FN/UMP : J.-F. Copé prend ses électeurs pour des benêts ! Par Gabrielle Cluzel

Publié le 15 Mai 2013

 Souvenez-vous, c’était le 27 mars devant le bureau politique de l’UMP. Son président Jean-François Copé rappelait qu’il ne « donnerait pas de consigne », que « la liberté était tout à leur honneur » et qu’il était « important que chacun puisse exprimer sa position sur le sujet ».

Par Gabrielle Cluzel

Il s’agissait du vote de la loi par les sénateurs sur le mariage pour tous. Bien sûr, à l’UMP, aucun sénateur, aucun député ne serait sanctionné pour avoir aidé le gouvernement à faire passer le mariage gay. Pensez-vous, à l’UMP, on ne mange pas de ce pain-là. Jean-François Copé est bien trop épris de démocratie, de liberté (sur mes cahiers d’écolier, j’écris ton nom) et tutti quanti. Seulement voilà, les postures de poète façon Paul Éluard, c’est sympa, mais c’est comme tout, ça a ses limites. Et Jean-François Copé, il faut bien le dire, ne fait pas toujours preuve d’autant d’ouverture d’esprit magnanime. Il y a, à l’UMP, des dogmes de foi indiscutables avec lesquels on ne transige pas, des péchés mortels qui vous valent de facto une excommunication immédiate : Arnaud Cléré, représentant de L’UMP à Gamaches, dans la Somme, vient de le comprendre.

A-t-il troussé une soubrette rétive dans un hôtel new-yorkais ? Lui a-t-on découvert la fortune de Liliane Bettencourt sur un compte suisse ? Rien de tout cela. Ce trentenaire a décidé d’ouvrir sa liste pour les municipales aux membres du FN afin, dit-il, de mettre fin à trente ans de gestion socialo-communiste.

Les (quelques) cheveux de Copé se sont d’un coup dressés sur sa tête :

Aucun accord d’aucune sorte ne sera accepté avec le FN. Tout élu UMP qui viendrait passer un accord avec le FN se placerait immédiatement en situation d’être exclu à l’UMP. […] Il n’y a pas d’exception à Gamaches sous prétexte qu’il y a un maire communiste à éliminer.

D’un coup, bizarrement, la liberté n’est plus « tout à l’honneur » de l’UMP, et il n’est plus aussi « important que chacun puisse exprimer sa position ». Éluard, tu nous emmerdes, exit le démocrate ; bienvenue le Conducător !

Bref, le mariage pour tous, Copé veut bien qu’on en discute, sauf entre le FN et l’UMP. Pas question que ces deux-là se passent l’alliance au doigt : Copé crie à l’union contre-nature.

Sans compter que le problème, comme toujours, réside surtout dans la procréation… « Notre liste va faire des petits », prédit Arnaud Cléré, persuadé que son coup de butoir dans le cordon sanitaire va conforter d’autres candidats, condamnés eux aussi à se faire battre par la gauche s’ils ne tendent pas la main. « C’est la clé pour faire basculer la ville à droite », a encore confié le candidat. « Entre le parti et ma ville, j’ai choisi ma ville. » Il annonce donc qu’il continuera sa campagne sous l’étiquette divers droites.

Il y a quelque temps, Copé se posait la question de savoir si « Hollande était vraiment capable de gouverner la France »… Mais en vertu du syndrome ophtalmologique bien connu de la paille et de la poutre, on peut se demander si Copé, quant à lui, est vraiment capable de gouverner l’UMP… qu’il tend à traiter comme les socialistes traitent la France : en se coupant du peuple. Les sondages le disent, une majorité d’électeurs UMP souhaitent des alliances avec le FN aux élections locales. Mais Copé éjecte de son parti ceux qui s’y essaient. Une majorité d’électeurs UMP est opposée au mariage pour tous, mais Copé ne prend aucune sanction contre les parlementaires qui, par leur voix, ont permis à cette loi d’être votée, et les assure de sa mansuétude.

Prendre ses électeurs pour des benêts, cela peut fonctionner, d’autres l’ont fait avant lui. Mais quand cela devient voyant, il arrive aussi que cela se termine mal…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

L'EN SAIGNANT 15/05/2013 18:29


COPÉ est tout à fait taillé pour le P. S. et c'est grâce à lui qu'est né le nouveau parti dit UMPS.! C'est un MAGOUILLEUR ET BRICOLEUR de PREMIÈRE qui n'a même pas la pudeur de réfreiner
publiquement ses pulsions assasines vis à vis de ses camarades et collègues d'hier (je pense à F. FILLON). Il donne plutôt envie de VOMIR  (j'allais "franchouillardement" écrire "DÉGUEULER"
.!

