Explosif ! – Liban : Michel Aoun avec un ‘A’ comme Al-Qaïda. Par Michel Garroté

Publié le 15 Août 2012

Djihad en Syrie

 

Michel Garroté – J’ai démontré à plusieurs occasions ces dernières semaines – sources et preuves à l’appui – que des combattants djihadistes et des cellules terroristes opèrent en Syrie. A cet égard, je note que les chrétiens libanais, eux, ne sont pas toujours de cet avis. Le martyr que leur a infligé pendant des décennies le clan Assad explique peut-être – en partie – le désir de tant de chrétiens libanais de voir chuter le dictateur de Damas (des liens vers une quinzaine d’analyses de moi-même et de MediArabe.info figurent en bas de page).

Le désir est donc grand chez bien des chrétiens libanais de voir chuter le dictateur syrien. Cela dit, il faut tout de même rappeler ici que depuis qu’Ayman Al Zawahiri, leader d’Al-Qaïda, tonne que les Syriens doivent démolir Bashar Al Assad, le conflit syrien est devenu très attractif pour les combattants djihadistes. Mayid Bin Muhammad Al Mayid, émir des Brigades Abdullah Azzam, un groupe venu d’Irak et la Brigade turque Omar Faruk demandent à tous les Syriens d’appuyer la révolte contre le régime d’Assad. Le groupe djihadiste le plus actif en Syrie, le Front al Nusrah, lié à Al-Qaïda, revendique les attentats qui ont eu lieu sur sol syrien, y compris les explosions de véhicules chargés de bombes à Damas et à Alep. La branche irakienne d’Al-Qaïda est aussi présente en Syrie.

Un groupe de cent cinquante combattants d’une dizaine de nationalités (Turquie, Afghanistan, Somalie, Irak, Libye, Pakistan, Bangladesh, Tchétchénie, Liban, etc..) mènent le djihad en Syrie et proclament leur loyauté à ‘Al-Qaïda au Maghreb Islamique’ (AQMI) ou au ‘Shura Taliban’. Des djihadistes libyens ont formé – entre autre – les combattants du groupe Liwaa Al Umma (la Brigade de la Communauté des Croyants) et ils luttent depuis des semaines contre le régime syrien. Ces combattants sont dirigés par un certain Mehdi al Harati, un commandant libyen en cavale avec un passeport irlandais.

De leur côté, les Chrétiens de Syrie redoutent de devoir un jour payer de leur vie leur soi-disant « proximité » avec le régime de Bachar el-Assad. L’éventuel remplacement de la dictature laïque par un gouvernement à composante partiellement – ou largement – islamiste, inquiète la douzaine d’Églises syriennes : orthodoxe, catholique et autres. La présence des Frères musulmans dans le futur gouvernement fait peur aux Chrétiens Syriens, bien que cette confrérie intégriste ait allégué « l’égalité de toutes les confessions », ce qui dans la bouche d’un membre des Frères musulmans est plutôt cocasse. Les Chrétiens représentent 12% de la population syrienne. Ils sont Syriens et Chrétiens depuis plus de 2000 ans. Dans certains villages chrétiens de Syrie on parle – encore aujourd’hui – l’araméen.

Ci-dessous, je reproduis une analyse récemment publiée par MediArabe.info. Certes, je ne partage pas chaque affirmation formulée dans cette analyse. Cependant, je dois admettre que les révélations faites par MediArabe.info sur le chrétien libanais Michel Aoun, allié du Hezbollah, ces révélations confirment tout ce que j’ai écrit sur Aoun depuis 2007.

