Exclusif - En 1996, tous les pays arabes ont ratifié la charia ! Par Guy Sauvage et Sami Aldeeb

Publié le 11 Février 2015

Tout ce qu’il faut savoir sur la Loi islamique (la CHARIA) et ses conséquences dans le quotidien

Série d’interviews du Professeur Sami ALDEEB

Le professeur Sami Aldeeb, juriste international, professeur des Universités, directeur du Centre de Droit Arabe et Musulman et responsable du droit arabe et musulman de 1980 à 2009 à l’Institut Suisse de Droit Comparé de Lausanne, citoyen suisse d’origine palestinienne, est mondialement réputé pour son érudition, sa finesse d’analyse et son esprit indépendant. (1)

Il a écrit une trentaine d’ouvrages sur le droit musulman et les méandres de ses mises en pratique.

Il a aussi travaillé à une œuvre monumentale pendant des années : la version bilingue (arabe‐français) du coran, dans l’ordre chronologique, selon les critères retenus par l’université d’al-Azhar du Caire.

Dans les semaines qui viennent, nous allons mettre en ligne une série d’interviews vidéos du professeur Sami Aldeeb, dans lesquelles il expose les résultats de ses travaux essentiels pour la compréhension du droit musulman (la Charia) et des conséquences de ses applications dans l’actualité la plus brûlante.

En 1996, tous les pays arabes ont ratifié la charia !

Notre vidéo numéro 1 est un « scoop », dans la mesure où le professeur Sami Aldeeb y révèle que tous les pays arabes (membres de la Ligue Arabe) ont ratifié, en 1996, le Code Pénal Arabe Unifié, qui prévoit l’application totale de la Charia comme idéal à atteindre pour tous les pays signataires, y compris ceux considérés comme « modérés » (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, etc.).

Cette ratification inouïe de la Charia par tous les pays arabes est intégralement passée sous silence par les dirigeants et les médias occidentaux, depuis 1996.


https://www.youtube.com/watch?v=Yyn-wZTaP0Q

Extraits du Code Pénal Arabe Unifié (2)

L’article 248 du Code Pénal Arabe Unifié prévoit un mois à un an de prison pour « tout musulman qui rompt le jeûne de Ramadan, ouvertement, en place publique, et sans raison légitime », le juge pouvant remplacer cette peine par 35 coups de fouet en vertu de l’article 29.

Les articles 148 et 149 relatifs à la consommation d’alcool prévoient 40 coups de fouet pour tout musulman qui boit de l’alcool.

Enfin, voici le passage de ce Code Pénal Arabe Unifié, qui prévoit la mort pour tout apostat (ex-musulman) :

Article 162 – L’apostat est le musulman, homme ou femme, qui abandonne la religion islamique par une parole explicite ou un fait dont le sens est indiscutable, insulte Dieu, ses apôtres ou la religion musulmane, ou falsifie sciemment le Coran.

Article 163 – L’apostat est puni de la peine de mort s’il est prouvé qu’il a apostasié volontairement et s’y maintient après avoir été invité à se repentir dans un délai de trois jours.

Article 164 – Le repentir de l’apostat se réalise par le renoncement à ce qui a constitué sa mécréance; son repentir est inacceptable s’il apostasie plus de deux fois.

Article 165 – Tous les actes de l’apostat après son apostasie sont considérés comme nuls de nullité absolue, et tous ses biens acquis par ces actes reviennent à la caisse de l’État.

Guy Sauvage

1) Sami Aldeeb

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sami_Aldeeb

Blog de Sami Aldeeb :

Savoir ou de faire avoir

http://www.blog.sami-aldeeb.com/

2) Voir l’article de Sami Aldeeb (publié dans la Revue Internationale de Droit Comparé en 2007) sur le « Rôle de la religion dans l’harmonisation du droit des pays arabes », dans lequel il évoque le Code Pénal Arabe Unifié (pages 280-281) :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ridc_0035-3337_2007_num_59_2_19518

Le Plan de Sanaa pour l’unification des lois arabes, approuvé en 1981 par le Conseil des Ministres Arabes de la Justice, figure sur le site de la Ligue Arabe :

http://www.carjj.org/node/236

Son texte intégral peut être consulté ici :

http://www.carjj.org/sites/default/files/sanaa-plan.doc

Le projet de Code Pénal Arabe Unifié, approuvé par le Conseil des Ministres Arabes de la Justice en 1996, figure sur le site de la Ligue Arabe dans la liste des lois approuvées, et son texte entier peut être téléchargé ici.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

maury 11/02/2015 21:06


L'islam est la tromperie la plus réussie de l'histoire de l'humanité (Amil Imani)


Amil Imani est un Américain d'origine iranienne. Ancien musulman, il tente d'alerter le monde au danger de l'islam radical et de libérer ses
coreligionnaires de l'emprise de l'islam. Écrivain, essayiste, poète, traducteur, conférencier et analyste politique, Imani collabore à la rédaction de FamilySecurityMatters.org et est l'auteur de Obama Meets Ahmadinejad et
du thriller Operation Persian Gulf.


 


 


(Amil Imani) Dans le primitif désert d’Arabie, est apparu il y a quatorze siècles, un employé illettré
d’une riche veuve, Khadija, prétendant être porteur de préceptes de vie parfaits dictés par Allah : le coran.


Il proclama que l’humanité n’avait rien de mieux à faire que de suivre ces préceptes et d’imiter son comportement dans la vie pour garantir son bonheur et son salut. En contrepartie, les gens
devaient adopter l’islam – se soumettre - en inféodant leur liberté à Mahomet.


