Extrèmiste de droite par Alain-Gérard Slama editorialiste au FIGARO.

Publié le 9 Mai 2010

Alain-Gérard Slama, éditorialiste au Figaro nous donne sa définition, dans LE POINT1963, du populisme lié irrévocablement pour lui à l’extrême droite. Le populisme, nous dit-il c’est un discours de réaction pure qui s’en prend à :

1/ La modernité,

2/ L’immigration,

3/ Au parlementarisme,

4/ Aux bourgeois,

5/ Au ni droite, ni gauche

6/ A la dimension référendaire.

 

Il semble oublier que c'est aussi l’apanage d’une grande partie des partis de la gauche extrême comme les communistes, la LCR et autres NPA qui n’aiment pas plus que ça les bourgeois et les parlementaires. Certes, ils n’ont rien contre les immigrés mais surtout parce qu'ils les utilisent politiquement comme les nouveaux prolétaires du monde occidental.

A contrario, pour ne pas être taxé d’extrémisme, il faut donc aimer la modernité, les bourgeois, les parlementaires, la droite ou la gauche, interdire les référendums et  approuver l’immigration. C’est faux bien sûr.

1/ En effet, on n’est pas extrémiste de droite parce que l’on s’oppose à une immigration incontrôlée.

2/ On peut avoir des sentiments de révoltes envers une classe sociale qui semblent apparemment, ne pas réaliser que vivre avec 800€ par mois n’est pas une chose aisée. D’autant plus que « des représentants de cette classe » nous expliquent dans les médias, comment faire pour se passer de ce qui peu manquer à cette classe sociale. Un peu comme le faisait Coluche avec sa parabole culinaire sur les artichauts.

3/ On peut aussi se demander si les parlementaires sont bien au fait des réalités et s’ils savent ce que vivent leurs électeurs une fois élus. Quand des parlementaires considèrent que la fonction de Députés ou Sénateurs et autres Conseillers sont des métiers et que ces élus s’allouent des retraites très favorables, un train de vie confortable et des acquis plus qu’intéressants, le citoyen lambda à qui l’on demande de se serrer la ceinture peut sans être taxé d’extrémisme se poser des questions.

4/ Que dire sur l’idée qu’il faut être de gauche ou de droite dans l’absolu.

5/ Je dirais peu de choses sur la modernité si ce n'est que si elle consiste à démontrer que la notion famille c'est ringard et qu'il est normal de montrer des hommes s'embrasser à pleine bouche dans les téléfilms après le JT pour les moins de douze ans, j'avoue avoir du mal avec cette modernité et que je ne suis pas le seul attardé sans doute à avoir un mal être face à ces téléfilms dont on nous gave en permanence. Sans pour autant être un homophobe. Je considère juste que cela fait partie de la sphère du privé.

6/ Quant à l’aspect référendaire, il me paraît naturel de rendre au peuple souverain sa parole sur des sujets particuliers et d'importance. Ce n’est pas pour autant des souhaits d’extrémistes. Ou alors le général Charles de Gaulle était un extrémiste de droite sans le savoir et par la même, tous les gaullistes et ceux qui ont votés la Constitution de la 5ém république.

C’est ce même Alain-Gérard Slama qui considère que le Front National est un parti qui reste dangereux dans la mesure où il se définit à travers une identité basé sur la terre et la mort qui est une définition barrésienne par rapport à celle basée sur les Lumières.

Il ajoute qu’opposer les communautarismes en expansion au communautarisme français est dangereux.

Nous voilà bien informé. Le fait de vous identifier par rapport à la terre et aux morts pour la France, défendre sa communauté de langue, de culture, d’histoire fera de chacun de nous un extrémiste de droite. Je ne peux m’empêcher de penser qu’outre Châteaubriant, le général de Gaulle aimait lire Maurice Barrés !

Mais par quel rouages intellectuels un homme intelligent, instruit, cultivé peut balayer toute une population et la mettre dans une sorte de poubelle de l’histoire avec comme mention : Attention risque d’extrémiste de droite ou pire, « lepéniste rampant » ! Affligeant.

J’ignore si tous les français sont bien informés ou s'ils liront cette thèse simpliste car, je crains fort que s’ils étaient instruits de cette vision de l’extrémisme de droite, beaucoup mettraient sans doute leur vote en rapport avec cette classification slamatique et éliraient Marine le Pen, Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan dans la foulée.  

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Duchnock 09/05/2010 14:33



Il aurait mieux fait de se taire, plutôt que de rajouter ce coup de pied de l'âne du politiquement correct. Qu'il reste à ces interventions, laconiques, sur France Culture le matin. Qu'il se
rappelle simplement qu'il est sur....FRANCE CULTURE, c'est à dire sur la Culture de La France.



Philippe DAVID 09/05/2010 14:32



Bravo tout est dit! Pour les retraites des parlementaires tu peux aller lire l'article sur mon blog (j'ai réecrit pour la première fois depuis 6 mois...)