Europe: dévaluer l'Euro jusqu'au dernier Grec vivant /2

Publié le 22 Juillet 2011

L'Europe partout, l'Europe dans touts les bouches, les mêmes propos, l'Europe est sauvée car l'euro, c'est l'Europe et par conséquent, sans l'Euro il n' y a plus d'Europe.. (Message sous jacent de Nicolas Sarkozy).

Curieux tout de même car il m'avait semblé jusqu’ici que l'Union européenne existait déjà avant l'Euro. Avec des effets positifs peut-être, mais aussi ces effets nocifs pour les nations. Je constate que c'est surtout les banques qui ont été encore sauvé.

Qui paient? Les français, les citoyens de tous les pays d'Europe. Ceux qui crient victoire ne sont pas ceux qui vont payer le plus. Comment faire confiance à des élus nationaux, qui perçoivent des émoluments disproportionnés à leurs actions et vivent très bien sur la nation France? 

La Grèce dans le collimateur, elle a menti, elle n'a pas été correct, alors des voix s'élèvent pour dire qu'il faut que la Grèce paye. Que l'Eglise orthodoxe paie des impôts, que l'on réduise le budget de l'armée grecque, etc. Comment peut-on exiger ce genre de genre de choses qui font partie des droits régalien d'un état. L’Eglise orthodoxe qui est immensément riche devrait payer des impôts. L'armée grecque n'a plus d'ennemis disent ces braves gens, la Turquie n'est plus un danger, etc. Voit-on les grecs, nous dire qu'il faut que l'on réduise notre budget militaire? Quel toupet ! Quel aveu cette volonté de réduire les nations à un rôle de province. Les devoirs régaliens d’une nation sont la défense (armée-espionnage-diplomatie), la sécurité intérieure (police), battre la monnaie (supprimé par l’euro) c'est-à-dire assurer l’indépendance de son pays. Bientôt, il ne restera à ces pays que la police est pour cause.

La nation c’est l'ennemi ! C'est de plus en plus clair. Les français réalisent que la Grèce, même si elle a menti, n'est plus considérée comme une Nation et que la France sera traitée de la même manière. Alors certes, l'Europe est sauvée nous disent-ils ! Nous allons l'entendre partout et souligner l'énergie de notre Président de la République. Un Président qui est dynamique, c'est une évidence, mais qui s'agite beaucoup ces derniers temps à la veille des élections majeures y compris sur des terrains qu’il avait abandonné comme la sécurité. J’aimerai bien qu’il mette fin à l’islamisation et à l’immigration de repeuplement. Mais là, il ne se passera rien.

L'Euro est sauvé disent-ils, mais chacun sait bien que cela ira bien en principe jusqu'en 2012. Mais les problématiques de l'Espagne, du Portugal et de l'Italie seront là d'ici peu. Octobre disent les mauvaise langues. Ils gagnent du temps, mais la question qui reste est: comment peut-on faire la même monnaie avec des pays bien plus pauvres que d'autres ? Comment peut-on mettre dans le même moule, des pays ayant des règles économiques, une industrie, une culture, une vision de la discipline économique et politique aussi différents.

Certains nous font des comparaisons audacieuses si ce n'est idiotes. Les Etats-Unis comme exemple. La Californie solidaire du Texas ou du Maine! Comme si l'Union Européenne était les Etats-Unis, un état fédéral, un pays constitué d'Etats entrés dans une fédération américaine, à fur et à mesure de leur déclaration d’indépendance ou de conquête (Texas, Californie, etc.) par cet état fédéral. Sans compter la guerre civile dans les années 1860 !  L'américain moyen se sent Made USA. Ce qui est loin d'être le cas des Français, des Allemands et autres,  qui ne se sentent pas citoyen de l'Europe. C'est originel. On ne peut pas se sentir européen avec les méthodes utilisées par les élus nationaux qui l'ont constitué dans le dos des citoyens.

Retour à la Grèce, aux banques : alors c'est encore ces même citoyens qui vont régler la note de cette monnaie imposée par une minorité et non par le peuple. L'Europe telle qu'elle est n'a pour moi aucun intérêt. Ce n'est pas mon pays l'Europe. Cela aurait pu se faire mais dans le respect des nations. Car tout n'est pas mauvais dans l'idée d'Europe, mais à condition que les peuples aient été associés pleinement à sa construction. En fonction des réalités politiques et économiques.

On aurait pu imaginer une Europe souple et pourquoi pas à terme, une Europe constituée de pays souhaitant s'unir plus fortement avec référendum à la clef.  Mais les dirigeants ont préféré s'élargir plutôt que d'approfondir. Allez vite, plutôt que de prendre son temps.

Je fais partie de ces français qui reste fidèle à l'idée d'une Europe gaullienne d'un nombre d'états limités basés sur la culture judéo-chrétienne assumée,  avec la France comme guide si ce n'est comme premier état. Et l'on aurait retrouvé nos frontières naturelles et bouclé le rêve de nos Rois et Empereurs. Nous avons été noyé par l'élargissement et cela c'est à mettre au passif de nos dirigeants d'hier et d'aujourd'hui. L'Euro est un symptôme de la maladie originelle, nous sommes trop différents dans ce magma européen qui est composé de pays émergents avec des économies pauvres et d'autres bien plus riches. La réponse politique des européiste est le nivellement pas le bas.  Plus d’Europe revient à plus de pauvres européens.

J'en conclu simplement que cette Europe n'a pas d'avenir et que c'est donc une occasion manquée, encore une. En attendant, ceux qui vous disent qu'il faudra mettre la main à la poche en tant que contribuables ou clients des banques ne seront pas les payeurs !  Comme d'habitude.

Gérard Brazon

Tous les textes sont libres d’accès sous réserve d'en citer les auteurs et le site.

Gérard Brazon / http://puteaux-libre.over-blog.com

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

SEGOND Emile 22/07/2011 18:50



Et une fois de plus la France vas encore cracher au bassinet.Ce n'est pas ce qui s'auveras l'Europe,quand on se rend compte que il y a déja de grosses difficultés en Irlande,au Portugal,en
Espagne,en Italie et malheureusement la France rejoindras le groupe d'ici peu.


A ce moment la ,qui nous viendras en aide????


Préparons nous a la débacle,et la il faudras appliquer des mesures que l'on imagine, mais que personne a le courage de de vouloir réaliser ci ce n'est que Marine LePen.



Claude Germain V 22/07/2011 18:19



Tout simplement parce qu'il n'y a jamais ,mais jamais eu de consensus  de la part de tous nos dirigeants de tous bords de faire une Europe ,une veritable Europe formée seulement d'une
quinzaine de pays ,en respectant surtout le coté effectivement civilisation.
D'ailleur la Pologne qui je pense meritait depuis le début d integrer l'Europe a toujours été meprisée sur sa demande d'inscrition dans les statuts Européens en ce qui concerne l'origine
Judéo-Chretienne de l'Europee .Principe hautement prioritaire refusé par certains ; les "certains" ce sont trahis par ce refus en se dévoilant donc mondialistes.


Rappellez vous l'oublie volontaire   des fetes chretiennes sur le calendrier europeen ,ce ne peut etre une erreur ,la
chose est trop flagrante ,alors que ce sont des fetes prioritaires pour tous les européens de souche .....et là pas question de dicrimination.....qui a donné l'ordre du sacrilége ???meme pas
d'enquete .....