Et si le FN… changeait de nom ? Par Joris Karl

Publié le 16 Octobre 2014

Pour BD Voltaire

fn

Pour la vieille garde, c’est le tabou suprême. Autant repeindre la guillottine en rose ! Mais qu’importe : Marine voudrait changer le nom du premier parti de France. Comme l’a confirmé Florian Philippot ce mercredi sur i>Télé, l’éventuel changement de nom ne se ferait qu’après vote des militants. On notera qu’en 2012, Louis Aliot, le numéro deux du Front, avait déposé le nom « Alliance pour un rassemblement national » à l’Institut national de la propriété industrielle. Histoire d’assurer le futur ?

Sur cette révolution apparemment de façade – en réalité capitale –, le mouvement fondé en 1972 est très partagé. Beaucoup se rangent derrière lepadre, le vieux chef, pour qui « le FN n’est pas une marque ». Pour Jean-Marie, pas question de toucher au bébé né sous Pompidou, nourrisson rachitique devenu fier adulte musculeux. Certains grognards évoquent une« trahison »

Néanmoins, les partisans du changement ne sont certainement pas quantité négligeable. Quand on connaît l’impact d’un mot sur l’inconscient, on peut au moins se poser la question de l’impact sur l’électorat, dont la part d’irrationnel est importante. Au sein d’une société féminisée, les mots« Front » – qui sent la guerre à plein nez – et « national » – qui sonne un brin martial –, tous deux très (trop) masculins, peuvent bloquer des centaines de milliers d’électeurs au bas mot. En Suisse, le parti le plus à droite s’appelle l’Union démocratique du centre ; en Suède, « l’extrême droite » se nomme « démocrates suédois » ; quant aux Autrichiens alliés du FN, ils défilent sous l’étendard du FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche). À méditer.

De leur côté, les concurrents du FN préparent déjà, eux aussi, le nettoyage : Dupont-Aignan a commencé en renommant Debout la République « Debout la France » il y a quelques jours. Il savait bien que DLR n’était pas assez« ancré » dans l’imaginaire, « France » étant plus rassembleur et surtout plus charnel que l’austère « République ». Sarko, quant à lui, envisage – on le comprend – de jeter l’UMP aux orties. UMP rime tellement avec corruption que ce nom est devenu un tue-l’amour. Les petites génies sarkozystes veulent aussi éviter un nom facilitant les acronymes meurtriers tels que…UMPS.

Le PS, aussi, envisage le changement. Valls y songeait lors des primaires. Là aussi, ce sera un choc, car le PS est encore plus vieux (d’un an) que le FN. D’aucuns envisageraient un PD (Parti démocrate) à l’ancienne, mais il y a un truc qui ne passe pas. Parfois, le changement de nom n’apporte rien : on l’a vu avec la Ligue communiste révolutionnaire transformée en NPA. Parfois, c’est un tremplin vers la victoire. Rappelez-vous la vieillote SFIO devenue PS en 1971.

À l’ère de l’image et de la communication totale, le choix sera crucial. Alors,« Force France » ou « Alliance démocratique et nationale » (ADN), pourquoi pas ? L’objectif suprême est quand même de faire plus de 50 % !

************

Note de Gérard Brazon

 

Je suis au FN depuis 2012 et je viens du RPR et de l'UMP. La trahison des dirigeants de ce parti, l'enfumage de Nicolas Sarkozy, les mensonges permanents, le manque de transparence et de démocratie, la liquidation de la France comme pays souverain et la parole de MLP m'ont décidé à entrer au FN. Là, je n'y ai pas vu ce que la bien pensance dénonce dans les médias.

Certes, ce parti à un patron qui décide et oriente mais il y a aussi une grande liberté d'action et de parole en interne et surtout, un vrai désir de voir la France redevenir souveraine et de lutter contre l'immigration sans racisme. J'ai connu plus de racistes en face de moi à la CGT et à l'UMP qu'au FN aujourd'hui.

Alors changer de nom ? Si cela peut éviter les états d'âme de ceux qui sont déjà prêt à nous rejoindre pourquoi pas ?

Je comprends les anciens qui se sont pris des claques pour avoir été au FN depuis plus de 10 ou 20 ans. Mais MLP n'est pas JMLP. Sans doute faut-il imaginer un passage, une ligne à dépasser pour en effet gagner des élections majeures et cette ligne est faire plus de 50%.

En fait, ce n'est pas le nom qui pose un souci, c'est de dégager la voie de toutes les barricades que nous met la dictature de la bien pensance.

De toutes les façons, ce sont les militants qui décideront in fine.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESSYLU 19/10/2014 00:05


Entre le courant du gauchiste islamophile  Philippot et celui du pragmatique Chauprade modifier le nom ne ferait qu'augmenter le brouillage de l'image et apparaîtrait comme céder face à
l'idéologie gauchiste comme naguère Sarko avec le résultat que l'on connaît, donc pour ma part je suis résolument pour la ligne Chauprade cohérente avec la vision de Zemmour et opposé à un
changement de nom


 

marco 16/10/2014 20:18


Personnellement,je ne suis pas contre un changement de nom,le sigle FN reste malgré tout un peu sulfureux,je crois qu'il y gagnerai étant donné que ce qui intéresse c'est le programme et surtout
la dirigente,

L'EN SAIGNANT 16/10/2014 10:45


J'ai du mal à voir la relation avec le sujet principal .... !


Moi j'estime que c'est une excellente idée car, dans le monde politique et surtout commun, FN et le Borgne hargneux Jean Marie ne passent pas. Il faut en avoir conscience et suivre cette
suggestion salutaire  qui aura de plus un effet psychologique "libérateur" certain.

Epicure 16/10/2014 09:05


je suis pour la minorité dans la vérité et pas d'accord pour le SYSTEME 50,00001 contre 49,00009 mis au pilori de la République et conchiés par les Lois!


Les Lois de Nürenberg étaient Légales et agréées par la majorité absolue des Allemands! soit  des deux tiers sinon davantage, niveau  rarement atteint dans l'Histoire et
toujours de mauvaise augure...car toujours passionnelle et idéologique.


C'est de Système qu'il faut changer et non pas de Personnage aimé passionnellement.