 

Aoun et Samaha

 

MediArabe.info écrit (extraits adaptés ; cf. liens en bas de page) : « L’arrestation de Michel Semaha (Samaha) et sa remise à la justice militaire chargée des affaires de terrorisme, est un évènement majeur au Liban et dans la région, avec un effet rétroactif particulièrement bénéfique, dans le sens où elles rétablissent la vérité sur l’origine du terrorisme régional et mettent un terme à la propagande et aux propagandistes financés par Damas (Michel Semaha était le principal intermédiaire entre l’Elysée et le dictateur de Damas à l’époque où Sarkozy n’appelait pas à son renversement). Parmi les premières victimes politiques de la chute de Semaha est sans conteste le général Michel Aoun. En un temps record, les enquêteurs des Forces de Sécurité Intérieures libanaises (FSI) et le procureur général de la République libanaise par intérim, Samir Hammoud, ont obtenu, sans grande peine, les aveux de Michel Samaha, arrêté jeudi , grâce à plus de 45 minutes de vidéos filmées clandestinement par l’un des recrues de l’ancien ministre et qui fut chargé de commettre des attentats au Nord du Liban. L’homme en question, de la famille Kfouri, a restitué aux enquêteurs les bandes tournées dans le parking du domicile de Samaha le montrant la « main dans le sac », ainsi que les 24 engins explosifs prêts à l’emploi, transportés personnellement par Michel Samaha depuis Damas, dans sa Audi A8 blindée, offerte par Bachar Al-Assad. Kfouri a également remis à la justice les 170.000 dollars que Samaha lui avait déjà versés pour commettre ses forfaits ».

MediArabe.info : « Selon plusieurs sources libanaises, les 24 engins sont d’une grande puissance. Leur composition ressemble aux explosifs utilisés par Al-Qaïda en Irak dans les dernières années, ce qui confirme, à ceux qui en doutaient encore, qu’Al-Qaïda en Irak n’était qu’un outil syrien, au même titre que Fatah Al-Islam au Liban… Les bombes étaient préparées avec des bonbonnes de gaz munies de dispositif de mise à feu à distance. Quatre des engins étaient de 20 kilos chacun, capables de détruire un immeuble, les autres variaient entre 1,5 et 4 kilos, munis de projectiles métalliques destinés à tuer un maximum d’innocents. Selon les enquêteurs, et conformément aux aveux de Samaha, les actions terroristes planifiées par ses commanditaires syriens (Bachar Al-Assad et Ali Mamlouk en personne) étaient d’une grande ampleur. Elles visaient plusieurs types de cibles, à commencer par le convoi du Patriarche maronite Béchara Raï, qui entamera une visite pastorale dans le Akkar dès dimanche 12 août. Les attentats devaient se poursuivre contre des rassemblements du Ramadan dans la même région ».

MediArabe.info : « L’objectif était de faire revendiquer l’attentat contre le chef de l’Eglise à Al-Qaïda, ou aux radicaux salafistes, ou encore à l’Armée Syrienne Libre, sous prétexte que le Patriarche soutient Bachar Al-Assad. Il est vrai que le Patriarche maronite Béchara Raï s’est ridiculisé en parcourant le monde pour défendre le régime syrien, mettant en garde contre l’arrivée d’un régime radical dangereux pour les Chrétiens. Mais en réalité, les services syriens font chanter le Patriarche maronite Béchara Raï grâce à des informations compromettantes qu’ils détiennent sur lui depuis leur occupation du Liban… D’ailleurs, depuis plusieurs semaines, la propagande syrienne et alliée, dont Samaha était l’une des pierres angulaires, multipliait les mises en garde contre la présence d’Al-Qaïda au Liban, et contre le risque d’attentat contre le Pape Benoît XVI, lors de sa visite au Liban en septembre prochain » (Note de Michel Garroté – Il n’en demeure pas moins que parmi les rebelles syriens, il y a des islamistes qui veulent expulser ou massacrer les chrétiens de Syrie).

