Festival d'Avignon : «Olivier Py a fait gagner cinq points au FN»

Publié le 27 Mars 2014

Olivier Py aurait dû tourner 314 fois sa langue dans sa bouche. Décidément il y a des gens qui ne méritent rien pas même la sagesse de l'Olivier. Tant mieux finalement, car il vient cet "intellectuel" de rendre service au Front National. Les Français ont une sainte horreur qu'on les prennent pour des abrutis, qu'on leur fasse du chantage et pire encore, qu'on joue les importants, les indispensables. Les Français adorent en général les dégommés.

Ce qui m'agace le plus ce sont ces pseudos intellos, artistes et autres amuseurs publics de types Bedos, Robin et autres Balasko qui se sentent investis d'une pensée intelligente, d'une science. Il ne suffit pas de faire du Molière pour être Molière. Ni jouer Bonaparte pour être de la taille de l'Empereur. Quant aux chanteurs de type Noah, ils feraient mieux de rester à leurs places. Ces gens-là, à force de s'écouter, ils n'entendent plus rien. 

Gérard Brazon

Le Figaro

«J'ai pour Olivier Py le plus grand respect et la grande admiration que l'on doit à un artiste de sa dimension. Et je me suis, à plusieurs reprises et publiquement, réjouie de sa nomination à la tête du Festival d'Avignon»Marie-Josée Roig, ancien ministre, ancien député et pour quelques jours encore maire d'Avignon est une femme d'expérience. Elle s'adresse par communiqué en date d'hier, 25 mars, à ses administrés et donc à Olivier Py lui-même qui habite désormais la Cité des Papes. Elle met en garde le directeur de la manifestation créée en 1947 grâce à la municipalité et poursuit ainsi: «Mais je me dois, en tant que Maire, pour quelques jours encore, de mettre en garde contre toute déclaration sur l'avenir du Festival qui serait soumis aux contingences politiques.»

«Je voudrais simplement rappeler que le Festival d'Avignon est né de la volonté d'un Maire, le Docteur Pons, 1er magistrat à l'époque, et qu'il appartient donc aux Avignonnais qui l'offrent au monde entier. (...) Le Festival transcende toute appartenance politique et resligieuse et c'est en cela qu'il nous propose une lecture du monde crédible, qu'il reflète la diversité des regards que l'on peut poser sur nos sociétés.»

«L'avenir du festival d'Avignon ne saurait être la fuite»

Puis, bergère répliquant au berger: «Son avenir ne saurait être la fuite, quel que soit son environnement sociétal et politique.» Cependant, les artistes permanents d'Avignon, et ils sont très nombreux, se sont aussi mobilisés pour une mise en garde. Un collectif a publié hier soir un communiqué. Il représente la Maison Jean-Vilar, la Collection Lambert, le théâtre des Halles d'Alain Timar, celui du Chêne Noir de Gérard Gélas, les Hivernales (initiateurs de ce geste), le Théâtre du Chien qui fume, l'association Arts vivants en Vaucluse, Avignon Festival et compagnies, c'est à dire le «off» et même...le festival d'Avignon que dirige Olivier Py.

Ce communiqué prend acte du score du FN dimanche dernier et déclare: «Nous, professionnels des arts et du spectacle d'Avignon, souhaitons rappeler les choix culturels qui ont été opérés dans les villes dirigées par le Front National: suppression des projets innovants, des politiques de proximité, des risques de la création vivante, mais valorisation des œuvres et du patrimoine dormants.»

Le collectif conclut sur la nécessité du dialogue avec l'autre et de la vitalité créatrice. Belles paroles. Dans la ville, ce que l'on ne comprend pas, c'est la menace de «déménagement» du festival. «Beaucoup de gens, dont les commerçants détestent Olivier Py, confesse un responsable d'un grand hôtel qui désire rester anonyme. Il a tout simplement manqué de respect aux Avignonnais et n'a pas le pouvoir de déplacer le festival. C'est une question de démocratie. Si le parti FN est autorisé, c'est qu'il en a le droit. Nous on travaille très bien même en dehors du festival. Cela risque de déranger les intermittents.» (Ces mêmes intermittents qui, d'après les dernières négociations sur le chômage pourront toujours bénéficier d'une aide des ASSEDIC trés avantageuse. 3mois de travail permet 8 mois de paiements.ndlr GB)

« La réaction d'Olivier Py est stupide, ça a fait rire dans le mauvais sens du terme beaucoup de monde à Avignon. Ce n'est pas lui qui a créé le festival.»

