Femme musulmane battue aux urgences du CHU de Grenoble.

Publié le 7 Avril 2012

Histoire de femmes, Histoire de femmes musulmanes, histoires de femmes battues.

 

« C’est bizarre cette habitude qu’ont certaines femmes à volontairement se taper la tête contre les murs… » C’est en ces termes, très ironiques, que le président Azéma du tribunal correctionnel de Grenoble a interpellé Mounir D., 37 ans, qui comparaissait hier pour des faits de violences conjugales.

Interrogé par le président quelques instants plus tôt sur la présence d’hématomes sur le visage de son ex-compagne, le prévenu avait expliqué qu’elle « avait l’habitude de se taper la tête contre les murs pour faire croire des choses ».

Il a en revanche eu beaucoup plus de difficultés pour expliquer pourquoi plusieurs personnes avaient apporté des témoignages concordants avec celui de la victime à propos des faits du 20 février. Ce jour-là, alors que le prévenu et son ex-compagne se trouvaient aux urgences pédiatriques du centre hospitalier universitaire de Grenoble pour leur enfant qui faisait des convulsions, le personnel hospitalier avait dû intervenir. En effet, selon les dires de la victime et des différents témoins, l’homme, qui portait son fils dans ses bras, n’avait pas hésité à gifler à plusieurs reprises son ex avant de lui mettre des coups de pied, tout cela parce qu’il la soupçonnait de le tromper. Le président Azéma a, au passage, précisé au prévenu que, pour autant que ces soupçons puissent être fondés, cela ne le regardait plus. Un déni qui inquiète la partie civile

Le prévenu, défendu par M e Levy-Soussan, a nié en bloc ces faits, pourtant corroborés pas des témoignages, et d’autres violences plus anciennes.

L’avocate de la partie civile, M e Charamel, a demandé au tribunal de prononcer contre le prévenu une interdiction d’entrer en contact avec la victime. « Il n’a pas hésité à se montrer violent devant leur enfant et dans un lieu public. De plus, il est dans le déni, ce qui m’inquiète pour la suite ».

Le procureur adjoint, Laurent Becuywe, a estimé lui aussi que le prévenu n’assumait pas ses responsabilités. Puis, rappelant qu’une femme meurt tous les trois jours en France sous les coups de son concubin, il a requis un an de prison dont une partie assortie de sursis avec mise à l’épreuve et interdiction d’entrer en contact avec la victime. (En clair, il n'ira pas en prison car depuis la réforme Rachida Dati, toutes les peines inférieures à 2 ans ne sont pas effectuées. Quand au contrôle judiciaire, il n'y a pas de personnel pour le faire et le bracelet coûte trop cher. En conséquence... Ndlr Gérard Brazon)

e Levy-Soussan, pour la défense, a demandé au tribunal d’être exigeant et prudent « car les témoignages qui mettent en cause mon client n’ont pas été recueillis sur procès-verbal, mais seulement par téléphone par les policiers ». Sur les faits, il a défendu la position de son client en expliquant que ce dernier était lui aussi, le soir des faits, anxieux quant à l’état de santé de l’enfant. Il a par ailleurs demandé au tribunal de ne pas incarcérer son client.

Finalement, Mounir D. a été condamné a un an de prison dont dix mois avec sursis mise à l’épreuve, obligation de travailler (Amusant cette précaution juduciaire!Ndlr GB) et interdiction d’entrer en contact avec la victime. Le Parquet n’ayant pas demandé de mandat de dépôt, il est ressorti libre du palais de justice. 

 par Fabrice MARGAILLAN

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Faits Divers- Sociétés

Commenter cet article

jpb 07/04/2012 16:48


Claude Germain à raison, les femmes Tunisiennes en France ont votées pour la charia,

Claude germain V 07/04/2012 14:25


Les sado-masos de la burka ,du voile et du sac a patate n'ont qu'a se demerder .


De toutes les façons c'est maintenant TOUS LES JOURS en pays de FRANCE ,pays de sources certaines judéos chretiennes que se produits ,une agression ,une exigeance ,une insulte d'origine musulmane
.


Mesdames les voilées sado-maso ,il existe une religion si vous etes pratiquante ,qui vous donnera quand meme un risque infime de vous faire labourer gracieusement la visage ,cette religion c'est
le christianisme .Libre d'y rentrer ,libre d'en sortir dans la plus grande  des serenités .Quoi de mieux ??? .


Maintenant si vous persistez dans la voie de la violence intime-sado-maso du sac a patates ,libre a vous et demerdez vous .Vos problémes vous concernent .

LA GAULOISE 07/04/2012 12:42


 


       BEL EXEMPLE D 'INTELLIGENCE ET DE JUSTICE !