L’islam est la tromperie ayant rencontré le succès le plus énorme de l’histoire de l’humanité. Des millions de mollahs et d’imams entretiennent cette arnaque et un milliard et demi de croyants en
paient le prix. Ils paient en argent, en labeur et même de leur vie pour les reconnaissances de dette des organisations musulmanes qui se faufilent dans la vie sans jamais la moindre goutte de
sueur pour gagner leur pain quotidien. L’islam est une arnaque et les musulmans en sont les victimes.


Mahomet, pendant sa période mecquoise, était ridiculisé par les membres de sa propre tribu, les Quraychites, pour ses propos incohérents. Ils le surnommaient le « shaeron
majnoon », le poète cinglé.


Le décès de sa première épouse, et très riche patronne, laissa Mahomet dans une situation précaire et à la merci des quolibets et du harcèlement des Mecquois. Il a pris la fuite vers Médine, et
dans la sécurité relative de cette ville où vivait une large communauté juive tolérante, il trouva davantage de gens disposés à rejoindre sa clique.


Arrivé à Médine, Mahomet imagina une formule à succès plus performante : il justifia tout en prétendant que c’était la volonté d’Allah. Et Allah ne devait pas être pris à la légère. Il
détient les clés du plus magnifique paradis et du plus horrible enfer. L’obéissance aveugle aux paroles et aux désirs de Mahomet devint un devoir pour tout bon musulman. Mahomet se transforma en
gardien du paradis et de l’enfer d’Allah. Cette formule magique a très bien marché avec les Bédouins d’Arabie qui prospéraient grâce aux pillages et aux meurtres. Sa religion se répandit comme
une pandémie, en un temps record.


Alors que Mahomet rassemblait de plus en plus d’adeptes, il se retourna contre la communauté juive de Médine, tua les hommes, pilla leurs biens et emmena leurs femmes et leurs enfants comme
esclaves. C’était la naissance du « djihad ». Etre tout mielleux et cacher son jeu au début, puis dégainer le glaive dès que l’on a gagné en puissance. Cela marchait à l’époque et cela
marche encore.


En un temps record, ces sauvages du désert arabique, émoustillés par la promesse gagnant-gagnant de Mahomet – soit tu assassines et tu as le butin dans ce bas-monde, soit tu es tué et tu demeures
pour l’éternité dans les jouissances et les voluptés inimaginables du paradis d’Allah – se ruèrent, sabre au clair, en avant vers la conquête des terres lointaines.


 


Contrôle mental


Les êtres humains se déplacent sur leurs deux pieds, mais c’est l’esprit qui dicte la direction à prendre dans la vie et ce qu’il convient de faire. Là où l’esprit ordonne d’aller, là on va.
Cependant, l’esprit humain n’arrive pas dans ce monde avec la marche à suivre. Contrairement à certaines opinions, nous sommes nés ni anges ni démons. Chacun de nous a le potentiel de devenir
ange ou démon. La plupart évoluent vers un mélange des deux, quelques rares spécimens évoluent vers une voie angélique, d’autres deviennent l’incarnation du Mal. La programmation mentale joue un
rôle crucial dans ce que nous devenons.


L’islam, dès son origine, a découvert le secret crucial de formater les très jeunes esprits, selon l’adage : instruire dans la petite enfance c’est comme sculpter dans le roc. Dans la même
veine, les Jésuites disent « Donnez-moi un enfant jusqu’à ses sept ans et je vous rendrai un homme », c’est une application de la philosophie et de la théologie de Saint Augustin.
L’importance immense de s’adresser à des enfants très jeunes est également soulignée par des doctrines non-religieuses, allant de la psychanalyse freudienne à la psychologie behavioriste de
Watson.


 


Les apologistes de l’islam


Et nous voilà, au 21ème siècle, face aux assauts des islamistes, des djihadistes et des apologistes de l’islam dans notre culture et notre mode de vie. Voici les fruits nocifs de
l’arbre fallacieux planté par Mahomet il y a 1400 ans.


Les docteurs autoproclamés de la religion musulmane pratiquent universellement un enrobage mielleux pour camoufler la vaste escroquerie de l’islam. Ils affirment haut et fort l’importance
d’accepter les choses sans discuter, dénigrent la raison, alternent la carotte et le bâton et exigent une soumission inconditionnelle en contrepartie de la promesse du bonheur et du salut. Les
masses marchent au pas, entretiennent un clergé parasitaire au mode de vie somptueux, et le manège continue à tourner. Cela fonctionne comme un envoûtement. Tu utilises le djihad de l’épée si tu
peux, ou sinon le djihad soft puis tu dégaines le sabre pour terminer le boulot. Et surtout, n’oublie pas : « La fin justifie les moyens », prêchent sans cesse les
apologistes de l’islam à leurs hordes.


Les apologistes de l’islam n’exposent jamais la vérité nue de l’islam. Ils ne mentionnent jamais cet islam qui se nourrit de haine, jette de l’acide au visage des femmes qui ont omis leur voile
et aux fillettes sur le chemin de l’école, fouette ceux qui arborent des coiffures non-islamiques, lapide à mort ceux qui dévient de ses normes sexuelles et toutes ces sortes d’atrocités comme
les crimes d’honneur. Ils ne disent jamais non plus que la pédophilie est institutionnalisée par l’islam.


Le prophète Mahomet a « épousé » une fillette de six ans et a consommé ce mariage quand Aicha avait seulement neuf ans, alors qu’il allait sur ses 60 ans. Quand les apologistes sont
confrontés au sujet de ce comportement répugnant du fondateur de leur si « parfaite religion », certains exercent le mécanisme de défense du déni et prétendent que cela ne s’est jamais
passé, reniant leurs propres sources historiques les plus fiables. D’autres prétendent que ce n’était pas vra