliées, produisant généralement des fanatiques qui partent comme djihadistes dans les conflits irakien, afghan, libyen, somalien, malien, syrien… Beaucoup sont recrutés en prison qui sont de plus en plus sous l’influence d’imans radicalisés prêchant en toute impunité l’hyper violence.

 

Car pourquoi respecter les autres alors que le Coran enseigne que les mécréants doivent être écrasés ? Souvenez-vous de l’explosion de joie dans nombre de cités musulmanes à l’issue de la barbarie du 11 septembre 2001. Les terroristes étaient alors tous des héros.

 

Les philosophes musulmans soi-disant « intégrés » veulent nous convaincre que le Coran prêche l’amour et que le jihad doit être interprété au second degré et a en fait pour but l’amélioration intérieure des consciences.  L’islam ne doit pas faire peur et tout va s’arranger dans un amour commun de son prochain.  Ce que ces prêcheurs ne nous disent pas c’est que pour les musulmans, ces textes ne peuvent plus être interprétés depuis le 10e siècle et que certains imams ne se privent pas de les utiliser pour prêcher une future guerre sainte.

 

Ce qu’ils ne nous disent pas c’est que les musulmans doivent respecter et encourager le jihad, qui est en substance la mise sous domination des autres religions du livre et la destruction des polythéistes et des athées appelés « associateurs ».

 

Voici quelques citations du Coran :

Sourate 92 : les infidèles parmi les gens du Livre – c’est à dire ceux qui ne pratiquent pas leur religion – ainsi que les « associateurs » iront au feu de l’enfer pour y demeurer éternellement. De toute la création ce sont les pires.

Sourate 2 : Et tuez-les où que vous les rencontriez et chassez-les de là où ils vous ont chassés. L’ « association » est plus grave que le meurtre.

Sourate 9 : Oh vous qui croyez ! Combattez les mécréants qui sont près de vous et qu’ils trouvent de la dureté en vous.

Sourate 2 : Le combat est prescrit même s’il vous est désagréable.

Sourate 4 : Et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants et leur accorde une rétribution immense.

Bien que de nombreux français ne se rendent pas encore compte, aujourd’hui, de la portée réelle du jihad – et les athées socialistes feraient bien d’y réfléchir – une peur certaine de cette communauté s’est installée, une peur panique, non contrôlée, qui amène les parents qui le peuvent à sortir leurs enfants de certaines écoles, les femmes à fuir certains quartiers – de même que la police ! -, les habitants à déménager de certaines cités, les ouvriers et en particulier les ouvrières à demander un changement de poste au travail.

 

Est-ce là ce que nombres de nos dirigeants actuels qualifient de racisme ? N’est-ce pas plutôt une réaction normale de survie face à une doctrine qui a pour but de détruire les non croyants ?

 

 

Est-ce que la peur de l’autre, c’est du racisme ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 29/10/2013 09:50


Et la CONNE de RÉPUBLIQUE avec sa pléïade d'élus profiteurs, observe et FERME SA GUEULE .!

henri 28/10/2013 23:47


Merci Mika ...

mika 28/10/2013 22:59


On se détend...Dieudonné "Peur des Noirs"



https://www.youtube.com/watch?v=HW3RO89pddE

mika 28/10/2013 22:51


Marine Le Pen sur le racisme... antiblanc
(2mn30)


 


http://www.youtube.com/watch?v=Va9bva0Vz34&feature=player_detailpage