Etre de droite interdit-il d'être choqué par le silence sur l'assassinat du Major Patrice Point.

Publié le 31 Janvier 2010

Je reviens sur la mort du Major Patrice Point promu Commandant du fait de son assassinat par des délinquants. Une façon de se faire pardonner sans doute. Une mort quasi anonyme puisqu’aucune voiture ne fût incendié, aucun mobilier urbain démoli, aucune famille défilant avec des associations locales. Rien de commun comme lorsqu’un jeune se tue tout seul parce qu’i est poursuivi par la police. Grand silence médiatique. Aucun journaliste expliquant les affres du métier, les angoisses des sorties, l’embarras devant une situation dont le policier sait à l’avance qu’il ne récoltera pas les louanges de la société mais plus grave de sa hiérarchie si attentive à la règle du « pas de vague ». Rien non plus des politiques qui ne souhaitent pas se mettre les « jeunes des cités » sur le dos. Peine perdue de toutes les façons. Les policiers de terrain savent qu’ils ont un soutien limité. Ils sont entre le « je croise les doigts ou je regarde ailleurs ». Est-ce de cette police que la société à besoin ?

            Sur un site de bonne qualité que je ne connaissais pas, l’auteur explique avec un humour noir cette tragédie. Je ne peux qu’approuver son récit.

 

ex : Les faits, une fois débarrassés de leur gangue de novlangue, donnent ceci : trois olibrius, se croyant très malins, roulent à trois sur un scooter (infraction n°1), volé (infraction n°2), sans casque (infraction n°3), sans lumière (infraction n°4), trop vite (infraction n°5), sans papiers (infraction n°6), refusent de s’arrêter devant un contrôle de police (infraction n°7), prennent un sens interdit (infraction n°8) et perdent le contrôle de leur véhicule (ce qui constitue aussi une infraction, stricto sensu, la n°9).


            Je reviens sur cette mort
car je suis déçu de la réaction d’un policier qui n’a pas compris le sens de mon article. Étant à l’UMP, il m’a soupçonné de profiter de la mort de ce Policier pour je ne sais quelle raison. Au-delà de l’insulte gratuite, je trouve pitoyable l’argumentation qui consiste à dire qu’un homme engagé à droite ne peut protester sur cette mort et sur celles d’autres policiers sans être soupçonné de récupération. Faut-il croire que la sensibilité, le cœur ou  l’indignation ne sont que des sentiments de gauche ?

Je vais clore sur cette mort car le Major Patrice Point ne mérite pas ça. Il ne mérite pas qu’un de ses collègues se permettre d'interdire à d’autres ce qui fait qu’un homme est un homme. C'est à dire la compassion.
Gérard Brazon

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

romuald 01/02/2010 13:57


Bravo Gérard!
Non mais alors! D'accord entre l'talent d' Bob Dylan et l'chapeau d'Bob Dylan... vous aussi,  l'option du chapeau vous a paru la plus cohérente...et alors? 
Mince!  sont énervant quand même...ceux qui pensent pas comme nous. Sourires and smiles.... Quoi?...Les smiles? ah bah non, ça marche pas... vous ne pouvez cumuler les points
Air France... non...  pas de points Amex non plus)