France: le mal du Pays - par Gilbert Collard

Publié le 11 Mars 2011

             Marine le Pen donnée par un sondage en tête au premier tour de la présidentielle, je crains le pire pour le révérend père président de la République, Nicolas Sarkozy du Chardonnet. Va-t-on le filmer, errant sur les lieux de mémoire vêtu d’une soutane noire? Va-t-il transformer le Fouquet’s en lieu de pèlerinage pour people repentis ? Va-t-il remplacer le marathon de New York par le marathon de Saint- Jacques de Compostelle? Ce petit jeu cache une vraie trouille qui est une peur politique des conséquences de la maltraitance identitaire française depuis des années. Depuis vingt ans, peut-être plus, une certaine honte de la France a été cultivée, reléguant à une forme de racisme simplificateur toute revendication de dignité nationale, d’expression d’une histoire millénaire, de souhait secret d’être un peu respecté.

S’il n’y avait Marine Le Pen qui ose exprimer haut et fort le non-dit d’une France exaspérée d’être ignorée, croyez-vous qu’on s’intéresserait tout à coup à un peuple qui cherche à retrouver enfin une adresse à la poste restante de l’histoire, du mondialisme et d’une Europe déracinée ? Un peuple qui aime son pays, ses paysages, ses traditions, sa Patrie, même s’il n’ose encore le dire par peur du rire, qui, d’où qu’il vienne, s’est fondu par le temps qui passe dans la Nation.

Un peuple qui cherche à faire respecter son héritage judéo-chrétien. Oserait-on, aujourd’hui, évoquer « la France des racines », dont jusqu’alors on se foutait, s’il n’y avait en sourdine un besoin de ressourcement reconstructeur.

La difficulté pour l’actuel pontife présidentiel, c’est qu’il ne suffit pas de visiter une cathédrale médiévale au Puy-en-Velay, de s’improviser le notaire d’un «magnifique héritage» chrétien, pour être crédible dans cette posture.

Trop de crachats impunis ont depuis des années souillé d’humiliations notre histoire ; trop d’atteintes à notre identité de tous les jours comme de tous les temps historiques nous ont été infligées : l’hymne hué, sifflé, le drapeau transformé en torche-cul, notre langue estropiée, abandonnée, notre passé toujours en procès, notre diplomatie démonétisée, notre culture judéo-chrétienne et notre amour des autres tournés en dérision, transformés en économie frauduleuse. Tout ce mal, sans qu’on lève le petit doigt politique, associatif, judiciaire pour essuyer l’affront.

Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il faille que le président devienne potentiellement candidat pour découvrir qu’il existe en France des Français qui aiment la France et ses racines sans être racistes, xénophobes, ou même franchouiardement con ! Si l’identité, comme on dit, faute de mieux, avait été honorée comme il se doit, dans le respect réciproque des autres et par les autres, serait-il nécessaire d’en faire un débat, d’en parler, d’en discuter ? L’ouverture de cette discussion est révélatrice d’une souffrance française : le mal du pays !

Gilbert Collard

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

island girl 12/03/2011 00:06



Charles Martel ...reviens!


Jeanne d'Arc...help!


Marine...on compte sur toi!



Nancy VERDIER 11/03/2011 21:23



OUI, monsieur, ils ont souffert en silence, dignement mais généreusement ont laissé les postes, les salaires, les boutiques, les maisons et maintenant des quartiers entiers à ceux qu'on
leur présentait comme des déracinés mais aussi des auxiliaires indispensables au bien être et au devenir de la Nation. C'était la 1ère génération. Puis il y a eu les émeutes des banlieues, les
crachats, les regroupements familiaux, les coups de poings, les coups de couteaux, les insultes et les débordements religieux. C'est la deuxième génération. Alors ils ont confié leur destin à un
homme qui prétendait "faire le ménage"....Ils ont vu le résultat..ou plutôt l'absence de résultats. Alors ils ont ouvert les yeux, les oreilles, se sont informés et ces crédules et naïfs sont
devenus conscients (enfin..!!) des mensonges que les médias, les associations et les élus de gauche comme de droite, leur assénaient depuis 30 ans.  Ils ont compris qu'on leur demandait
...oui c'est cela...de changer de civilisation. De tout donner, de disparaître, d'être humiliés comme le sont les Coptes égyptiens...Ils savent bien que c'est "maintenant ou jamais". Le
peuple français est plein de talents, de savoir - faire, d'imagination et de réactivité. Il est respectueux de ses traditions. Il aime sa terre. Il sent parfois le désespoir l'envahir, mais une
jeune femme blonde est toujours là, campée sur des positions qui paraissent plus acceptables....Ce ne sont pas les gesticulations d'un Sarkozy sur le déclin, ni les  paroles d'un 1er
ministre inaudible qui changeront quoi que ce soit. Il peut ratisser toute la France, aller de Lourdes à Compostelle puis Notre Dame...



MASCARA 11/03/2011 13:17



Bonjour et merci à tous ces commentateurs ou (trices)!


Ce qui dérange le + nos politicards UMPS c'est qu'ils n'ont + rien à proposer au peuple Français,.. donc, se complètent et complaisent ds leurs promesses non tenues depuis une trentaine
d'années.... Quelle décadence pour ces énarques, avocat +++ Or, ce matin, en écoutant une radio d'état, j'ai bondi de mon siège lorsque j'ai entendu que . NS envisage d'envoyer nos forces
aériennes pour stopper l'avancée des forces militaires du Colonel KADAFI !!!  De quel droit notre NS se permet-il d'envoyer cette force aérienne pour combattre contre un pays qui a été
hostile à la France et le restera tjrs?? (avec, ou sans KADAFI)  Et qui règlera encore cette note faramineuse ???  Alors que l'état major de NS n'envisage pas de venir en aide aux :
marins-pêcheurs, taxi, commerciaux ,agriculteurs et j'en passe... concernant cette importante augmentation du coût de l'essence... Il est grand temps que nos dirigeants descendent un peu de la
planète LUNE, pour poser leurs pieds sur terre avant qu'il ne soit trop tard...


Mascara83



LA GAULOISE 11/03/2011 09:42



Merci Monsieur COLLARD .