« Éva » mariée de force ! Autocensure et subtile désinformation au JT de France 2

Publié le 6 Décembre 2011

par Docdory - Riposte Laïque

C’est à une forme subtile et perverse de désinformation politiquement correcte à laquelle nous avons assisté lors d’un journal télévisé de France 2.

Examinons les faits :
Le 25 novembre 2011 , au journal télévisé de vingt heures, quelques minutes de cette édition ( à partir de 18’30″ jusque vers la 23 ème minute) furent consacrées à la journée internationale contre la violence faite aux femmes. (1) Un reportage était consacré à cette occasion aux mariages forcés.

Dans une première partie était interviewée une responsable d’une structure d’accueil pour femmes mariées de force. Dans la deuxième partie de ce reportage il était question du devenir d’une femme mariée de force et déjà mentionnée dans un premier reportage fait cinq ans auparavant. Citons la journaliste :
« Il y a cinq ans nous avions rencontré « Éva » .Ses parents l’avaient forcé à épouser un homme, afin qu’il obtienne la nationalité française. Elle a fui et trouvé refuge dans cette famille d’accueil du planning; la peur au ventre car elle se savait activement recherchée. »
Suivait dans ce document l’interview de la dénommée « Éva » , dont le visage est flouté dans le reportage :
« C’est tellement violent , ils peuvent être capables de tuer, quoi !
C’est l’honneur et la réputation de la famille qui est sali, c’est un truc, euh, pour une famille c’est horrible »
« Cinq ans plus tard, nous l’avons retrouvée, à 27 ans. « Éva » travaille dans la restauration, elle a son propre appartement et seuls ses amis proches connaissent sa vie d’avant. C’est pourquoi elle préfère garder l’anonymat, pour éviter de froisser sa famille, avec laquelle elle a renoué des liens ( … ) « Éva » n’a pas réussi à faire annuler son mariage. Elle a du divorcer. Une procédure longue.
Pendant des années, elle a été obligée de porter le nom de cet homme qu’elle n’a pas choisi. . »C’est fait c’est officiel, maintenant je suis moi même ( … ) « déclare « Éva ».
« Seule ombre au tableau (ajoute la journaliste) ses rapports avec les hommes. Il y a cinq ans elle n’arrivait pas à parler des relations sexuelles imposées par son « mari » aujourd’hui des fêlures restent encore ( … ). »

Une étrange impression de bizarrerie frappe le téléspectateur à la vue de ce document. Qu’est-ce donc qui ne va pas dans ce reportage ?

Une jeune fille d’origine étrangère mariée de force et prénommée Éva ?
Sans doute une allemande ou une scandinave si l’on se fie au prénom, même si, comme l’affirme la journaliste, celui-ci a été changé pour préserver l’anonymat de cette jeune femme ? C’est bien connu, les Français d’origine allemande ou scandinave sont très réputés en raison de leur fâcheuse habitude de marier leurs filles de force à des bavarois pleins de bière ou à des scandinaves pleins d’aquavit pour faciliter l’entrée de ceux-ci en France, et menacent leurs filles de mort si elles les déshonorent en refusant le mari qu’on leur a choisi…

Bon, il faudrait peut-être arrêter de prendre les gens pour des demeurés. Si l’on ne peut que respecter la volonté d’anonymat de cette femme mariée de force, encore faudrait-il que le journaliste ne fasse pas de la désinformation manifeste. Soit il se bornait à ne donner aucun prénom, ce qui respectait l’anonymat, et laissait au téléspectateur le soin de faire marcher son imagination, soit il remplace le prénom par un prénom vraisemblable. Or, il faut quand même un minimum d’honnêteté. Les jeunes filles mariées de force en France ne se prénomment jamais « Éva », mais sont en général porteuses de prénoms fréquemment donnés chez les adeptes d’une certaine religion dite « d’amour, de paix et de tolérance » dont le journaliste ne veut surtout pas qu’elle soit associée dans l’esprit du téléspectateur moyen à l’idée du mariage forcé. Si le journaliste avait été honnête, il aurait remplacé, par exemple, le prénom « Aïcha » (Petite fille de 9 ans mariée et "consommée" par Mahomet ce qui en fait un pédophile. Note de Gérard Brazon) par le prénom « Khadidja » (Riche héritière et première femme, de mahomet qu'elle épousa dans un âge avancée alors qu'il était jeune homme ce qui en fait un gigolo. Note de Gérard Brazon) La vraisemblance du reportage en eut été grandement renforcée, et l’anonymat tout autant respecté.

