Facebook: messages privés, chats, données effacées... Tout est archivé

Publié le 19 Décembre 2011

  • Il ressort des recherches d’un étudiant que Facebook stocke l’ensemble des données transmises par les utilisateurs. Vos données effacées sont conservées, vos chats et messages privés y compris. Le réseau social créerait également des "profils fantômes" pour les non utilisateurs.

    ***********

    800 millions d’utilisateurs partagent de manière consciente et volontaire des tonnes de données personnelles sur Facebook. Mais un étudiant autrichien du nom de Max Schrems a fait des découvertes pour le moins choquantes dans la manière dont le réseau social traite ces données. 
    Il a surtout mis à jour que les données effacées et les messages privés étaient systématiquement archivés et conservés sur les serveurs du réseau social. 
    La création de Mark Zuckerberg est également soupçonnée de fabriquer des "profils fantômes", à savoir des profils de personnes qui ne sont pas utilisateurs de Facebook mais sur lesquelles elle a accumulé des données.

    Il découvre que Facebook possède sur lui un dossier de plus de 1200 pages
    Tout commence lorsque Max Schrems, réclame à Facebook l'accès aux données qui le concernent détenues par le réseau.
    Pour ce faire, il doit d'abord remplir un formulaire pratiquement introuvable et insister quelque peu auprès de Facebook. A sa grande surprise, il reçoit un CD-Rom contenant plus de 1200 pages de données en fichier pdf. Il relève alors de nombreuses entorses à la directive européenne protégeant le droit à la vie privée (directive 95/46/CE).

    "Facebook ne respecte pas les lois européennes sur la vie privée"
    Or, les utilisateurs de Facebook en dehors des Etats-Unis et du Canada sont liés par contrat à Facebook Irlande, où la directive européenne est évidemment d'application. 
    Sa conclusion est sans ambage, "Facebook dépend des lois européennes sur la vie privée. Et bien sûr, il ne les respecte pas", confie-t-il à Libération.fr.

    Suite à ses découvertes, il crée le site "Europe versus Facebook" afin de faire connaître ses découvertes et aider les autres internautes à accomplir la même démarche que lui. 
    Il y liste avec force détails le type de données stockées par Facebook pour chacun des membres.

    Tous vos chats et messages privés sont conservés
    Par exemple, le fait que le réseau valorisé à 50 milliards de dollars conserve toutes vos demandes d'amis que vous avez refusées. Ou alors, la liste de tous les évènements auxquels vous avez été invités, que vous y ayez répondu ou pas, que votre réponse ait été positive ou négative.
    Plus inquiétant, les correspondances privées et chats entre amis sont tous stockés ad vitam aeternam. Lorsque vous pensez avoir supprimé un message ou un chat, en fait, vous l'avez juste fait disparaître du site mais tout est conservé sur le serveur.
    Les tags sur les photos, les "pokes", vos status, tout est conservé par Facebook, même lorsque vous les avez effacés.  
    Ce qui veut dire, par exemple, que si vous êtes "tagué" sur une photo contre votre volonté et que vous vous y opposez, votre action n'a qu'un effet cosmétique mais que le lien entre vous et cette image reste répertorié dans les archives de Facebook.
    Les usagers du réseau social sont en outre tracés, puisque Facebook établit des listes complètes des ordinateurs utilisés pour consulter Facebook, ainsi qu'une liste des autres personnes ayant utilisé cet ordinateur. Donc, les archives de Facebook savent qui utilise l'ordinateur de qui et donc qui fréquente qui, même si ces personnes n'utilisent pas Facebook elles-mêmes.

