Etats-Unis: La Charia s'infiltre dans les tribunaux américains.

Publié le 8 Août 2010

Il n'y a donc pas seulement en Angleterre que des tentatives d'imposition de la charia se font.

Les traditionalistes musulmans s'efforcent de transformer les tribunaux des pays occidentaux en les forçant à tenir compte de l'islam et de la culture islamique qui considère la femme comme étant inférieure par essence de par la volonté de Dieu.

Les tribunaux répondent par le droit qui parfois se trouve prit en défaut n'ayant pas prévu ces demandes d'un autre âge. D'où des jugements comme celui qui suit.

Fort heureusement, le juge fût "retoqué". Mais il faut s'attendre à de nouveaux assauts de ce type un peu comme nous qui faisons face à la burqa et au niqab qui ne sont que des ballons d'essais pour tester notre résistance.

Gérard Brazon

Une défense basée sur la culture est accueillie à l'encontre d'une accusation de rapports sexuels non consensuels - La décision est renversée en appel (NdPdV : Pour plus de clarté, j'ai traduit «plaintiff» (demanderesse) par «épouse», et «defendant» (défendeur) par « mari»)

Extrait de la décision dans l’affaire S.D. c. M.J.R. (NJ Super. Ct. App. Div.), une demande d’ordonnance de restriction contre le mari:

 

Selon le dossier, l'épouse SD et le mari MJR sont des ressortissants marocains de foi musulmane. Ils se sont épousés au Maroc aux termes d’un mariage arrangé le 31 juillet 2008 alors que l'épouse avait 17 ans. Les parties ne se connaissaient pas avant le mariage. Le 29 août 2008, ils se sont établis au New Jersey en raison de l’emploi du mari comme comptable dans ce pays.

Tout en reconnaissant que le mari avait eu des relations sexuelles avec sa femme contre la volonté expresse de celle-ci en novembre 2008 et dans la nuit du 15 au 16 janvier 2009, le juge a conclu que les accusations d’agression sexuelle et de conduite sexuelle criminelle n’avaient pas été prouvées. Il a statué :

 

Cette cour ne croit pas que, dans les circonstances, le mari avait un désir criminel ou une intention criminelle d’agresser sexuellement ou d’avoir des relations sexuelles avec son épouse. La Cour estime qu'il agissait selon sa conviction que c’était sa prérogative, comme mari, d'avoir des rapports sexuels sur demande, que ceci était conforme à ses pratiques, et que ce n’était pas interdit.

Après avoir reconnu qu'il s'agissait d'une affaire dans laquelle la coutume religieuse entrait en conflit avec la loi, et qu'en vertu de la loi, l'épouse avait le droit de refuser les avances de son mari, le juge a conclu que le mari n'avait pas agi avec une intention criminelle quand il a insisté à plusieurs reprises pour avoir des rapports sexuels avec son épouse contre la volonté de cette dernière. 

La cour d'appel a infirmé la décision du juge en ces termes:

Comme l’a reconnu le juge, cette affaire met en cause un conflit entre le droit pénal et des préceptes religieux. Le juge a résolu le conflit en exemptant le mari de l’application des lois de l'État en raison de ses croyances religieuses. Ce faisant, le juge a erré.

Source : Cultural Defense Accepted as to Nonconsensual Sex in New Jersey Trial Court, Rejected on Appeal, par Eugene Volokh, The Volokh Conspiracy, 23 juillet 2010 Traduction partielle

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Francis Claude 09/08/2010 07:49



et si on les prennaient au jeu et que dans nos pays les musulmants soient jugés suivant la charria....combien de voleurs déja aurions nous en moins dans nos citées le clown
ribéry ne serait plus la pour nous faire son cinéma puisque lapidé.....non en fait leur loi est trés bien faite le prophete les connaissait bien!!!!et de plus nous leur ferons plaisir


ben voyons


Francis