François Hollande, depuis le 6 mai, n’a qu’une idée en tête : sa réélection en 2017.

Publié le 28 Août 2012

Par Bernard Raquin

Cela peut paraître surprenant, dans la mesure où beaucoup de voix s’élèvent pour supposer qu’il ne finira pas son mandat.

Écrasé par une charge hors de portée de ses capacités, le risque de décompensation est réel mais il s’accrochera au pouvoir, pour plusieurs raisons :

  • pour se venger de Nicolas Sarkozy, qu’il injuriait gravement en privé, et qu’il comparait à Madoff, un escroc américain. Il sait, en son for intérieur, qu’il ne sera jamais un leader galvanisant les foules, et en veut d’autant plus à l’ancien Président  ;
  • pour se venger de ses amis socialistes, qui l’ont humilié publiquement pendant des années  ;
  • pour prendre une revanche sur tous les gens qui, tout au long de sa vie, l’ont traité en nigaud et en benêt ;
  • parce qu’il y sera poussé par Valérie Trierweiler, qui y travaille depuis 2001  ;
  • pour continuer à s’épater lui-même, tout ébloui d’être à cette place, même s’il se sait largement usurpateur ;
  • enfin, parce que c’est humain. Les ors de la république, le train de vie luxueux, la fanfare et les gardes républicains, les tapis rouges, les honneurs, les courbettes de la cour, les flatteries, et l’exposition médiatique, sont des délices que peu d’égos peuvent refuser.

Pour cette analyse, je ne me baserai pas sur les déclarations de ses opposants, mais sur celles de ses amis, qui le connaissent très bien. Loin d’être mystérieuse, la personnalité de François Hollande annonce clairement son programme pour les cinq ans à venir.

On peut dire que jusqu’à maintenant, il a réussi un « parcours sans faute », au détriment de la France et de son économie. Non en tant que Président de tous les Français, mais au profit exclusif de lui-même et de ses amis.

En ce sens, il est parfait : satisfait de lui-même, indifférent aux autres, et donc sans destin. Toutes ses actions visent à empêcher tout apaisement.

Pour mémoire, rappelons ce qu’ils en ont dit : inactif, menteur, manœuvrier, indécis, cynique, mou, sans caractère.

Ségolène Royal : « Le point faible de François Hollande, c’est son inaction…. Les Français peuvent-ils citer une seule chose qu’il aurait réalisée en 30 ans de vie politique ?  …Celui qui ne fait rien est souvent plus populaire.»

Martine Aubry : «François Hollande, arrêtez de dire qu’il travaille, il n’a jamais travaillé, il ne fout rien.. Il n’a aucune épine dorsale, il manque de caractère. »

Laurent Fabius : «Hollande, franchement vous l’imaginez Président de la République ?… On rêve !… François Hollande c’est Guimauve le conquérant  ! »

Arnaud Montebourg : « Le point faible de Royal, c’est Hollande. »

Jean-Luc Mélenchon : «Une promesse de Hollande, c’est du vent, il ne tient jamais parole. Vice de cynique.  »

Manuel Valls : « Quand quelqu’un me dit qu’il est normal, je commence à me méfier. »

Claude Allègre : « L’une des caractéristiques de François Hollande, c’est, en effet, de considérer que le mensonge est une pratique normale en politique… Aucune promesse venant de lui ne peut être prise au sérieux… Il navigue en fonction  de la popularité des uns et des autres, et de cela seul… »

Ce que dit aujourd’hui Mélenchon de Hollande, tous les leaders socialistes sans exception – Moscovici, Aubry, Fabius, DSK – l’ont dit et le pensent, même si  certains le camouflent pour des raisons d’opportunité.

Leur leitmotiv, que je partage : « Il est intelligent, mais c’est un pur manœuvrier »

 Quand il est parti, il a laissé le PS avec moitié moins d’adhérents, et un état de division que Martine Aubry a justement fustigé. On ne peut pas prendre le risque de le mettre à la présidence de la République dans la situation très difficile où se trouvent la France et l’Europe. »

Or, pour être réélu, Hollande n’a qu’un seul choix : cliver.

Il fera tout pour réduire l’influence de l’UMP, et faire monter le Front National. Si vous êtes un électeur du FN, ne vous réjouissez pas trop vite…! Lisez jusqu’au bout.

Comment s’y prendra-t-il  ? Il a déjà donné le ton depuis son élection : mesures sociétales clivantes, flou et trahisons.

Première réussite parfaite  : le gouvernement Ayrault.

Ce gouvernement est un modèle de clivage, qui sert complètement les objectifs de division de François Hollande. Il est évident que sa composition ne peut qu’augmenter les tensions, les colères et les frustrations.

