Face à l’Islam, il y a deux camps : les collabos et les résistants - Par Cyrano

Publié le 12 Janvier 2015

Taubira-rigole-manif-11-janvDepuis que les actes de guerre islamiques se multiplient contre la France, avec comme point d’orgue les drames de ces derniers jours, ce régime et son ineffable ministre de l’Intérieur n’ont qu’une seule priorité : sauver l’image de l’islam, pour mieux justifier la poursuite de la politique immigrationniste de son gouvernement.

Depuis des mois, niant l’évidence, Cazeneuve, dans la continuité de Valls, n’a cessé d’évoquer des actes de déséquilibrés, relayé sur tous les plateaux de télévision par les prétendus musulmans modérés, et toute la collabosphère Plenel-Askolovitch-Fourest. Bien évidemment, personne n’entendra des propos comme ceux de Pierre Cassen, sur TV-Libertés, accusant ouvertement l’islam et ses textes sacrés des crimes commis par des musulmans contre des Infidèles, dont les journalistes de Charlie Hebdo.

Jouant à fond sur l’émotion, ce régime a osé organiser une manifestation indécente, regroupant les islamistes de l’UOIF, émanation des Frères musulmans en France, toute la clique politicienne de la droite et de la gôche (en virant le Front national), des chefs d’Etat étrangers et Jean-Claude Juncker, président de l’Union européenne, cette officine qui nous impose l’immigration et l’islam. Et, histoire que la fête soit complète, il y avait le premier ministre turc, rien de moins ! Plus de trois millions des nôtres, sans doute sincères, mais idiots utiles de l’islamisation de la France, ont cautionné, par leur présence, cette récupération politicienne d’un événement dont nos gouvernants, et tous les chefs d’Etat européens, sont les seuls responsables.

De plus, ne reculant devant aucune dhimmitude, Cazeneuve a voulu s’opposer à notre prochain rassemblement, réclamant l’expulsion de tous les islamistes de France. Il a également osé interdire l’hommage que nous voulions rendre à toutes les victimes, des crimes islamiques commis sur notre territoire, le jeudi 8 janvier. Suite à un référé plaidé par Maître Pichon, les duettistes Cazeneuve-Boucault ont été désavoués par les juges, et ne pourront, sauf nouveau coup tordu, s’opposer au rassemblement du 18 janvier.

En effet, pendant que les collabos et les idiots utiles communient avec leurs futurs bourreaux (voir cette vidéo intitulée Charlie Zapping), dans les rues de Paris, ceux qui refusent l’islamisation de leurs pays s’organisent. Le phare de cette lutte est, en ce moment, en Allemagne, avec le mouvement Pegida, qui s’est structuré dans une douzaine de villes. C’est pourquoi nous avons invité, pour le 18 janvier, Melanie Dittmer, animatrice du mouvement dans la région de Bonn et Dusseldorf, qui prendra la parole à Paris. D’autres intervenants étrangers seront présents, comme Jean-Luc Addor, député suisse de l’UDC de Sion, ou Armando Manocchia, président d’une association qui perpétue le souvenir de la grande Oriana Fallaci. De même, des intervenants identitaires, catholiques et juifs prendront la parole, ainsi qu’un apostat de l’islam, notre ami Pascal Hilout. Ce même jour, en province, des rassemblements se mettent également en place à Montpellier, Bordeaux. Nous avons également noté avec intérêt la création d’un mouvement Lucide, sur les mêmes bases, à Lyon, et un autre rassemblement à Vannes, ce mardi.

Le mouvement Pegida-Dugida, de son côté, bouleversé par les événements français, a tenu absolument à ce que Pierre Cassen, Christine Tasin et Pascal Hilout soient présents ce lundi, à Dusseldorf, et y prennent la parole. C’est donc, face à l’alliance des collabos et des islamistes, véritable nouveau pacte germano-soviétique, une solidarité internationale des résistants qui se met en place.

Nous savons que tous les coups seront permis contre ceux qui osent refuser les bienfaits de l’immigration et de l’islam. Eric Zemmour en a fait les frais, Michel Houellebecq (dont le scenario du livre Soumissiona été parfaitement appliqué ce dimanche, à Paris) est attaqué de toutes parts, le Front national est ostracisé, nous sommes systématiquement classés à l’extrême droite, et harcelés de procès en sorcellerie. Par une inversion des valeurs dont ils ont le secret, les propagandistes accusent les patriotes d’être responsables des crimes que commettent leurs protégés et complices, les soldats d’Allah.

L’ineffable Cazeneuve, celui qui disait que prôner le djihad n’était pas un délit, glapit et menace de réprimer ceux qu’il accuse d’attiser la haine. Nous faisons confiance aux forces de l’ordre (et à notre service de sécurité, qui sera renforcé) pour protéger les manifestants et intervenants de l’agressivité possible des islamo-racailles et des milices gauchistes. Nous avons gagné la bataille de l’opinion, mais nous aurons réellement remporté la victoire quand ceux qui descendent dans la rue pour pleurnicher avec leur ridicule pancarte « Je suis Charlie », se mobiliseront pour se battre, sur un seul mot d’ordre : « Tous unis contre l’islam », et « Je suis Charles Martel ».

Bossuet disait que « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». C’est l’islamisation de nos pays, permise par la politique immigrationniste de l’Union européenne et de ses larbins socialo-écolos, sans oublier Mélenchon, qui met en danger la vie de nos compatriotes, et menace nos valeurs démocratiques.

Pour sauver notre pays, c’est maintenant qu’il faut prendre les bonnes décisions, et notamment l’expulsion de plusieurs dizaines de milliers d’islamistes qui menacent la sécurité des Français. Il faut au plus vite dissoudre les associations musulmanes qui prônent la charia. Il faut un moratoire sur l’islam, par la tenue d’une mission parlementaire, et, en attendant, fermer les mosquées, interdire les tenues islamiques, uniformes de guerre, dans la rue, et en finir avec les dérogations sur le halal… Cela s’appelle le principe de précaution.

Seule l’union des peuples européens, autour de la défense de nos valeurs communes, pourra sauver notre continent de la mort annoncée que les islamistes et les collabos ont programmée.

Première étape, lundi à Dusseldorf et dans douze villes allemandes, ce lundi 12 janvier. Deuxième étape à Paris, Montpellier, Bordeaux, Vannes et d’autres endroits que nous annoncerons au fur et à mesure, cette semaine.

Autre signe positif, le livre d’Hubert Lemaire, prémonitoire, intitulé « Musulmans vous nous mentez », fait un malheur sur Amazon, où il est entré dans les vingt meilleures ventes de tous les livres, depuis une semaine.

Naturellement, dans ce contexte, notre site a vu ses visites se multiplier (nous avons triplé nos meilleurs scores habituels) et les attaques contre lui se multiplier. Malgré quelques désagréments, et notamment deux jours sans lettre électronique, nos amis suisses ont vaillamment fait face à la situation, pour nous permettre de réagir au mieux à l’actualité.

Notre site est plus que jamais présent pour continuer la lutte, sur internet et dans la rue, pour sauver notre bien le plus précieux : la liberté, au service de la parole libre.

Prochaine étape, samedi 18 janvier, 14 heures 30, place de la Bourse…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article