Femen en Folies de Philippe Randa

Publié le 26 Novembre 2012

Il est difficile aujourd’hui de ne pas avoir entendu parler des Femen… Ces « drôles de dames », dont le mouvement est né en Ukraine, se sont répandues un peu partout « à l’international » au point qu’elles squattent désormais nombre de plateaux de télévisions, tandis que la quasi-totalité des médias a parlé de leurs faits d’armes. Désormais, surtout, de leurs « voies de faits» !

 

Au début, on souriait de ces walkyries contemporaines qui apparaissent les tétons à l’air. Toutes sont jeunes et plutôt bien balancées. Aucun « thon », aucun « boudin », aucun « tas » : toutes semblent sorties d’un casting de Marc Dorcel.(1)

Étonnant, non ? Les moches n’auraient-elles pas droit d’appartenance à ce nouveau sacro-saint mouvement médiatique ? Aucun journaliste n’a semble-t-il jugé opportun de s’interroger sur la question ; mais si les journalistes en place avaient l’habitude des questions dérangeantes, cela se saurait.

Oui, elles sont sexy, ces « fichues drôlesses » aux nichons complaisamment exhibées, mais attention ! contrairement à celles qui font de même dans les rues chaudes de certains quartiers, elles ne sont pas de petite vertu, mais de grandes revendications.

 

Et de revendications tous azimuts : promotion de la démocratie, de la liberté de la presse, des droits des femmes, de la protection de l'environnement… et lutte contre la corruption, la prostitution, le tourisme sexuel, les agences matrimoniales internationales, lesexisme, la pornographie, la violence conjugale, le racisme, la pauvreté… Manque l’exigence du soleil après la pluie, du rebouchage du trou dans la couche d’ozone et des numéros gagnants à l’Euromillion, mais il n’est pas dit que cela ne soit pas réclamé plus tard.

Reconnaissons qu’à leurs premières apparitions, tout homme normalement mâle appréciait de mater leur plastique avenante. Pour se rincer l’œil, c’est tout de même mieux que les moustachus de la CGT… ou, dans le registre femelles en fureur, des chiennes de garde habituelles du MLF.

 

Mais plus ça va, plus leurs actions tournent vinaigre… Par exemple, dimanche en huit, lorsqu’elles attaquèrent la manifestation de protestation contre le mariage homosexuel, organisée par l’association catholique CIVITAS(2) « en portant un voile de religieuse sur la tête, les seins nus, certaines en porte-jarretelles, avec des expressions injurieuses écrites sur la poitrine (“fuck Go”, “fuck Church”, “Saint-esprit étroit”, “Marie marions-nous”, “occupe-toi de ton cul”) »… et en aspergeant les manifestants de gaz fumigènes.

Bloquées par le service d’ordre qui les repoussa avec quelques taloches et coup de pieds aux derrières, elles n’ont de cesse, depuis, de couiner leur indignation sur les plateaux de télévision, tandis que la quasi-totalité des médias martèle que ce furent elles les agressées, les bastonnées et les victimes d’insultes…(3)

 

C’est ce qu’est venu confirmer samedi soir, dans l’émission « Salut les Terriens »(4) de Thierry Ardisson la militante du FEMEN Nathalie Vignes. Tous les invités du plateau, comme il le devait, compatirent à tant de malheurs. Aucun kamikaze n’était présent pour contredire la version de cette nouvelle Jeanne d’Arc contemporaine !

Mais ce qui aurait pu n’être qu’une complaisance de plus envers le politiquement correct ne s’arrêta pas là. Aidé par une très professionnelle mise en scène de Thierry Ardisson, Nathalie Vignes se lança dans le récit du viol dont elle fut victime lorsqu’elle avait treize ans… Viol odieux de la collégienne qu’elle était encore et qu’elle relata avec moults détails, de son « pipi à la culotte » pendant l’agression, à la morsure quelle infligea à son bourreau, lui arrachant une partie de la joue et le faisant saigner abondement, puis comment elle le coursa à travers la pièce, puis dans la rue…

 

À défaut d’exhiber pour l’occasion sa poitrine, la dame ne fut pas avare de détails scabreux ou héroïques… avec un rare talent de conteuse ! Et pour cause… In extremis avant un changement de sujet, elle rappela précipitamment les dates et lieux de ses prochains spectacles, ce que Thierry Ardisson, quelque peu pressé par son programme, était prêt à oublier de faire.

 

Le télespectateur attentif appris ainsi en quelques minutes qu’on pouvait avoir été violée dans son enfance, défendre de grandes causes et être également comédienne professionnelle, sourcilleuse quant à la promotion de ses spectacles… Rien d’incompatible, bien sûr !

Le téléspectateur plus distrait pourra, lui, se rappeler que les catholiques ont dans leur service d’ordre des nervis abominablement violents, susceptibles de violer de pauvres filles, de préférence quand elles reviennent de l’école.

Un bon scénario pour Marc Dorcel, ça !

 

Notes

(1) Producteur de films pour donner des idées sur la bagatelle à ceux qui en manqueraient.

(2) www.civitas-institut.com.

(3) Un communiqué de CIVITAS indique que « Contrairement à ce que prétendent certains médias et politiques, aucun membre de l’organisation de CIVITAS ne s’est rendu coupable de la moindre violence envers ces FEMEN. Les policiers ont informé les responsables de CIVITAS que seuls avaient été interpellés quatre individus sans rapport avec CIVITAS et que rien ne pouvait être reproché à CIVITAS. à l’inverse, le service d’ordre de CIVITAS a été exemplaire puisqu’il a pu bloquer les FEMEN sans user de violence pour les empêcher d’avancer plus avant dans la manifestation et continuer à agresser les participants et à s’exhiber notamment devant des enfants. Les FEMEN font malheureusement peu de cas de l’innocence des nombreux enfants qui ont été violentés et qui ont été très choqués par leur attaque, leurs tenues et leurs slogans. Aucune violence ni provocation n’est acceptable et c’est pourquoi CIVITAS annonce que son avocat, Maître Jérôme Triomphe, est en train de porter plainte auprès du procureur de la république contre les membres parfaitement identifiables des FEMEN, qui se sont rendus coupables d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants (article 222-32 du code pénal), diffusion de message à caractère violent ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine et susceptibles d’être vus par des mineurs (article 227-24 du code pénal), violences en réunion et avec armes (article 222-13 du code pénal) y compris contre des enfants, entrave concertée à la liberté de manifestation par menaces, violences et voies de fait (article 431-1 du code pénal) ainsi que pour injures envers CIVITAS et les manifestants en raison de leur appartenance à la religion catholique ainsi que les messages écrits sur leur poitrine et les aérosols utilisés le démontrent aisément (article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881). »

(4) 24 novembre 2012.

 

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article