Et si l’on faisait subir aux juges un dixième de nos peurs ? par Marie Neige Sardin

Publié le 17 Septembre 2013

 Par Marie Neige Sardin (Libraire en ville occupée au Bourget)

« Celle qui dit non », libraire dans le 93, violée, braquée trente-trois fois en neuf ans,
- ne peut que soutenir le bijoutier de Nice ;
- ne peut que tendre la main au responsable duLeader Price du Blanc-Mesnil qui a dû défendre sa caissière et son commerce à l’aide d’une lame tant il était excédé par les vols avec violence qu’il endurait de façon quotidienne ;
- ne peut qu’être solidaire du propriétaire du magasin de motos de saint-Julien-Sur-Sarthe, cambriolé 54 fois et qui a également tiré sur les malfaiteurs, en blessant un grièvement ;
- ne peut que se souvenir de Papy Galinier, incarcéré pour avoir tiré sur deux femmes roms s’étant introduites chez lui par effraction.

L’abandon des victimes par les institutions, je le clame depuis neuf longues années. Dans aucun des cas cités, la légitime défense n’a été retenue par les juges. Les petits commerçants sont sans doute ceux qui se plaignent le moins de leurs conditions de travail, ceux qui ne comptent pas leurs heures et ceux qui, pourtant, payent le plus lourd tribut en mort à la nation.

Souvenez-vous du bijoutier de Cambrai, du buraliste de Marseille, tirés eux aussi comme des pigeons pour quarante euros!

Quand je lis les arguments avancés par les procureurs, les juges, pour refuser cette « légitime défense » aux victimes, je me prends à rêver d’une roue qui tourne, faisant subir à ces derniers un dixième de nos peurs, un millième de nos souffrances. Ils arment les criminels d’une toute puissance, celle de nous tuer, de nous briser sans que nous ayons le droit de lever le petit doigt sous peine d’emprisonnement, de bracelets électroniques et autres joyeusetés réservées aux « souchiens » français mais en aucun cas aux multirécidivistes.

Ce temps-là est désormais révolu. Nous sommes en guerre avec un ennemi qui choisit de ne pas nous affronter sur un champ de bataille traditionnel, et de ce fait, nous devons modifier nos méthodes de combat.

Les commerçants de quartier ont un sens très développé du devoir envers les autres ; s’armer pour vivre et exercer son métier n’est pas un choix, mais une obligation à force d’être acculé, qui devrait conduire l’ensemble des institutions, des élus à se poser les bonnes questions.

Messieurs, vous qui avez tiré au nom de la légitime défense, vous contribuez à faire prendre conscience aux criminels que venir nous braquer, c’est prendre le risque de se faire descendre sans passer par la case justice.

Parents de braqueurs, avant de dire « Ça lui coûtait quoi, au bijoutier de le laisser partir ? » demandez-vous, ce que cela vous coûtait, à vous, d’éduquer vos enfants?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

FRAHENJAC 18/09/2013 06:03


@Sentinelle


Ces juges sont tellement pervers qu´ils s´en foutent pas mal que l´on s´attaque à leur famille, celà les exciterait encore de voir leurs filles,  femmes et mères se faire violer devant eux.


Ce n´est que pour eux qu´ils craignent.


Le jour où viendra leur sanction,  car je suis sûre  qu´un jour viendra où,   ils devront payer ce qu´ils font subir au peuple... je n´aimerais alors,  pas être à leur
place. Ils sont déjà maintenant condamnés quelque soit leur décision...ils sont allés trop loin ! Les policiers ne seront pas assez nombreux pour les protéger, et, ils auront autre chose à
faire...se protéger eux-même..et celà ne sera certainement pas,  en prenant le parti de ces racailles.


Tout mon soutien à Marie-Neige !

Sentinelle 18/09/2013 00:50


Ma chère Marie-Neige,


C'est bien parce qu'ils ont peur de subir le même sort, que les juges aujourd'hui sont devenus des juges iniques, des couards, des gens veules, sans sagesse, sans intelligence, sans discernement,
et pire que tout sans ..honneur. 


Quand les choses vont s'aggravées, car il ne peut en être autrement, ont les retrouveras terrés comme des rats, espérant dans leur police pour les protéger, mais salissant leur pantalon en se
pissant et ch.... dessus de trouille, car après le peuple , ce sera leur tour. Ils regarderont ces barbares violées leur filles, leur femmes, leur mères, leur frères, leur pères et enfin
eux-mêmes, sans différences d'âges ni de sexes, et ceci avant de les égorgés.


Alors........peut-être se repentiront'ils du mal que leur jugement pervers ont permis de barbarie et de souffrance parmi le peuple.


Mais le pire pour ces gens là, ( Président, ministres, avocats, juges, députés, sénateurs, commissaires de police, policiers....), qui devant DIEU ELOHIM ont la responsabilité de rendre la
justice de façon équitable, de ne pas porter de faux témoignages contres d'honnêtes citoyens pour arrangé leurs dires ou ceux d'un copain, à tout ceux là...........la justice divine sera
impitoyable.  


Ils détruisent le pays, ils vendent nôtre patrie, nos vies, nos enfants à des ennemis sanguinaires et ça sans vergogne, sans remords nous laissant sans véritable protection.


Ils nous interdisent de protester contre les lois de dénaturation de la famille, ils nous interdisent de combattre l'immigration pour le remplacement de population programmée au nom des
arrangements financiers pour eux et leur semblables richissimes, et ils voudraient nous interdire de défendre nos vies, celles de nos enfants.


Ce sont EUX qui sont à l'origine des morts par auto-défense, ILS SONT COUPABLES ET RESPONSABLES car ils ont abandonnés le peuple à la racaille.  


Alors j'espère que les français vont se réveiller de leur torpeur et commencer par sanctionner ces lâches par les urnes.