Femme battues : Divorcer dans le Coran "c'est légal"...

Publié le 31 Juillet 2011

Depuis un an, Souad, 35 ans, frappe à toutes les portes, écrit, se déplace. En vain. Cette mère de famille de 35 ans de Créteil cherche à quitter un mari violent qui la bat depuis la première année de leur mariage. Et ce, depuis quinze ans, « sans aucune excuse » ni « aucun motif ». « J’ai voulu me marier pour échapper à un certain engrenage dans ma famille, confie avec une certaine retenue cette Cristolienne de Mont-Mesly.Mais je suis tombée dans un autre système. Au début, mes parents m’ont dit : Ce n’est rien, soit patiente. Cela va s’arranger. Chez les Marocains, cela ne se fait pas de divorcer. Mais j’ai lu le Coran, "c’est légal!" Il y a un mois, ce furent les coups de trop. « Il a essayé de m’étrangler et m’a dit que, la prochaine fois, il m’égorgerait. Je ne veux pas faire partie des statistiques ou des faits divers. »

Pour se protéger, Souad a même glissé un couteau sous le matelas de son lit. Après ce nouvel épisode de violences, cette mère de famille a pris un avocat pour entamer une procédure de divorce. Cependant, avec six enfants, de 4 à 13 ans, sans travail, difficile de trouver un logement. « Les associations vous écoutent, vous conseillent, mais c’est tout. Moi, j’ai besoin d’un appartement. J’ai écrit partout. Je ne sais plus quoi faire. Nous, les femmes battues, on devrait toutes ensemble descendre dans la rue et manifester pour obtenir des structures adéquates. »

Le Parisien

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article