Exécutions Sommaires de l'Administration Obama - par Albert Soued

Publié le 30 Mai 2011

Par Albert Soued, écrivain, www.chez.com/soued pour www.nuitdorient.com

Paris le 29 mai 2011

On oublie souvent qu'avant de devenir un chef terroriste, Ben Laden était un playboy de la "high society" saoudienne, fils d'une famille qui brille dans les affaires, notamment les travaux publics, et qui a fait sa fortune dans le commerce de la "gomme arabique" ou "laden". Comme son maître à penser, Sayed al Qotb, Ousama fut converti au jihad, après un séjour aux Etats-Unis. Jaloux d'une civilisation avancée, refusée par la majorité des sociétés tribales islamiques ou écoeuré par les excès d'une modernité, considérée comme satanique, Ousama ben Laden trouve alors sa "mission" et fait ses premières armes contre un autre Satan, le communisme en Afghanistan. Son jihad culmine dans les attentats du 11/9, grâce auxquels il consolide les fondements de son organisation "al Qaeda" et propage sa doctrine jihadique de se débarrasser des incroyants, fussent-ils musulmans, "par l'épée et le sabre". Son organisation fait des émules, sous diverses étiquettes, tuant et semant la terreur partout dans le monde, de Bali à Casablanca, en passant par Djerba, Madrid ou Londres, cherchant à impressionner et à rallier les masses musulmanes.

Mais en s'éparpillant et en tuant sans perspicacité, surtout d'autres Musulmans, le message d'al Qaeda a perdu de sa vigueur et de sa crédibilité. Nous avons fait une synthèse de son action en perte de vitesse depuis déjà 2 ans Que fait Al Qaeda au 1er trimestre 2009 ? & Où en est Al Qaeda 7 ans après ? L'aura de Ben Laden n'a fait que décliner depuis, et on savait qu'il s'était réfugié en Afghanistan aux abords d'une ville. Nous ignorons le degré de complicité de l'ISI Pakistanaise avec l'administration Obama, mais nous savons que celle-ci détenait depuis longtemps l'information sur la retraite de Ben Laden, un vieillard croupissant dans le dénuement d'une bâtisse-prison et passant en revue ses exploits passés. L'administration Obama a choisi le bon moment pour exécuter sommairement ce chef terroriste malade et le faire disparaître sans sépulture. Pour redorer le blason de leur président terni par les résultats désastreux des élections de mi-mandat – dus à sa politique économique et à sa politique étrangère, toutes les 2 irresponsables et mettant la nation américaine à genoux -- et  aussi par les exécutions politiques sommaires de ses anciens amis au Moyen Orient.

Eliminer Ousama Ben Laden n'était que justice, mais les mises en scène de son exécution et des "trésors d'information recueillies" frôlent le médiatique obscène, comme d'ailleurs les conditions humiliantes de l'arrestation, de la détention et de l'exécution politique sans jugement du haut responsable d'un organisme financier international. Tout cela pour que B H Obama remonte dans les sondages et obtienne en 2012 un second mandat.

 

B H Obama n'a aucune sympathie pour l'Occident, ni pour Israël, nous l'avons déjà dit, et il suffit de relire nos articles depuis 3 ans (voir pj).

B H Obama cherche à affaiblir les Etats-Unis à l'intérieur comme à l'extérieur et toutes ses actions mènent vers un conflit majeur, pour que l'Islam puisse triompher sur les ruines de l'Occident.

Mais il y a un état qui gêne terriblement ce projet secret. Depuis qu'il est au pouvoir, B H Obama cherche par ses actions et ses discours à enlever progressivement tous les atouts qui assurent la survie d'Israël au Moyen Orient: les implantations en Judée Samarie, les constructions à Jérusalem, l'ambiguïté nucléaire, les maigres gains territoriaux, mais qui sont stratégiques, suite aux guerres imposées par les pays arabes, le non retour des "réfugiés arabes", le non rejet du Hamas, voué à la destruction d'Israël, comme partenaire d'une paix éventuelle etc… Tout cela avec un sourire ingénu.

Profitant du "printemps arabe", l'administration Obama a favorisé le départ de dirigeants au Moyen Orient, certes omnipotents et corrompus, mais elle a aussi favorisé des situations de désordre qui peuvent déboucher sur des états islamiques, voire islamistes. Dans 2 cas flagrants, curieusement, elle s'est abstenue de s'en mêler: en Iran en août 2009, lors de la révolution verte contre le régime dictatorial des mollahs, suite à des élections présidentielles truquées; en Syrie où des hommes courageux se battent et meurent tous les jours pour se débarrasser d'une oligarchie réactionnaire et ombrageuse, abritant tous les terroristes du Moyen Orient. L'Iran et la Syrie forment avec le Hezbollah et le Hamas "l'axe du Mal" au Moyen Orient, défini par G W Bush.

La chute des al Assad avec l'arrivée au pouvoir d'un dirigeant comme Ghadri, soutenu par l'Occident, affaiblirait l'Iran shiite, pourrait même accélérer la chute d'Ahmedinejad, renforcerait la démocratie au Liban, en asséchant l'approvisionnement en armes du Hezbollah, faciliterait des solutions politiques pacifiques au Yémen, à Bahrein, en Libye, affaiblirait l'arrogance du Hamas et faciliterait une paix globale au Moyen Orient. Une réaction en chaîne pourrait se produire, comme celle qui a démarré fin 2010 en Tunisie, quand un jeune homme s'est immolé par le feu.

Depuis que l'administration Obama a réouvert son ambassade à Damas, sans préjuger des résultats du tribunal international de la Haye, concernant l'assassinat de Rafik Hariri, ex-1er ministre du Liban, sur ordre des dirigeants syriens, on a compris que cette administration cherchait à préserver l'Axe du Mal et n'avait aucun intérêt dans une paix au Moyen Orient.

La récente controverse Obama-Nétanyahou sur les frontières d'Israël ne fait que confirmer cette thèse.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Nancy VERDIER 30/05/2011 13:48



Obama joue un jeu dangereux et n'aurait jamais dû être élu. C' est un traître à la nation américaine, y compris aux noirs américains. Il a fait voter des milliards pour renflouer les
banques, sans jamais se soucier du sort de ceux qui perdaient leurs résidences. Augmentation des taux,subprimes et produits pourris fabriqués par les banques pour protéger leurs intérêts, tout
cela continue comme par le pasé et les gens continuent de perdre leurs maisons. L'Amérique est super-endettée, elle est sur le déclin. La fin d'Obama est peut-être plus proche qu'on ne le croit.
Il peut ne pas être réélu aux prochaines élections de 2012, à condition qu'un bon candidat se présente contre lui. Il peut y avoir de nouveaux évènements qui stopperont net son ascension
illégitime et contraire à nos valeurs.