François Chérèque et le FN: Un donneur de leçons politiques. Amalgames et Arguments désuets...

Publié le 25 Avril 2011

               Je ne résiste pas à vous faire lire un commentaire de François Chérèque sur la Front National. On y trouve un aveu de taille comme l'acceptation de la CFDT que la représentation du FN dans le monde ouvrier n'est pas nouveau. Auparavant, il semblait, à entendre les syndicalistes de gauche, que le F.N était composé uniquement de débiles attardés, d'antisémites, de nazillons, de franchouillards passéistes, de cathos intégristes et autres lie de la terre française. François Chérèque avoue donc que cette lie de la terre ferait également partie de la classe ouvrière. Drôle de découverte. Si ce qui tendrait à prouver qu'il ne va pas souvent dans les réunions syndicales CFDT de la base dans les usines. Cela vaut également pour la CGT, pour FO et pour la CFTC et la CFE-CGC. La vraie vie syndicale en somme. Je peux même lui dire que ce qui vaut dans les usines de France vaut aussi pour les ateliers, les bureaux et les métiers du tertiaire. 

             Il est tout de même amusant que ces responsables syndicaux découvrent des réalités et sanctionnent des militants qui s'engagent dans la vie politique. On remarquera qu'aucun Syndicat ne sanctionnent des adeptes d'une idéologie comme le communisme qui a fait plusieurs dizaines de millions de morts de par le Monde. De même, aucun Syndicat ne sanctionne des adeptes d'une autre idéologie tout aussi mortifère comme l'islam qui massacre des centaines de milliers de personnes de par le monde. Mais sanctionner des militants du FN qui n'ont aucun mort sur la conscience ne les gêne pas. Alors oui, le FN a encore du chemin à parcourir pour devenir "fréquentable".  Mais je constate que sa Présidente n'a fait aucune faute, a considérer que l'extermination des juifs était une barbarie. Elle a lancé son parti politique sur cette voie. Laissons là travailler, voyons les progrès qu'elle fait faire à son Parti politique. La fille n'est pas le père et il n' y a aucune raison qu'elle en soit la copie conforme sinon, pour le coup, ce serait une forme de "racisme anti famille Le Pen" ce qui serait un comble pour ceux qui luttent contre le déterminisme des individus et contre le racisme d'une manière générale.

Gérard Brazon

 PARIS (Reuters) Le Point.fr - François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, met en garde contre la tentation de l'extrême droite, dont il attribue la poussée aux promesses non tenues et à une perte de confiance dans la politique.(On se demande de quel droit un responsables syndical se permet d'intervenir dans un domaine qui n'est pas le sien)

Dans une interview au Journal du dimanche, il estime que la prime de 1.000 euros voulue par Nicolas Sarkozy "va renforcer la défiance car seule une minorité de personnes pourront la toucher."(En conséquence, in vaut mieux à l'entendre que personne n'ait de primes plutôt qu'une minorité. C'est la politique de la tête qui dépasse que l'on coupe. A contrario, il pourrait éventuellement pousser les feux de la négociation salariale dans les autres entreprises en tenant compte des réalités économiques.)

Tout en soulignant que l'impact du Front national dans le monde ouvrier n'est pas récent,(Lire plus haut) François Chérèque dit entendre dans les entreprises des propos d'extrême droite qui étaient tus auparavant.(Stupide ou naïf?)

"Il y a des expressions de rejet des autres, de racisme. Y compris dans la fonction publique, où certains n'hésitent pas à dire: 'en cas de second tour Sarkozy-Le Pen, on ne votera pas Sarkozy !' On n'entendait pas cela avant", dit-il. (Le Sarkozy de 2007 a fait un tabac car il répondait à une demande forte. Il ne faut pas s'étonner de cet état de déception)

Interrogé sur les propos de la présidente du FN Marine Le Pen sur la désindustrialisation, François Chérèque répond: "L'extrême droite a toujours utilisé des situations réelles mais donne des mauvaises réponses. Ce qui se passe en France s'est déjà produit après la crise de 1929." "Sans aller jusqu'à de telles extrémités, nous constatons que la tendance au repli existe en France et en Europe comme dans les années 1930", ajoute-t-il.( Là on observera deux choses: le rappel de Laurent fabius sur la FN qui "pose les bonnes questions mais n'a pas de bonnes réponses"! La deuxième, c'est de faire un rappel à 1929-30 qui bien sûr permet plus loin de faire des allusion sur une période qui est utilisée par la bien pensance comme rejet de l'extrême droite! Bien joué mais... c'est tellement éculé et faux pour tout amateur d'histoire que cela en devient vraiment pénible. Faut-il rappeler qui sont ceux qui ont voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain et qui a collaboré avec l'Allemagne nazi? Pour mémoire, Pierre Laval n'était pas d'extrême droite mais radical socialiste tout comme Daladier. Que dire de l'ancien communiste Jacques Doriot créateur du PPF premier parti fasciste français et j'en passe... )

Néanmoins, François Chérèque estime qu'il ne faut pas tomber dans une dramatisation. "Il ne faut pas céder à la panique", dit-il, en soulignant que la CFDT allait poursuivre son travail de pédagogie. (Là ou sourit franchement car si la pédagogie de Chérèque se résume à ça...)

