Fac d'Avignon, cité papale: ils prient aux yeux de tous dans l’enceinte de l’université.

Publié le 16 Décembre 2013

Le mot laïcité a-t-il encore un sens pour une petite partie des étudiants de l’université d’Avignon ? Apparemment non.

Depuis plusieurs mois déjà, plusieurs d’entre eux, de confession musulmane, ont été surpris en train de prier dans l’enceinte même de la faculté. « Une fois, j’étais à la bibliothèque et d’un coup j’ai entendu des chants en arabe. Je les ai vus qui priaient en bas du bâtiment. J’ai vu qu’un copain à moi était dans le groupe alors je lui ai demandé “vous avez fait la prière ou quoi ?”. Il m’a répondu sèchement en me disant qu’il n’y avait rien de drôle », confie un étudiant en droit. Un témoignage parmi d’autres.

Joint hier, Emmanuel Ethis, président de l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, confirme que « c’est arrivé plusieurs fois cette année. Il y a eu des prières qui se sont faites dans des lieux reculés ». Derrière les bâtiments, sous des escaliers… Et Emmanuel Ethis de s’étonner « qu’il puisse y avoir ce type de comportement. C’est bizarre de rappeler les valeurs de la laïcité à des personnes qui ont plus de 18 ans ».

Des salles de cours serviraient de lieu de prière collective

À l’heure actuelle, aucune sanction n’a été prise. « Ceux que j’ai rencontrés en train prier ont cessé immédiatement en me disant qu’ils comprenaient pourquoi. Il faut savoir que l’université n’est pas hors du monde. Elle suit les courbes d’évolution de la société », observe le président de la fac.

D’après nos informations, il ne s’agirait en aucune façon d’un épiphénomène avec quelques cas isolés. Il est arrivé que des salles de classes mises à la disposition des étudiants la journée, pour ceux qui souhaitent travailler, soient détournées de leur but pour y accueillir des séances de prières collectives.

L’affaire est prise très au sérieux en préfecture. Au point qu’une réunion a eu lieu dernièrement en présence de Yannick Blanc, préfet de Vaucluse et Emmanuel Ethis. « Il existe clairement un abus de l’utilisation des salles. Nous avons demandé à ce qu’une meilleure gestion soit faite sur ce point », confie le représentant de l’État dans le département.

« Nous y faisons très attention pour y mettre bon ordre si cela s’avère nécessaire »

D’après lui, plusieurs personnes s’adonnant aux prières dans l’enceinte de la faculté ont déjà été identifiées. « Il ne faut pas y voir un grand complot avec un chef intégriste », tempère Yannick Blanc.

Pour lui, il s’agit de plusieurs groupes d’étudiants. « Il s’agit de phénomènes liés à l’intégrisme comme il peut y en avoir partout. Nous y sommes très attentifs. Et à l’université aussi, nous y faisons très attention pour y mettre bon ordre si cela s’avère nécessaire ».

« L’Université suit les courbes d’évolution de la société » pour le président de la fac d’Avignon.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Polux 22/12/2013 18:14


Rassurez vous, si un étudiant ( bien de chez nous ) s'avisait d'allumer une cigarette, je suis bien sûr qu'il serait vite tancé et prié de l'éteindre au nom de la sacro sainte santé publique et
le vivre ensemble !!!

marie-plume 16/12/2013 18:24


C'est devenu kafkaien! Insupportable, inadmissible! C''est d'autant plus intolérable que ce sont des faits qui ne sont relatés par aucun organe de presse nationale, ni dans les medias et encore
moins à la TV aux journaux  du grand soir! Aucun journaliste ne s'aventure à faire un vrai travail d'information! L'omerta ! Le non-dit, le silence complice, l'absence du devoir civique au
plus haut dégré! Prions aussi, en silence mais fortement, car l'espoir ne pourra venir que du Ciel ! Ne baissons pas les bras! 

Pivoine 16/12/2013 13:20


« Il ne faut pas y voir un grand complot avec un chef intégriste », tempère Yannick Blanc.


 


Quel idiot !


Ne voit-il pas que ces "prieurs" sont en service commandé ? Histoire de tester les défenses du pays, en vue du futur jihad qui se prépare ?


Et qui se déclenchera le jour où nous n'aurons plus d'armée, puisque les socialauds vont au total supprimer 36 000 postes ?

L'EN SAIGNANT 16/12/2013 12:52


Pauvres ABRUTIS ATTARDÉS ... ! Le pire étant pour les jeunes femmes maghrébines qui passent là, à côté d'une émancipation possible et souhaitable de la femme, en donnant raison à leurs cons de
mâles .!