Il n’est d’ailleurs pas certain que ce soit l’auteur du reportage elle-même qui ait décidé du changement de prénom, mais qu’elle se le soit fait imposer par sa hiérarchie.
On peut imaginer que le supérieur hiérarchique de la journaliste, avant de diffuser le reportage, lui dise : « ouh là là, ton changement de prénom, ça ne va pas du tout. Khadidja, ça stigmatise les musulmans, il ne faudrait pas que l’on puisse dire que France 2 véhicule des clichés islamophobes, va falloir me changer ça pour un autre prénom étranger qui ne fasse pas musulman, tu n’as qu’à choisir un prénom nordique, comme « Éva ».
En réalité, les responsables de ce reportage se trouvèrent confrontés à un phénomène psychologique bien connu, la « double contrainte » ( 2 ) née du conflit entre deux impératifs moraux qui s’opposent : dénoncer les mariages forcés, c’est être féministe, donc c’est bien, par contre, laisser entendre directement ou indirectement que les mariages forcés auraient quelque chose à voir avec la religion mahométane, c’est de la stigmatisation et de l’islamophobie, donc c’est mal. La résolution de ce conflit intra-psychique insoluble chez le bobo politiquement correct aboutit à une déformation de la réalité par autocensure, qui fait que ce reportage non seulement élimine une information importante permettant au téléspectateur de comprendre la cause première de ce mariage forcé, c’est-à-dire l’idéologie islamique, mais en plus pourrait faire croire à une information erronée des mariages forcés chez des immigrés du nord de l’Europe : si l’on excepte le mariage politique à contrecœur de François Hollande et Éva Joly, on ne voit guère d’autres exemples !

Ce n’est pas la première fois que les médias utilisent ce procédé onomastique désinformationnel « anti-stigmatisation » : on se souvient que dernièrement, l’auteur d’un méfait qui aurait pu avoir des conséquences fort dangereuses avait vu son prénom, Jihad, changé quelques jours plus tard par M6 en « Sébastien » (3), là encore pour éviter une stigmatisation, sans doute.

En résumé, ce changement de prénom plus que discutable opéré par France 2, non seulement se met à stigmatiser abusivement les populations germaniques ou scandinaves, dont rien ne permet d’affirmer qu’elles aient la moindre tendance à pratiquer le mariage forcé, mais occulte complètement la cause principale de ces mariages forcés : une certaine religion dans l’idéologie de laquelle la femme est un quasi-objet dont les droits humains sont réduits à la portion congrue, religion dont nombre d’adeptes plus ou moins récemment immigrés en Europe sont à l’origine de la quasi-totalité des mariages forcés observés dans nos pays.
Il est amusant de constater qu'alors qu’on s’est moqué à juste titre, il y a peu, d’un ancien Ministre de l’Intérieur qui prétendait en toute mauvaise foi faire croire qu’il parlait d’auvergnats alors qu’ils parlait en réalité d’arabes, certains utilisent le même procédé en laissant supposer que des mariages forcés existent chez des immigrés ayant un nom à consonance germanique, alors qu’on sait bien de qui ils parlent en réalité ! Sans doute croient-ils cette fois que c’est pour la « bonne » cause …

Docdory

(1) http://jt.france2.fr/player/20h/index-fr.php?jt=20111125

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Double_contrainte

(3) http://rutube.ru/tracks/3569138.html?v=44c384f014c64e6b8f00fa5db6e2d82f&&bmstart=1000

France 2 n'en est  pas à son premier coup dans le genre désinformation! Il suffit de se rappeler l'affaire Al-Dura avec ce petit palestinien qui aurait été assassiné par l'armée israèlienne alors que grâce à Philippe Karsenty, il a été démontré que le reportage de France 2 était partial et truqué! La même volonté de détourner et travestir la réalité et la vérité quand France 2 présente Israël d'une manière totalement partiale et mensongère au profit des soit-disants "palestiniens" ....

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article