    Des profils fantômes pour les non utilisateurs
    En consultant son dossier, Max Schrems remarque également que Facebook connaît des adresses de courrier électronique que lui-même n'a jamais communiquées.
    Il émet une hypothèse pour se l'expliquer: la fonction "recherche d'amis" qui permet d'importer des carnets d'adresses et donc indirectement d'enrichir la base de données du réseau. Un ami de Max ayant utilisé cette fonction a donc pu communiquer des données le concernant. 
    L'étudiant relève également que quand une personne qui n'est pas inscrite sur le réseau reçoit une invitation Facebook pour un évènement, via un courriel, cette invitation s'accompagne d'une demande d'inscription à Facebook. Cette demande est elle même accompagnée de noms et de photos de personnes que le destinataire est censé connaître. Comment est-il possible que Facebook soit en mesure de le faire?
    L'hypothèse d'une fiche secrète, un "profil fantôme" conçu par Facebook pour les non utilisateurs est émise par Max Schrems.
    Les informations glanées lors de synchronisation avec un smartphone ou un carnet d'adresses seraient ainsi mises à profit pour établir ces profils fantômes.

    Il  introduit 22 plaintes contre Facebook 
    Pour chaque entorse à la législation européenne commise par Facebook, Max Schrems a introduit une plainte auprès du Commissaire irlandais à la protection des données. Au total, le Commissaire se retrouve donc avec pas moins de 22 plaintes sur son bureau.
    Malgré le déséquilibre des rapports de force entre l'entreprise multinationale et l'étudiant de 24 ans, ce dernier reste confiant. Cité par Libération, il avance que "le Commissaire a dit que si le contenu qu’on 'supprime' de Facebook n’est pas réellement effacé, c’est bien illégal. Donc nous sommes plutôt sûrs de nous: nous allons gagner cette bataille".
    Rendez-vous fin 2011 pour connaître l'épilogue de ce duel. 
    Julien Vlassenbroek

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Repost 0
Commenter cet article

Epicure 19/12/2011 17:53


La bataille officielle sera gagnée, mais pas le fond du problème: qui va contrôler le serveur?Ces cinglés vont se noyer de toute façon  dans l'abondance de signes et infos sur tout le
monde..;inexploitable ? Et de toute façon, il est clair que la Seule Réponse au fichage incontournable sera plus de courage pour les "fichés" ou la sujetion totale. C'est inévitable.Mais cela
change-t-il quoi que ce soit? Il faut donc que les "Ficheurs" sachent qu'ils seront reçus à coups de calibre 12 à sangliers S'Ils venaient à abuser.... La leçon de la IIe GM est qu'il ne faut,
dans des circonstances précises  faciles à apprécier (!)  ni se rendre, ni obéir à la police :   les Russes ont compris cela quand poussés par les troupes de choc de Staline ils
ont arrêté Net la Wehrmacht. Et quand certains Juifs l'ont aussi compris: "les Frères Bielski" et tous les Résistants en Europe, le nazisme a été laminé, et ceux-là ont survécu en nombre bien
plus significatif que ceux qui ont cru à la légalité et l'obéissance.à celle-ci... Il faudra donc la même chose pour dissuader la "modernité sauvage" irrévocable techniquement: l'Indifférence
d'abord;  "une réponse sauvage SI...." ensuite? Il n'y a pas d'autre parade....

francis Claude 19/12/2011 17:31


je pense que dés que nous met(tons le doigt sur internet nous sommes fichés et de A a Z, tout cela mis dans des grosses banques qui dorment ...au cas ou.Il ne faut pas ce faire d'illusions tout
ces renseignements ressortirons s'ils sont necessaires et nous ne pouvons je pense rien y faire,mais étant un apprenti dans ce domaine, j'ai appris seul a me servir de ces machines n'en ayant pas
eut un grand besoin dans ma vie professionelle...sauf a la fin ou cela devenait necessaire aussi si parmis les lecteurs du blog il y a des férus d'informatique et de ses tennant et aboutissants
qu'il me dise si je me trompe cela m'interresserai par pure curiosité de le savoir, car je n'en ai rien a foutre d'etre ou pas "espioné" ne faisant pas de choses illicites sur le web...a moins
qu'etre Français, patriote et engagé politiquement soit un délit !!!