Eugenia Roccella : «Pour défendre la famille, une mobilisation européenne est indispensable»

Publié le 23 Avril 2013

Par  le 22 avr, 2013 @ 19:46

Rome (Italie). Nouvelles de France a rencontré Eugenia Roccella, députée du Latium élue sur la liste Peuple de la liberté et ancienne secrétaire d’État dans le Gouvernement Silvio Berlusconi IV. Ancienne figure féministe révolutionnaire et membre du Parti radical, cette diplômée en Lettres modernes, journaliste, elle défend aujourd’hui la vie et la famille traditionnelle.

Eugenia Roccella : «Pour défendre la famille, une mobilisation européenne est indispensable»Eugenia Roccella, vous êtes très engagée dans la défense de la famille et du mariage en Italie. Bien que la situation politique est encore confuse dans la péninsule, y a-t-il une chance que le « mariage » homosexuel puisse bientôt y voir le jour ?

En Italie, seule la gauche a inscrit dans son programme la reconnaissance des unions homosexuelles [NDLR : en Italie, il n’y a pas non plus d’unions civiles comme le PaCS en France]. Tous les dirigeants du Parti Démocrate (PD, parti majoritaire de la gauche italienne) lors des dernières élections, se sont prononcés en faveur de cette reconnaissance, selon toutefois quelques nuances : certains se prononcent en faveur du « mariage », avec la possibilité d’adopter un enfant, tandis que d’autres veulent une loi copiée sur le modèle allemand [avec une union civile]. Si la gauche était demain au gouvernement, notamment avec les partisans de Beppe Grillo, nous pourrions avoir une union civile. Mais le Parti Démocrate est aujourd’hui englué dans une crise profonde, comme nous l’avons vu avec l’élection du Président de la République : il s’est divisé, enterrant politiquement ses candidats, notamment l’ancien Premier Ministre, Romano Prodi, tandis que la candidature de Giorgio Napolitano (l’actuel président de la République , qui s’est rendu disponible pour un second mandat) a sauvé la situation in extremis. Si, et je pense que c’est probable, nous nous dirigeons vers un gouvernement d’unité nationale, c’est-à-dire une alliance entre le PD et PDL (centre gauche et centre droit) afin de mener des réformes beaucoup plus urgentes, la question du mariage gay sera mise de côté… au moins pour l’instant.

« La réaction française à la loi Taubira a beaucoup surpris et gêné les partisans du mariage homosexuel en Italie. »

Quelle est la perception ici en Italie, de la mobilisation française contre le « mariage pour tous » ? Qu’est-ce que les Italiens pensent de cette opposition à la dénaturation du mariage en France ?

La réaction française à la loi Taubira a beaucoup surpris et gêné. Tous ceux qui ont accusé, comme à leur habitude, les opposants au « mariage » homosexuels d’être des « réactionnaires » et des « religieux » sont pris de court, parce que la France est considérée comme le foyer de la laïcité. Mais c’est surtout l’attitude répressive et intolérante envers les manifestants qui nous a frappé, notamment des épisodes comme celui deFranck Talleu [qui a reçu une amende pour avoir simplement porté un sweat-shirt de la Manif pour Tous dans un jardin public]. Malheureusement, tout cela est arrivé alors que notre pays vit une situation politique explosive, ce qui explique le déficit d’attention médiatique que ces événements auraient pu avoir.

Après l’Espagne, la Belgique, les Pays-Bas et, plus récemment, le Royaume-Uni, le « mariage » homosexuel est légalisé peu à dans plusieurs pays du vieux continent. En Italie et ailleurs en Europe, cela ne semble être plus qu’une question de temps… La bataille est-t-elle perdue d’avance ? Pour amplifier l’opposition à cette vague de fond, une mobilisation européenne est elle nécessaire ?

La mobilisation française illustre précisément que la bataille n’est pas perdue. Ainsi, en Italie, en 2007, avec le « Family Day », un événement qui a mobilisé plus d’un million de personnes dans la rue, nous sommes parvenus à repousser une loi confuse et ambiguë qui créait une union civile entre les personnes de même sexe. À l’époque, il y avait une forte implication des associations catholiques, mais certaines personnalités et associations laïques ont également fait entendre leur voix. C’est là qu’est la clé : on peut l’emporter lorsque ceux qui ne sont pas nécessairement croyants se rendent compte que la question n’est pas de créer de nouveaux droits individuels, mais qu’en réalité, l’intervention sur les fondamentaux anthropologiques de l’être humain, sur les bases mêmes de la différence sexuelle, représente un danger… Une mobilisation européenne est dès lors indispensable afin d’unir nos forces et d’être en mesure d’ouvrir un véritable débat politique et culturel sur toutes ces questions fondamentales.

De notre correspondant permanent en Italie.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

Yves IMBERT 23/04/2013 20:43


L'idée du mariage pour tous ne peut qu'être issue d'un cerveau décérébré par le marxisme et constitue un acte contre nature  outre une dégéneresence de civilisation qui doit se régler par
tous moyens y compris au final par la voie des armes sur le fondement de l'article 35 de la déclaration des droits du citoyen de 1793

marco 23/04/2013 16:06


Il faut arrêter de mêler l'europe a nos affaires,nous n'avons pas besoin d(être tenus par la main,chaque pays européen a des sensibilitées différentes-occupons-nous de nos affaires
nous-même,l'europe ne nous apporte rien.