Histoire: l’Islam a envahi la France bien avant le début de l'ère Giscard/Chirac (1973)

Publié le 3 Juin 2012

  Et vous pensiez que l’Islam a envahi la France en 1974 sous Giscard...

Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France à l’époque.

Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu’à Sens.

En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d’Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l’armée musulmane qui se replia en désordre sur l’Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne. On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu’Eudes était mérovingien. Les capétiens étaient en train de devenir rois de France et n’avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.

Les musulmans ont conclu alors qu’il était dangereux d’attaquer la France en contournant les Pyrénées par l’est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l’Ouest des Pyrénées.

15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.

Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continué à ravager l’Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. (Ces bandes n’ont finalement été éliminées qu’en 808, par Charlemagne)

Les ravages à l’Est ont continué jusqu’à ce qu’en 737 Charles Martel descende au sud avec une armée puissante, et reprenne successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et mettent le siège devant Narbonne. Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France a obligé Charles Martel à quitter la région.

En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans. Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l’Ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d’Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans.

La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l’actuelle La Garde-Freinet. Une zone d’environ 10.000 kilomètres carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.

En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genève. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.

En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles.

La pression musulmane ne cessa pas pour autant.

Elle s’exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dâr al islam, et les femmes d’âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d’Espagne et celles de l’Afrique du Nord.

Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.

Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l’Italie et de la partie nord de l’Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer.

Ce n’est qu’en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans. Vous savez ce qu’est devenue ensuite l’Algérie, et l’histoire ne s’est pas figée.

Ce qu’il y a de frappant, c’est qu’entre 714, la première entrée, et 1830, l’écrasement définitif des pirates barbaresques, il s’est écoulé plus d’un millénaire, ce qui montre qu’ils ne renoncent jamais.

Ce qui est encore plus frappant, c’est qu’on a tendance à faire remonter la première vague d’invasion par les musulmans à 1973, sous Giscard D’estaing.

Et finalement, le plus frappant de tout, c’est que tout ceci ne soit pas soigneusement enseigné dans les livres d’histoire – et faites confiance à la France pour ne pas de si tôt remettre ces faits essentiels aux programmes scolaires.

L’islam tente maintenant de se faire passer pour une religion de paix d’amour et de tolérance. Elle n’a qu’à se baisser pour trouver des complices qui vous traitent de racistes s’il vous prenait l’idée de demander si c’est en distribuant des roses qu’elle a conquis 22 pays devenus islamistes, et 35 autres à dominante musulmane.

Vous avez le droit de poser la question. Mais vous devenez alors un islamophobe, et il vous faut le cuir aussi dur que le mien pour y être totalement indifférent.

Cette plongée historique montre que les musulmans ont, au cours du temps, adapté leur méthode de conquête avec plus de science qu’on en attendrait d’un peuple retardé en tout, et puisque des millions sont installés et pour longtemps, je ne serais pas surpris que le peuple français – les élites étant occupées sur les plateaux de télévision, et leur négationnisme est finalement notre meilleur avocat – se réinvente de nouvelles méthodes à partir des armes dont ils disposent pour vaincre encore le colonisateur.

Je sais très bien ce que la plupart des lecteurs de Dreuz pense sur la question.

Je sais très bien qu’ils sont, au fond, dans l’attente que quelque chose se passe, se déclenche, qui change la donne et renverse un rapport de force dont ils se pensent les plus faibles, tout en représentant une écrasante majorité.

Je sais qu’une partie grandissante de la jeunesse immigrée et descendant d’immigrés est habitée par le rejet de plus en plus violent de tout ce qui fait la France, mais je sais également que demain, ils seront toujours à la traine de la société, car il n’y aura jamais assez de camions poubelles pour donner du travail aux bons à rien.

Mais lorsque les identitaires auront montré qu’ils tournent en rond, et comptez sur moi pour faire régulièrement le bilan, il sera peut-être temps d’inventorier nos armes, à savoir,

- aider les féministes à reprendre pied (elles ont été déstabilisées par le paradigme où la minorité est forcément victime, et elles ont loupé les vraies victimes – les femmes – au sein de cette minorité), et les laisser faire goûter aux femmes musulmanes les délices d’une égalité non négociable avec les hommes.

- aider les écoles, les entreprises, les médias et la société en général, à montrer aux musulmans qu’ils peuvent utiliser sans crainte cette partie de leur cerveau qui donne la liberté de penser par eux-même et non par le coran, qui autorise à changer d’avis et de mode de vie, et même de religion, et, plus généralement, à leur faire goûter au sentiment incomparable de pouvoir vivre dans une société qui n’est pas régie par la haine et la vengeance.

 Et vous pensiez que l’Islam a envahi la France en 1974 sous Giscard...

Les Français, c’est une réalité, ne semblent pas en mesure de regagner le terrain perdu avec le ventre de leurs femmes. La victoire peut très bien arriver par les mêmes vecteurs que l’invasion musulmane contemporaine : l’entrisme culturel, le barrage de l’islam radical par les bienfaits de l’occident. C’est ce que nous avons de mieux à offrir.

Combien de musulmans se sont détournés du coran, après s’être frotté à notre société, ou par ignorance ou rejet, tout en se disant toujours musulman pour sauver les apparences ?

La meilleure lutte contre le danger intégriste n’est-il pas d’encourager les musulmans à suivre cette route ?

Je n’affirme rien. J’ouvre des portes de réflexion car je ne vois nulle part poindre de proposition réaliste.

Encore un effort, une grosse tape dans le dos pour les aider, et nos valeurs pourraient bien vaincre l’obscurantisme des Tarik Ramadan, et les neutraliser. Ce serait toujours mieux qu’une guerre civile dont l’issue, contrairement aux horreurs qui l’accompagne, est loin d’être connue.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info et source citée

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

clovis simard 17/07/2012 01:03


Blog(fermaton.over-blog.com),No-18.- THÉORÈME HOMOINFINITY. - De la Liberté ?