Laurent Fabius a été impliqué dans l’affaire du Rainbow Warrior, et plus gravement encore, dans l’affaire du sang contaminé. Sa présence exaspère au plus haut point bon nombre de Français ;

Christiane Taubira a fait partie d’un groupe séparatiste guyanais ayant provoqué la mort d’un gendarme  ; elle a soutenu le syndicaliste Domoto, soupçonné de racisme et de violences  ; elle a tenu des propos discriminatoires sur la traite des Noirs par les musulmans. Sa première sortie officielle a été pour des coupables en prison, et non pour des victimes. Ses déclarations, largement favorables aux délinquants, sont de nature à révolter de nombreux concitoyens honnêtes ;

Cécile Duflot appelle à la légalisation de la drogue  : là encore, ce sont des déclarations clivantes, dont le seul but est de diviser l’électorat de droite  ;

Arnaud Montebourg a traité des patrons d’escrocs, ce qui lui a valu une condamnation judiciaire. Il a récidivé en traitant les dirigeants de Peugeot de menteurs et de dissimulateurs. On ne saurait être plus clivant, en irritant les entrepreneurs.

Aurélie Filippetti a traité les Français patriotes de « France rance et moisie », lors d’un plaidoyer immigrationniste  ;

Pierre Moscovici a été largement impliqué dans les scandales et les détournements de fonds de la MNEF

Manuel Valls est allé rendre visite à des délinquants qui avaient agressé des policiers ;

Yamina Benguigui a dépensé des fortunes d’argent public dans un palace à Cannes, puis en Afrique, a exigé que l’ambassade de France mette à sa disposition un coiffeur  !

Copinages, caprices, collusions, dissimulations et dépenses somptuaires sont déjà bien établis. Tout est en place pour de grandes corruptions, à la mode mitterrandienne. Sans même citer Henri Emmanuelli…

Réussite parfaite  : les sujets de société.

  • Une association fantôme, surgie de nulle part, se présentant comme une association de directeurs des ressources humaines, demande la suppression de trois fêtes chrétiennes  ;
  • Le débat sur la dépénalisation de la drogue, déjà évoqué  ;
  • L’euthanasie, sujet sensible, qui est pourtant déjà encadrée par la loi  ;
  • Intentions d’interdire la prostitution  ;
  • Le mariage homosexuel. La plupart des gens acceptent l’homosexualité, comme ils acceptaient celle de Charles Trenet ou de Yves Saint-Laurent. Le mot « mariage » est justement destiné à cliver. Si on le remplaçait par le mot « union », il serait beaucoup plus consensuel. Raison pour laquelle, justement, Hollande ne le fait pas.
  • Derrière le mariage homosexuel, se profile le droit à l’adoption. Un bouleversement de civilisation de ce type ne peut se faire qu’après une longue pédagogie, et en aucun cas en précipitant une loi. Cette loi est donc là encore, destinée à cliver.
  • Rafle du Vel’ d’Hiv’  : Mitterrand s’y était refusé. Peut-être pour se venger de lui, qui ne l’avait jamais pris comme ministre, Hollande revendique une hypothétique responsabilité de la France, sans évoquer la francisque de Mitterrand en 1943, ni son amitié avec Bousquet.

On voit là encore que François Hollande agit délibérément pour diviser, pour dresser les Français les uns contre les autres.

Réussite parfaite  : la confusion

Soumis à un excès d’informations contradictoires, le cerveau déconnecte. Depuis le 6 mai, c’est un véritable festival confusionniste.

Taxe sur les propriétaires ayant fini de payer leur maison, augmentation ou diminution du nombre de fonctionnaires, adoption de la règle d’or, rétablissement de la vignette auto voire moto, taxe sur les ordinateurs, blocage du prix de l’essence, adoption de la rigueur budgétaire  : tous les sujets, toutes les décisions flottent dans un magma imprécis et flou.

A part détruire ce qu’avait fait Sarkozy et augmenter les impôts, aucune orientation n’a été prise.

Les « commissions » ne servent qu’à masquer l’impréparation et l’inaction.

Dans toutes les dictatures, la confusion est utilisée pour créer une paralysie de la réflexion. Les peuples sont bombardés de messages contradictoires et de mensonges, qui incitent à abdiquer toute réflexion. N’ayant plus de visibilité, une partie des gens devient incapable de réfléchir et de créer l’avenir.

C’est une technique destinée à infantiliser le peuple, qui renonce à son initiative et à sa liberté individuelle, pour tout attendre de son papa ou de sa maman : l’État.

En ce sens, François Hollande, parce qu’il est lui-même dans la confusion, est un maître-confusionniste.

La novlangue utilisée dans ses discours et ceux de son gouvernement n’est pas seulement une langue de bois  : elle participe largement à la confusion.

