Fabien Engelman, un ami de la Résistance, Maire d'Hayange. Par Caroline Alamachère

Publié le 2 Avril 2014

C’est une soirée mémorable qui vient de se passer à Hayange, ville qui appartenait au socialiste Philippe David depuis 1997, lequel est arrivé seulement troisième ce soir avec 27,23 % des voix.

Par Caroline Alamachère  pour Riposte-Laïque

Fabien Engelmann, notre ami parti de Lutte Ouvrière et dorénavant heureux élu Front National, a gagné avec 34,70 % des voix.

20140330_202010

La place de parking du nouveau maire...

La place de parking du nouveau maire…

M. le Maire devant sa mairie

M. le Maire devant sa mairie

Nous l’avions suivi dans sa fin de campagne avec toute son équipe de choc, des personnes d’une compétence et d’une efficacité indiscutable, et qui ont très largement gagné leurs galons ce soir.

Si la victoire de Fabien ne faisait aucun doute pour nous, lui a douté jusqu’au dernier moment, refusant de montrer trop de triomphalisme. Et même après sa victoire, s’il s’est montré très heureux, il a su faire preuve de cette simplicité qui le caractérise, saluant avec reconnaissance toute son équipe, à commencer par ses deux plus proches colistiers, Marie et John, ce dernier étant âgé de seulement 22 ans. Cette journée a été l’occasion pour lui de faire le tour des différents bureaux de votre pour saluer les citoyens mais aussi et surtout pour veiller à ce que tout se passe bien. Avec ses camarades colistiers, il a joué les chauffeurs afin de permettre aux personnes âgées ou handicapées de pouvoir faire leur devoir de citoyens.

Plus les heures s’égrenaient et plus l’impatience se faisait sentir. Je restais confiante pour lui. Le soir venu, nous nous sommes rendus dans l’immense salle attenante à la mairie d’Hayange. J’avais noté qu’aucun drapeau français ne flottait sur le fronton, une absence qui sera sans aucun doute réparée prochainement…

20140330_175333

Les bureaux de vote fermant à 18h, un décompte des dernières minutes s’est affiché sur le grand écran, puis à 18h tapantes les urnes ont été ouvertes et le dépouillement a commencé dans les 16 bureaux de vote de la ville. Les gens autour des tables observaient tout ce qui se passait et décomptaient les bulletins de leur candidat. D’entrée de jeu, la pile des bulletins Front National a monté, ainsi que celle du candidat Philippe David. Au fur et à mesure que le dépouillement avançait, certains commençaient à donner des signes d’inquiétude, tandis que nos amis flairaient le bon vent de la victoire.

Sur l’écran apparaissaient les résultats pour chacun des bureaux, avec le cumul. A part un ou deux où Fabien arrivait deuxième, tous les autres le donnaient gagnant. Scotchée à l’écran et entourée d’UMP et de socialistes, je piochais ça et là quelques bribes de déconfiture « on est foutus, amdoulillah », « on peut aller se coucher », « les carottes sont cuites », « c’est une honte pour la Fensch »… Plus réalistes, d’autres actaient la défaite du maire sortant « il y a des trous partout dans les routes », « on n’est pas écoutés ». Le fait est que le maire a payé sa gestion désastreuse, ainsi que son alliance de dernière minute avec la communiste Isabelle Iorio jouant ensemble un remake de Liaison Fatale. D’autres enfin, justifiaient leurs votes favorables à Fabien « il y en a marre des clichés, il faut arrêter avec ça ».

Une Hayangeoise particulièrement énervée est venue se lamenter auprès du maire sortant Philippe David. Cette même femme reviendra à la charge un peu plus tard à la permanence du FN pour y faire un esclandre. Les gauchos, mauvais perdants et peu enclins au respect des règles démocratiques se déclaraient outrés, pour ne pas dire outragés, promettant de tout faire pour pourrir la vie du nouveau maire. Les « racistes ! » ont fusé, les arguments pour étayer l’insulte gratuite n’ont cependant pas suivi.

Le résultat final a déclenché les hostilités et les provocations. Les gauchistes et quelques racailles venues en découdre ont fait en sorte de faire dégénérer la soirée, évoquant même le port de croix gammées. Quand on est bas du front, on a coutume d’user de poncifs éculés et stupides. Les gauchos, sans doute satisfaits de la politique d’Hollande et qui n’ont donc pas aimé le choix de la majorité de sortir d’un système véreux, se sont permis d’appeler à la résistance, tandis que les amis de Fabien réclamaient le respect de la démocratie. Car le peuple a voté, le peuple s’est exprimé et c’est encore le peuple qui fait la loi.

Ces gens sont même allés jusqu’à huer la Marseillaise que nous avons entonnée, c’est dire tout leur respect pour leur pays.

Je laisserai à Francis, l’un des colistiers de Fabien, la conclusion de cette incroyable journée qu’il résume parfaitement : « La peur du Front National est en train de disparaître. Tout le monde s’aperçoit que le Front National est un front propre, on est propre et on va faire évoluer la ville. Aujourd’hui, la ville est dans un triste état, elle est sale, elle est pleine de dettes. Il y a des personnes qui se sont enrichies sur le dos de la ville et tout le monde est au courant dans la commune ».

Il faut préciser par ailleurs qu’un jeune et sympathique étudiant futur journaliste venu faire ses gammes en suivant la campagne de l’équipe du FN d’Hayange – et accessoirement d’origine algérienne – a dit qu’il n’avait jamais été aussi bien accueilli ailleurs que chez eux… Voilà une réflexion sur laquelle les islamos-gauchos auront tout le loisir de méditer durant les six prochaines années.

Je terminerai par mes félicitations les plus sincères et les plus affectueuses à Fabien. Comme toute l’équipe de Riposte Laïque, je suis très fière de lui et de son parcours. Fabien est un chic type, droit, honnête et sincère. Hayange, ce soir, a tout gagné avec lui et avec ceux qu’il a choisis pour l’accompagner dans cette aventure.

Caroline Alamachère

20140330_175827

20140330_180103

Le maire sortant Philippe David

Le maire sortant Philippe David

20140330_195954

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article