Gaza: ou l'on peut lire que des enfants sont en uniformes avec des armes en plastique.

Publié le 8 Août 2014

Gaza - Les Palestiniens faisaient monter la tension jeudi soir en brandissant le spectre d'une reprise des combats dans les ultimes heures de discussions sur la prolongation du fragile cessez-le-feu en vigueur depuis mardi dans la bande de Gaza.

Par Nouve-Obs

Israéliens et Palestiniens mènent au Caire avec l'entremise des Egyptiens des pourparlers indirects, intenses et extrêmement ardus pour que le cessez-le-feu censé expirer vendredi matin à 8H00 se transforme en trêve durable et ne cède pas le pas à une nouvelle effusion de sang.

Alors qu'un dangereux compte à rebours était lancé, la branche armée du Hamas, l'organisation islamiste qui contrôle la bande de Gaza, a pressé depuis Gaza la délégation palestinienne au Caire de "ne pas accepter de cessez-le-feu si elle n'obtient pas satisfaction sur les demandes de notre peuple", et s'est dite prête "à se lancer de nouveau dans la bataille".

Le porte-parole des brigades Al-Qassam, Abou Obaida, présente la possibilité de construire un port sur la Méditerranée comme la première des exigences de son organisation. Il réclame aussi "la fin véritable de l'agression (israélienne) et une vraie levée du siège".

Les brigades et la délégation au Caire "livrent la même bataille et se complètent l'un l'autre", a dit à l'AFP au Caire l'un des membres de la délégation, Izzat el-Rishq, un des dirigeants en exil du Hamas.

Des responsables du Hamas ont auparavant, mais sous couvert de l'anonymat, laissé filtrer les menaces sans qu'il soit possible d'apprécier si elles reflétaient la réalité de la négociation ou si elles relevaient de la manoeuvre publique.

"Si Israël continue de temporiser, nous ne prolongerons pas le cessez-le-feu", a déclaré à l'AFP un membre de la délégation palestinienne au Caire, sous couvert de l'anonymat.

Les Israéliens, eux, observaient la plus grande discrétion.

- Navettes entre Israël et Le Caire -

Soucieux de dicter leurs termes aux négociations et de ne pas paraître céder aux revendications du Hamas, ils ont pris les devants dès mercredi soir et ont annoncé accepter une prolongation illimitée du cessez-le-feu, sous réserve qu'elle ne soit assortie d'aucune condition.

Dans un signe apparent que les discussions indirectes n'étaient pas rompues, leur délégation envoyée au Caire est revenue au pays jeudi, sans doute pour prendre ses instructions, mais est repartie dans l'après-midi pour la capitale égyptienne, a dit un responsable.

Les Egyptiens devaient rencontrer les Palestiniens tard dans la soirée, avant que les Palestiniens ne se retrouvent entre eux dans la nuit pour prendre une décision, selon des informations receuillies au Caire.

Israéliens et Palestiniens ont engagé les discussions avec des exigences apparemment inconciliables mais sous la pression du terrible bilan humain de la guerre.

L'opération "Bordure protectrice" déclenchée le 8 juillet par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire et détruire le réseau de tunnels servant au Hamas à s'infiltrer en Israël a tué 1.886 Palestiniens, dont 430 enfants et adolescents, selon le ministère palestinien de la Santé. Selon l'Unicef, 73% des victimes sont des civils.

Les frappes sur trois écoles de l'ONU ont soulevé l'indignation internationale.

Côté israélien, 64 soldats et trois civils ont péri.

La guerre a aussi mis au tapis l'économie d'un territoire exigu de 41 kilomètres de long sur 12 km de large au maximum, sur lequel 1,8 million de personnes coincées entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée tentent de survivre à un blocus imposé depuis 2006 par l'Etat hébreu.

"Résistance, résistance, résistance" -

Malgré la crainte d'une reprise des combats et l'épuisement, la vie des Gazaouis a renoué depuis mardi avec un semblant de normalité, avec ses embouteillages et ses magasins ouverts. Mais le spectacle d'hommes passant la nuit dans des abris de fortune sur les ruines de leur maison rappelait l'épreuve endurée.

Dans l'après-midi, des centaines de Palestiniens sont descendus dans la rue à l'appel du Hamas pour revendiquer la victoire militaire, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous avons remporté la victoire sur le champ de bataille et, avec la permission de Dieu, nous allons remporter la victoire sur le terrain politique", a lancé le député Mushir al-Masri, l'un des orateurs haranguant les manifestants du haut d'une tribune devant un immense drapeau palestinien.

"Résistance, résistance, résistance", a scandé la foule en retour, des hommes pour la grande majorité, venus avec des enfants revêtus d'uniformes et brandissant des armes en plastique.

A la veille de cette journée cruciale, le président américain Barack Obama a mis son poids dans la balance en exhortant les négociateurs dépêchés au Caire à s'entendre.

Il a implicitement pressé Israël, dont les Etats-Unis sont le principal allié, d'accepter de lever le blocus imposé à la bande de Gaza et de répondre ainsi à une attente primordiale des Palestiniens.

- Les Gazaouis "ont besoin d'espoir" -

Les Palestiniens ordinaires qui vivent dans le territoire contrôlé par le Hamas "ont besoin d'espoir" et il doit y avoir "une reconnaissance du fait que Gaza ne peut pas subvenir à ses besoins en étant coupée du monde, sans pouvoir donner une chance, des emplois, de la croissance, à sa population", a-t-il dit.

Pour les Européens aussi, il est essentiel d'offrir une perspective économique à Gaza, mais également de renforcer l'Autorité palestinienne et d'affaiblir les forces extrémistes, donc le Hamas, a dit une source diplomatique.

Allemands, Britanniques et Français ont présenté mercredi aux Israéliens, aux Palestiniens, aux Egyptiens et aux Américains une "contribution" censée répondre aux demandes des deux camps: la sécurité pour Israël, la levée du blocus pour les Palestiniens, a-t-elle indiqué.

 

Commentaire par Lucien Oulahbib

Obama demande de lever le blocus de Gaza : mais pourquoi ne le fait-il pas concernant Cuba ? Ce sont les mêmes arguments que les pro-cubains développent depuis plus de cinquante ans : le blocus américain serait la cause du non développement de l'île, ce qui est un non sens absolu ! C'est bien parce que le régime communiste castriste a failli que sa population s'est trouvée dans un tel état, malgré les vitrines médicales et scolaires.

Idem à Gaza : pourquoi cette enclave en est là alors qu'en l'an 2000 il en était tout autrement ? N'est-ce pas parce que Arafat a durci les négociations et que le Hamas les a enterré en exigeant la destruction d'Israël ? Et qu'a-t-il fait de l'argent donné sinon construire des tunnels et d'envoyer des roquettes (bien avant ce récent conflit, le sud étant sous harcèlement constant) au lieu de bâtir des écoles et des usines ?

Si Israël cède (alors que l'Égypte a fermé sa frontière) les gains seront infimes et plus rien ne sera contrôlable, puisque en utilisant la population comme protection le Hamas pourra attaquer en sachant qu'il sera protégé par ses idiots utiles occidentaux…

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article