« Fils de France » : suppositoire et torpille Par Pascal Hilout (né Mohamed)

Publié le 4 Avril 2013

  Par Pascal Hilout (né Mohamed)

L’islam, cette vénération aveugle du Coran et de Mahomet m’étonnera toujours. Ses adeptes sont souvent amenés à faire des contorsions intellectuelles complètement ridicules pour éviter de recouvrer leur liberté et ne plus inscrire la soumission dans le corps, l’espace et le temps ; front contre terre et derrière en l’air.

Voici la dernière manifestation de cette maladie et aliénation qui dépassent l’entendement. Lisez la charte des « Fils de France » pour vous en convaincre. Je dois avouer que c’est une magnifique déclaration d’amour à la mère patrie. Sauf que jamais, au grand jamais, l’on ne sache ce que ces compatriotes changent à leur islam pour le rendre compatible avec les valeurs fondatrices de la France, en tant que nation et comme république. C’est comme si l’islam n’amochait pas sérieusement, ne défigurait pas, ne remettait pas sous voile cette belle France, cette Liberté aux seins nus qui continuera de guider le peuple !

Je crois qu’il est plus pertinent de les nommer « Fils de Mahomet » tant qu’ils n’auront pas osé donner un bon coup de pied dans le derrière de ce père, ennemi des femmes et de leur liberté, ce père des razzias et non pas de la paix. Faut-il encore rappeler que Mahomet a légué à ses enfants neuf veuves interdites de remariage ? La plus jeune d’entre elles n’avait que 18 ans. A la fleure de l’âge, elle fut condamnée au veuvage à vie après avoir été déflorée à l’âge de 9 ans!

La charte des « Fils de Mahomet » commence par cette prémisse :

La France est une grande maison abritant de nombreuses demeures : c’était vrai du temps de nos rois, ça l’est plus encore dans notre République, malmenée par la mondialisation. Dans une société en perte de repères, nous affirmons notre amour de la France éternelle.

C’est beau, mais c’est faux : la nation française à laquelle Ernest Renan rendait hommage et qu’il définissait de façon rigoureuse dans sa mémorable conférence à la Sorbonne est avant tout un creuset de fusion et non pas une juxtaposition de demeures closes.

Aux nouveaux venus, il a toujours fallu se couper d’une partie essentielle de leur héritage particulier pour entrer dans cette communauté de destin qu’est la France.

Or l’endogamie islamique, par exemple, cette interdiction faite aux musulmanes d’épouser des non- musulmans est à tout jamais contraire à ce qui fait France jusqu’à aujourd’hui.

Tant que les « Fils de Mahomet » n’auront pas dénoncé cette torpille qu’est l’islam, taillée sur mesure pour disloquer tout creuset de fusion, en France comme ailleurs, ils ne seront que des taupes, des faux-culs, incapables de construire un vrai vivre-ensemble avec d’autres communautés humaines.

Chers « Fils de Mahomet »,

Il vous faudra revoir votre copie et nous montrer ce que vous élaguez comme ignominies de votre islam, c’est à dire du Coran et de l’exécrable exemple de Mahomet, pour mériter d’êtres des « Fils de France » !

Jusqu’à nouvelle copie, votre charte bien policée n’est qu’un suppositoire bien lisse. Vous pouvez le garder au frais ou en faire l’usage que vous voulez !

Pascal Hilout

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

FRANHENJAC 04/04/2013 21:21


Bravo !