Franco-Français pour ne pas dire Franchouillard? Lamentable! On est français et c'est tout....

Publié le 5 Mai 2013

Non seulement il semble que les ministres de ce gouvernement ne respectent aucune règle de solidarité, se tapent dessus en douce, se tirent les couvertures mais qu'en plus, on peut désormais être "franco-français"!  Quand va-t-on se débarrasser de ces gens-là?

La ministre de l'Economie numérique revient sur le comportement d'Arnaud Montebourg dans le dossier Dailymotion. Dans le Journal du dimanche, Fleur Pellerin estime que l'opposition du ministre du Redressement productif aurait dû rester secrète. Pour sa part, elle estime que le site de vidéos, convoité par l'Américain Yahoo, doit être vendu à un investisseur étranger.

Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg en janvier dernier © Maxppp

Fleur Pellerin en remet une petite couche. Après les tensions entre Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, sur l'échec des négociations derachat de Dailymotion par l'Américain Yahoo, la ministre de l'Economie numérique commente la situation de façon nuancée. Certes, elle n'a pas aimé qu'Arnaud Montebourg fasse cavalier seul. Mais elle se montre solidaire et reconnaît que "la communication n'était pas exactement alignée comme il aurait fallu qu'elle le soit", entre Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici.

"L'Etat était légitime à faire connaître sa position dans ce dossier parce qu'il est l'actionnaire de référence d'Orange", mais les concessions que Arnaud Montebourg cherchait à obtenir de l'Américain "aurait dû rester dans le secret des négociations commerciales" (Fleur Pellerin)

Dans un entretien au Journal du Dimanche, Fleur Pellerin estime que la cession proposée par Yahoo (à hauteur de 75%) n'était pas "équilibrée". Cependant, le site de vidéos n'a pas vocation à rester 100% français, selon la ministre de l'Economie numérique. "Dailymotion (filiale de Orange/France Telecom) ne doit pas rester un groupe franco-français, ce serait une impasse économique et industrielle. Mais l'entreprise, sa technologie, ses ingénieurs et ses emplois doivent rester ancrés en France".

Pour Fleur Pellerin, il faut que la France continue à attirer les investisseurs étrangers. "Nos pépites ont du mal à grossir, il faut les aider. Si cela passe par un tour de table avec des fonds de la Silicon Valley aux côtés d'Orange comme acteur de référence, cela ne me pose aucun problème". 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

marco 06/05/2013 23:42


Ben voyons!!nous avons trop de sites français,il faut en vendre si ce n'est  donner quelques belles entreprises aux étrangers,la France généreuse tel que Lazare déchirera son manteau
industriel pour le bonheur des autres!!!


 

Marie-claire Muller 06/05/2013 18:59