"Nous disons aux salariés concernés qu'ils font une erreur d'analyse, que les propositions de Marine Le Pen sont creuses. Pis, qu'elles se retourneraient contre les ouvriers ou sont irréalistes, que ce sont de fausses pistes", explique-t-il. (Donc il faut croire sur parole un François Chérèque qui conteste la politique économique de la France mais qui ne condamne pas les conséquences. Il ne faut rien changer. Ne pas se donner les moyens d'inverser la perte des emplois en France ni de revoir la politique "tout Europe" qui laisse libre nos marchés et permet la perte d'emplois industriels. Fausses pistes nous dit-il en prenant garde de cacher celles, forcémements bonnes, qu'il a dans ses tiroirs syndicaux.Bien entendu, pas un mot sur les engagements pris pas son syndicat et d'autres sur la facilitation de l'immigration et l'entrée en France de travailleurs immigrés. C'est sûrement une bonne piste.)

Gérard Bon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 28/04/2011 20:46



Qu'il continue à parler ainsi ,c'est du miel pour Marine,les vieux syndicalistes ringards se rebiffent si mal qu'ils creusent leur tombe avec leur langue !



isabelle 26/04/2011 05:11



Ce que je ne parviens pas à comprendre, c'est comment ces "gens bien" peuvent continuer à croire qu'il suffit de servir aux Français des phrases vides ("fausses pistes, propositions creuses,
mauvaises réponses...") pour que ces mêmes Français adhèrent à leurs propos. Il me semble que nous avons eu notre dose - pour ne pas dire over-dose - de blabla et que nous ne sommes plus prêts à
gober du vent.


Qu'ils se battent pied à pied contre ces "fausses pistes", arguments et preuves à l'appui, s'ils veulent convaincre.


Mais non, ils restent dans la formule incantatoire et s'imaginent que cela suffit.



berlaine 25/04/2011 17:52



Je suis de plus en plus atterré de lire et entendre relater les géniales idées de nos hauts politiques fussent-ils du plus haut niveau ...
L'intéressement des salariés aux fruits de l'entreprise n'est pas une idée nouvelle mais c'est du Gaullisme pur cru.
Comment peut-on traduire cela en instituant une prime forfaitaire, si j'ai bien compris " de 1.000 €." ?
Ce serait un non sens absolu incompatible avec l'idée même qui l'inspire d'autant plus que cette somme n'est même pas courante comme rapport, pour un petit investisseur boursier "du
Dimanche".!
La raison voudrait que la somme réservée aux salariés représente un pourcentage "taillé" dans la masse des bénéfices avant répartition aux actionnaires. Là, que l'État définisse ce pourcentage
serait  intelligent mais surtout pas un forfait car 1.000 € c'est énorme comme dividende à répartir pour une P.M.E.
Ensuite, le calcul régissant la répartition de cette Masse réservée aux salariés devrait être fixé également par la loi. Il tiendrait  compte par exemple, à la fois  du niveau de
rémunération du salarié ou du cadre et de son ancienneté dans l'entreprise, voire d'une note interne et personnelle d'implication et de sérieux dans le travail . Coefficient global et relatif
facile a établir.
Ce type de considération lierait étroitement et psychologiquement le salarié à ses efforts concourant  à l'expansion de son entreprise à considération identique avec les actionnaires.



Nancy VERDIER 25/04/2011 11:50



Chérèque c'est l'Âne de Buridan ou l'Idiot utile ???



MASCARA83 25/04/2011 10:19



Si je comprends bien les déclarations de M. François Chérèque Secrétaire Général de la CFDT, je constate que ce responsable syncdical est également entré dans le tunnel des politicards
nauséabonds.


Au lieu de défendre les intérêts des travailleurs FRANCAIS, il les considère comme des attardés mentaux et, ou, atteints de la maladie d'Alzheimer, que nous devons prendre par la
main pour les orienter et leur donner des ordres. Nous sommes avant tout, des travailleurs qui aimons notre indépendance,et notre terroir qui est la France. Donc, arrêtez de nous
donner des leçons de morale... ainsi que d'essayer de déstabiliser le FN et sa Présidente Marine Le Pen, car, en 2012 les travailleurs seront de plus en plus nombreux à
voter pour le FN, et vous le savez très bien M. Chérèque... En conclusion, je vous invite à penser à votre retraite ou reconvertion pour 2012!