-

-

Aoun et le Hezbollah font partie du même courant politique

-

-

MediArabe.info : « Les attentats planifiés contre les rassemblements du Ramadan devaient par la suite, être présentés comme une riposte chrétienne à l’attentat contre le Patriarche. L’objectif ultime de ce programme était triple : provoquer une guerre confessionnelle entre chrétiens et musulmans, justifiant une intervention syrienne et permettant à Assad de détourner l’attention sur les massacres en cours dans son pays ; diviser les souverainistes de l’Alliance du 14 mars entre les Forces Libanaises de Samir Geagea (qui a lui aussi échappé à un attentat, sans doute lié aux mêmes commanditaires) et le Courant du Futur de Saad Hariri (dont le père a été pulvérisé par les mêmes commanditaires) ; en dernière étape, ce scénario devait, selon ses auteurs, permettre au général Michel Aoun de capitaliser dans les urnes et en politique sur les ruines du Akkar et sur le cadavre du Patriarche, qu’il avait pourtant tant chéri et soutenu dans sa défense du régime syrien ».

MediArabe.info : « C’est sans doute pour limiter les dégâts de leur politique catastrophique et prendre leur distance avec Samaha que le gendre de Michel Aoun, Gebran Bassil, et le député Ibrahim Kanaan se sont rendus au Patriarcat, dès vendredi 10 août, afin de rencontrer Raï. Pourvu que le Patriarche, et avec lui l’ensemble des Libanais, puissent encore croire Aoun et les siens, y compris au confessionnal ! Car en effet, Michel Aoun et Michel Samaha sont associés depuis le milieu des années 1980 derrière Michel Aoun et le chef de l’état-major syrien d’alors, Hikmat Chehabi. Samaha avait alors œuvré pour l’accord tripartite cautionné par Michel Aoun, dans l’objectif de remettre le Liban à la Syrie, contre l’arrivée de Michel Aoun à la présidence de la République. Peine perdue. Les souverainistes l’en ont empêché. Mais Aoun rêve toujours de la présidence et pour y parvenir, il compte sur une victoire de la dictature syrienne (Cliquez ici pour lire ou relire : Obsédé de pouvoir, Michel Aoun cherche sponsor  du 1er décembre 2006). D’où son acharnement, avec son Courant Patriotique Libre, à relayer la propagande liée à Al-Qaïda et à ses dangers sur les Chrétiens ».

MediArabe.info : « Or, avec la chute de Samaha, les masques sont tombés. Al-Qaida au Liban, tant décriées par Aoun, était en définitive chrétienne. Michel Samaha, catholique melkite, en était l’idéologue. Michel Aoun, maronite, en était le potentiel profiteur. Le système était installé et rodé, jusqu’en Irak, au service d’un régime qui se présentait comme laïc et protecteur des minorités. Il a pourtant massacré ces mêmes minorités pour exercer des pressions sur l’Occident en vue de prolonger son immunité. Les masques sont tombés et les propagandistes du régime syrien sont en cours. La menace du salafisme radical est, à ce stade, virtuelle, alors que le danger du régime est avéré et permanent. Il s’exerce depuis quarante années sur la Syrie, depuis trois décennies sur le Liban, et depuis dix ans sur l’Irak, tout en prenant la cause palestinienne en otage depuis l’arrivée de Hafez Al-Assad au pouvoir. Comment les journalistes et les médias, arabes et occidentaux, jusque-là financés par Damas – à travers Michel Samaha et Manaf Tlass notamment et qui sont désormais hors service – vont-ils survivre à la chute de l’empire du mensonge ? Comment pourront-ils encore convaincre du danger d’Al-Qaïda, au moment où le régime est pris la main dans le sac ? Comment Michel Aoun, directement ou indirectement impliqué dans la défense du régime syrien, pourra-t-il encore prétendre représenter les chrétiens qu’il s’apprêtait à massacrer ? En définitive, à défaut de présider le Liban, Michel Aoun sera au mieux président du syndicat des traîtres, ou des collabos. Et ils sont nombreux au Liban », conclut MediArabe.info (fin des extraits adaptés ; cf. ci-dessous les liens vers la source et vers d’autres analyses).