Qu’il soit menteur, non fiable, paresseux, indécis, et qu’il trahisse tout le monde, qui s’en étonnerait ? Personne ne peut dire « Je ne savais pas. »

Réussite totale  : le clientélisme

Pour satisfaire sa clientèle d’électeurs binationaux, Hollande a massivement augmenté l’allocation de rentrée scolaire. Tout le monde sait qu’elle sert, pour de nombreuses personnes, à tout, sauf aux fournitures scolaires mais cela permet d’acheter des voix, sans se soucier du budget de l’État, comme il l’a fait en Corrèze.

De même, je suis certain qu’il traitera avec beaucoup d’égards les permanents syndicaux, pour qu’ils empêchent les travailleurs de faire grève.

Là encore, François Hollande est parfait dans le clivage.

Il augmentera massivement le communautarisme et les tensions, comme il le fait en offrant des soins gratuits et illimités aux clandestins, alors que tant de Français ne peuvent aller chez le dentiste ou l’ophtalmologue.

Il ne pourra indéfiniment se défausser sur Sarkozy, en cas d’émeutes ou de crise de l’euro. Mais il fera quand même, sans vergogne ! Et le « C’est la faute à Sarkozy » sera utilisé de manière obsessionnelle, comme pour continuer à s’en convaincre.

Que le FN montera, qui pourrait en douter  ?

Mais… François Hollande utilisera tous les moyens de l’État, les services secrets, ses amis banquiers, ses réseaux dans la presse, chez les franc-maçons, ses relais dans les « associations » et les « think tank », pour contrecarrer cette montée.

Il ressortira l’habituel lynchage contre Sarkozy, ou tout autre adversaire qui monterait à l’UMP. Il criera au fascisme si l’UMP fait mine de se rapprocher, même du bout des lèvres, du FN.

Supposons que l’UMP monte à 30 %, et que le FN monte à 22 ou 25 %. Il est évident que la gauche, en cas d’accord électoral, serait balayée.

Alors oui, François Hollande continuera à prendre des mesures qui alimenteront le FN,tout en empêchant toute union et même tout dialogue avec les électeurs qui, bien sûr, peuvent décider différemment de leurs dirigeants.

Électeurs de l’UMP et du centre, apprenez à restez zen, car vous allez en voir de toutes les couleurs !

Gageons que nous assisterons encore à de très nombreux « débats », qui seront pour l’essentiel des provocations destinées à diviser les Français.

Gageons que Hollande et ses équipes réfléchissent déjà à inventer de nouveau pièges, de type «Carpentras»

Gageons qu’on nous sortira, sans aucune preuve, des affaires concernant les leaders de l’UMP. La machine à lyncher fonctionnera à plein, à l’approche des échéances électorales.

Soyons certains que, sur TOUS les sujets sensibles, Hollande et son gouvernement jetteront de l’huile sur le feu  : immigration, droit de vote des immigrés, immigrés clandestins, mariage homosexuel, adoption pour les couples homosexuels, favoritisme électoral, mœurs, communautarisme, islamisme, délinquance, justice, etc, etc.

Sans oublier qu’ils trouveront de bons sujets de discorde sur l’éducation, l’enfance, l’école, l’université !

Ils joueront les apprentis-sorciers, non seulement par idéologie, mais pour cliver, et pour maintenir une tension tragique dans la société française.

N’est-il pas symptomatique que le Maire de Paris, socialiste et soutien actif de Hollande, augmente les tarifs de transport des personnes âgées et des handicapés ?

N’est-il pas symptomatique que Ayrault réunisse 9 (!) ministres pour traiter du dossier des Roms, comme si c’était le sujet le plus urgent  ?

Attendons-nous à de grandes manipulations. Donc, non, monsieur Hollande n’a pas une personnalité mystérieuse.

Au contraire, ses intentions sont très claires  : diviser pour régner, et tant pis pour la France.

Vidéos

Claude Allègre, sur Hollande  :

Mélenchon parle de la magouille des votes par François Hollande :

Débat Sarkozy / Fabius : La célèbre fraise des bois

Royal : « Le point faible de François Hollande, c’est l’inaction » L’article du Figaro ici 

Montebourg «   le point faible de Royal (ou du PS) c’est Hollande   »

 

Holllande se fait passer pour un élu de droite  !

Bern

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

DURADUPIF 28/08/2012 22:37


Il y arrivera : les doigts dans le nez. Copé Fillon, NKM et consorts se préparent pour...2017, quel rire !

Epicure 28/08/2012 14:53


Tu m'étonnes.....!!!!!!!???????


Tant qu'on ne nommera pas les responsables tirés au sort pour deux ans, avec contrôle permanent par des commissions tirées ai sort en décalé, nous ne sortirons jamais de cette foire aux Narcisses
Carriéristes. 


Jusqu'à ce jour, je ne voterai jamaisplus...