Formatage des jeunes journalistes ou l'apprentissage du "bien penser."

Publié le 24 Avril 2012

Nous savions que les journalistes sont les témoins (faux) de la société! Ils sont au minimum des faiseurs d'opinions! Quoi de mieux que de les faire entrer dans une mosquée pour leur démontrer que les musulmans sont des êtres humains comme toute le monde! Faut-il être idiot pour penser le contraire! Et pourquoi seraient-ils différents?

Le sujet ce n'est pas les musulmans qui ont un coeur, une pensée, une générosité comme tout le monde! Le sujet est de savoir si cette générosité s'exerce envers tout le monde y compris et surtout aux non musulmans? Si on se réfère au Coran, premier livre saint de l'islam et aux Haddiths, la vie de Mahomet, on peut se rendre compte facilement que cette générosité est par définition limitée aux musulmans.

Puis, comment peut-on penser que l'UOIF qui est une association radicale musulmane qui invite des prédicateurs haineux dans ses réunions publiques peut avoir cette générosité?Libre aux jeunes journalistes d'avaler ce discours. Espérons, mais j'en doute, qu'ils aient posé les bonnes questions! Celles que tout bon journaliste critique peut poser facilement!

Gérard Brazon

****** 

UAM93

Des étudiants de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris se sont rendus à la mosquée Al-Iman du Bourget pour y rencontrer des responsables religieux. L’objectif était d’avoir l’occasion de connaître l’islam de l’intérieur, en rencontrant les musulmans sur leur lieu de culte. C’est l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM-93) qui avait lancé l’initiative en 2011 en contactant l’ESJ pour cette opération qui s’est déroulée cette année pour la deuxième fois.

Les étudiants ont ainsi eu l’occasion de se rendre compte que la mosquée est aussi un lieu de vie, d’échange, voire de solidarité. C’est cette solidarité que l’on a pu observer quand l’UOIF a ouvert les salles annexes de ses mosquées pour accueillir des sans-abris durant les semaines de grand froid. Cette initiative mérite véritablement d’être saluée. Non pas uniquement pour sa portée éthique incontestable mais aussi parce qu’elle témoigne de la nécessité de désidentifier les musulmans de France en général et leurs lieux de cultes en particulier de quelques sujets aussi précis que polémiques. Ces sujets qui font l’actualité sont connus de tous, on pense avant tout aux prières de rue ou aux minarets.

Dans les deux cas, la mosquée interpelle quand on croit qu’elle va spatialement trop loin, quand on craint qu’elle dépasse les limites verticales ou horizontales qu’on lui avait assignées. Or, avec les deux initiatives citées, la mosquée fait exactement l’inverse : elle ouvre ses portes à ceux qui n’ont plus de toit et à des futurs journalistes. Elle invite l’autre à franchir son seuil pour réaliser à quel point les hommes et femmes qui prient ici sont comme tout le monde, ils se soucient du grand froid, de l’emploi et du pouvoir d’achat. Mais ils s’engagent aussi pour la société dans laquelle ils vivent, sur un plan humain ou citoyen. D’ailleurs, en France et aux Etats-Unis de nombreuses mosquées organisent de plus en plus des journées « portes ouvertes ».

L’enjeu ici est surtout d’apprendre à ne pas enfermer dans certains sujets polémiques des musulmans de France, qui doivent eux-mêmes savoir prendre position et s’engager sur de nombreux autres sujets que ceux auxquels on les identifie.

Source : Edito de Zaman

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

DUHAUDULAC 25/04/2012 00:25


Il y a plus de trente ans des cons étaient invités aux journées portes ouvertes de l'URSS pour aller voir des fontaines où coulaient du lait. ILs en revenaient toit mari. Soit ils se taisaient
soit ils crachaien le noit.


Espérons que nos jeunes cons apprentis sorciers sauront poser les bonnes questions sur cette religion de m...., comme l'a si bien dit un ancien Ministre de la République


 


 

LA GAULOISE 24/04/2012 12:58


SE FAIRE SES PROPES OPINIONS ET JAMAIS JAMAIS APRES UNE " INVITATION A VOIR OU A SE RENDRE COMPTE DE ..." N'EST CE PAS CA  ETRE JOURNALISTE ? , JE PENSAIS QUE C'ETAIT AUSSI
SAVOIR PRENDRE DES RISQUES AU NOM DE LA VERITE.MAIS ,IL EST VRAI QUE DEPUIS QUELQUES DECENNIES ,  ON ENSEIGNE , SURTOUT, L'ART DE LA DESINFORMATION.. BON, APRES TOUT IL SUFFIT QU'ON
AVERTISSE LE PUBLIC ( CELUI QUI SAIT ENCORE SE SERVIRE DE SES NEURONNES ! )