Source de cette analyse :

 

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2208  

Michel Garroté

 

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info & Sources 

 

Quelques analyses de Michel Garroté sur ce sujet : 

2007 :

 

http://monde-info.blogspot.ch/2007/10/liban-aoun-est-un-tratre.html 

2008 :

 

http://monde-info.blogspot.ch/2008/06/la-rpublique-hezbolliaque-du-liban.html 

A propos de Sabra et Chatila :

http://monde-info.blogspot.ch/2008/01/lhistoire-secrete-de-sabra-et-chatila.html 

A propos des Forces Libanaises (FL) :

http://www.dreuz.info/2008/09/article-23036766/

2009 :

http://monde-info.blogspot.ch/2009/04/liban-sur-le-general-aoun-avais-je.html 

2010 :

http://monde-info.blogspot.ch/2010/05/les-chretiens-du-liban-contre-le.html 

-

2011 :

http://monde-info.blogspot.ch/2011/01/le-dernier-chef-chretien-libanais-samir.html 

http://actualitechretienne.wordpress.com/2011/01/24/le-dernier-chef-chretien-libanais-samir-geagea-bientot-assassine/ 

2012 :

http://www.dreuz.info/2012/03/plusieurs-miracles-islamiques-viennent-de-se-produire-au-liban/

Quelques analyses de MediArabe.info :

A Paris, Bechara Al Raï défend le régime syrien de Bachar Al Assad. Le gâchis !  (7 septembre 2011)

Syrie : le régime a érigé le « mensonge » en religion d’Etat  (30 septembre 2011)

Syrie : comment le régime de Bachar Al-Assad exploite-t-il des religieux qu’il avait corrompus et protégés ? (22 novembre 2011)

Incorrigible, le Patriarche maronite défend le dictateur syrien Bachar Al-Assad  (28 décembre 2011)

Mais qui a mandaté le Patriarche maronite Bechara Raï de choisir entre la peste et le choléra et d’encenser le Hezbollah, la Syrie et l’Iran ? Des vidéos accablent son choix !  (21 mars 2012)

Ces analyses sont à la disposition des lecteurs

Merci de mentionner MediArabe.info et dreuz.info

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Claude Germain V 15/08/2012 20:16


Comment a t'il pu trahir son camps et les chretiens ????? quelle honte ,il pactise avec les anciens refugiés qu'Arafat avait entrainé au Liban avant d'etre chassés de Jordanie par Hussein
.D'ailleurs quand Hussein c'etait rendu compte que ces terroristes voulaient commencer a faire la loi chez lui ,en homme censé il en avait fait massacrer quelques centaines pour leur faire bien
comprendre qu'ils etaient là de passage uniquement et en tant qu'invités ils devaient se la fermer ...Quelques temps apres ils les a foutu dehors ,une grande majorité ont été se refugier au Liban
,ils ont commencé a fiche le bordel dans le sud Liban ,se facher avec les druzes ,et finalement ont declanché la guerre du Liban devant la faiblesses des chretien QUI N'AURAIENT JAMAIS DU LES
LAISSER RENTRER S' INSTALLER DANS CE PAYS ET ENCORE MOINS LES LAISSER PRENDRE LA NATIONALITE LIBANAISE .Ces gens là foutent le bordel partout ou ils passent exactement comme en Europe ,en France
aux USA.


Il ne faut pas oublier que les seuls et UNIQUES HABITANTS DU LIBAN A l' ORIGINE etaient les pheniciens et les temps passants le liban est devenu CHRETIENS le coté musulman est arrivé ensuite avec
LES DRUZES et autres petits groupes musulmans ,  mais il ne faudra JAMAIS OUBLIER QUE CEUX QUI ONT DECLANCHE LA GUERRE CIVILE DE 1975 sont les actuels descendants d'Arafat  amis de
Michel Aoun qui s'est battu contre eux en 75 ....incomprehensible comportement ???