Un commerçant avignonnais

Un commerçant d' une boutique de luxe surenchérit. «La réaction d'Olivier Py est stupide, ça a fait rire dans le mauvais sens du terme beaucoup de monde à Avignon. Ce n'est pas lui qui a créé le festival, c'est dommage parce qu'il a du talent et vient d'être promu à la tête du festival. Cela le discrédite, pense-t-il. Parce qu'il y aurait éventuellement quelqu'un du FN qui serait élu, il n'a pas à décider de déplacer le festival une manne pour toute la ville. Les Chorégies d'Orange n'ont pas été supprimées. Il y a des gens biens dans tous les partis. De toute façon, ce ne sera pas quelqu'un du FN qui sera élu. Pensez-vous qu'un maire serait assez fou pour annuler le festival d'Avignon? Ce serait supprimer la branche sur laquelle nous sommes assis

La conclusion nous vient d'un homme de théâtre, habitué du festival, Jean-Marie Besset:«Leçon d'humilité politique pour nous tous, gens de théâtre... Il y aura bientôt soixante-dix ans que le festival d'Avignon célèbre la vertu, l'ouverture à l'autre, la tolérance, le progrès, «le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui», pour reprendre la belle formule de Mallarmé. Et pourtant, ce festival idéaliste n'aura pas convaincu en sept décennies les citoyens d'Avignon de ne pas élire des représentants des idées contraires. Quel est le rôle du théâtre dans la société? Il peut, au mieux, éclairer les gouvernants (Molière a pu rendre meilleur Louis XIV), mais il ne peut rien contre la vox populi (ni Wedekind, ni Schnitzler, ni Brecht n'ont enrayé l'ascension du Nazisme ou empêché l'Anschluss)...»(Pas plus que le communisme mais là le journaliste n'en parle pas. ndlr GB)

Directeur du festival d'Anjou et metteur en scène, Nicolas Briançon soutient pour sa part qu'il est nécessaire de laisser le festival en Avignon. « Cela me donnerait plutôt envie de monter une pièce de Brecht. Moi, je n'ai pas ce problème, le FN à Angers, c'est 6,2%,, je suis à l'abri de cette problématique. Je suis content que ce soit Olivier Py à la tête du festival, mais il a parlé un peu vite. C'est un peu munichois son attitude, un peu caste. Il faut rester dans la bataille. Que se passerait-il pour les 70% personnes qui n'ont pas voté pour le FN? Avec un truc comme ça, il fait gagner cinq points au FN.»

Greg Germain, directeur du festival Off, est plus modéré. «Je comprends la réaction d'Olivier Py, il parle avec le cœur, mais il faut raison garder. Je ne déserterai pas Avignon, sinon, il faudrait déserter Henin Beaumont, St-Gilles, etc. Nous apportons 110 millions d'euros à la ville, est-ce que les compagnies nous permettraient de partir? Non, il faut résister à ces forces qui sont indignes de notre République. Je veux penser que les Avignonnais voteront selon leur conscience dimanche. Je crains que les milliers de spectateurs et les professionnels de la presse refusent de venir dans une ville où la culture n'est pas la bienvenue». 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

aupied 28/03/2014 05:27


olivier Py , ne mélanger pas la politique avec le festival , vous n'avez pas les moyens de déplacer le festival , ce n'est pas votre bien propre le festival appartient aux avignonais , ne
réagissez pas comme ça , le FN et un parti comme un autre la différence ( avec les autres partis ) c'est que lui n'a pas la langue dans sa poche pour dénoncer toutes les magouilles dont on nous
bassinent tout les jours , regarder du coté du gouvernement lui est le roi des magouilles 

mika 27/03/2014 19:14


VIDEO 30 secondes


 


http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/03/26/25002-20140326ARTFIG00084-marine-le-pen-et-le-festival-d-avignon-qu-olivier-py-demissionne.php

dorothee 27/03/2014 19:06


De plus en plus les gens sont habité par la parrano. Personne n'est irremplaçable !