Marie-claire Muller 15/05/2013 18:18


Le FN EST TROP POPULAIRE, MARINE LUI FAIT DE L'OMBRE ET SURTOUT MARINE VEUT REPRENDRE LES RENNES DE LA FRANCE A BRUXELLES ET A TOUS LES VALETS DE CETTE ENTITE LIBERTICIDE DONT IL FAIT PARTIE:


France, capitale Bruxelles


Par

Basile de Koch





- A +


6 commentaires




Share on print


Share on email


Share on facebook


Share on twitter


More Sharing Services







 


A quoi bon voter encore en France, quand tout se décide ailleurs ? C’est la conclusion à laquelle aboutit le téléspectateur moyen (moi, en l’occurrence) au vu du documentaire diffusé l’autre
mardi par France 5 : Bruxelles, le vrai pouvoir.


À ce qu’il paraît, ce ne sont plus nos élus qui décident du destin de notre pays, mais “la Commission”. Sommet après sommet, vingt-sept chefs d’État et de gouvernement défilent, pour faire valoir
leurs intérêts nationaux respectifs, auprès de commissaires qui ne les entendent guère, investis qu’ils sont d’une mystérieuse autorité supérieure : des suzerains face à leurs vassaux.


Soumission volontaire : au fil du temps, nos politiques ont abandonné à la Commission un droit de contrôle toujours plus grand sur notre budget et nos lois. Désormais c’est un droit de veto, et
pas seulement “suspensif” comme celui de ce pauvre Louis XVI.


Viviane Reding, vice-présidente du machin, ne l’a pas envoyé dire aux députés français qui la recevaient — traités comme de vulgaires cancres : « Il faut, lentement mais sûrement, comprendre
qu’il n’y a plus de politiques intérieures nationales. Il n’y a plus que des politiques européennes partagées dans une souveraineté commune. »


Par ce tour de passe-passe, on fait disparaître d’un coup la démocratie, le politique et le rôle de l’État. Et au profit de quoi, sinon d’une chimère ? La prétendue “souveraineté commune” entre
des États comme l’Allemagne et la Grèce, avec la France au milieu !


En tout cas la machine, elle, est redoutablement efficace. Au service de nos aimables commissaires travaille une armée de six cents experts, chargés de surveiller nuit et jour les comptes publics
de chaque pays. Parmi eux, quinze spécialistes sont affectés à la section “France”. À la lumière de leurs ordinateurs, ces gens-là émettent des “recommandations” qui, si elles sont validées par
la Commission, prennent aussitôt force de superlois enjambant les nôtres. « Leur non-respect par la France pourrait lui valoir une amende de 4 millions d’euros », explique non sans
fierté une de ces têtes d’oeuf. Mais peut-être toucherait-il sur cette somme une prime de rendement ?


Comment en est-on arrivé là ? « Nous n’avons jamais consenti […] au système dit “supranational”, qui noierait la France dans un ensemble apatride », disait de Gaulle dans une
conférence de presse le 9 septembre 1968. Un demi-siècle plus tard, on y est, et de notre propre fait.


Si la France est aujourd’hui sous surveillance, voire sous tutelle, c’est à force d’abandons de souveraineté successivement consentis — sans qu’on voie bien ce qu’elle y a gagné en contrepartie.


Il y aurait bien sûr une solution à tout ça : consulter les Français pour savoir s’ils veulent que les décisions concernant leur quotidien et leur avenir soient prises à Paris ou à Bruxelles.
Mais le risque, s’ils répondent mal, c’est qu’on ne tienne pas compte de leur avis. Non seulement c’est d’usage en matière européenne, mais là, en plus, ça nous éviterait une forte amende de la
Commission…


SUR VALEURS ACTUELLES


 

LA GAULOISE 15/05/2013 17:00


SI , AU SEIN DE L'UMP , IL RESTE ENCORE QUELQUES COURAGEUX, ALORS VITE QU' ILS S'ALLIENT AU FN.

mika 15/05/2013 16:17


Article et photo d'Arnauld CLERE
http://picardie.france3.fr/somme

Epicure 15/05/2013 15:41


C'est déjà foutu pour Copé car il n'a pas de majorité sans le FN et Fillon a déjà pris la tête du Ventre mou, pardon..., du Centre....


CQFD

Pivoine 15/05/2013 15:15


Copé serait touchant de ridicule si lui et tant d'autres à l'UMP n'étaient pas aussi dangereux que les gauchiastes pour l'avenir de notre pays !