Gaza : prison à ciel ouvert ? Au moins 600 millionnaires vivent dans la Bande de Gaza

Publié le 31 Août 2012

 

STINIANS-GAZA-TUNNE751497 wa (Copier)

 

 


Si l’armée égyptienne réussit à démolir les tunnels souterrains de contrebande qui permettent au Hamas de gouverner, cela pourrait marquer la fin du règne des Islamistes sur la Bande de Gaza. Mais si le nouveau Président d’Egypte, Mohamed Morsi et les Frères Musulmans lient les mains des généraux de l’armée égyptienne et les empêchent de réussir leur mission, le Hamas n’en deviendra que plus fort et plus riche.

 

Le monde pense souvent que la Bande de Gaza, où résident 1, 4 million de Palestiniens, est l’un des endroits les plus pauvres de la planète, où les gens vivent dans la misère et des conditions sordides.

Mais, selon un rapport d’enquête   publié dans le journal panarabe Asharq al-Awsat, il y a, au moins, 600 millionnaires qui vivent dans la Bande de Gaza. Le reportage du journal réfute aussi les affirmations selon lesquelles la Bande de Gaza serait confrontée à une « crise humanitaire », à cause du blocus israélien.

Mohammed Dahlan, l’ancien Commandant de la Sécurité de l’Autorité Palestinienne de la Bande de Gaza, est allé encore plus loin, la semaine dernière, en disant que le Hamas est le seul parti qui assiège la Bande de Gaza ; et que c’est bien le Hamas, et non Israël, ni l’Egypte, qui étrangle et punit la population qui y réside.

Ces millionnaires palestiniens, selon ce reportage, ont fait fortune grâce aux centaines de tunnels souterrains creusés le long de la frontière entre la Bande de Gaza et l’Egypte.

Des sources palestiniennes informées ont révélé que, chaque jour, en supplément des armes, des milliers de tonnes de carburant, de médicaments, divers types de marchandises, de véhicules, d’applications électriques, de drogues, de cigarettes sont fournies clandestinement dans la Bande de Gaza, à travers plus de 400 tunnels. Un ancien responsable du gouvernement soudanais, qui a visité la Bande de Gaza il y a peu, est cité disant qu’il y a découvert des produits de base qui ne sont pas disponibles au Soudan. Presque tous les tunnels sont sous le contrôle du gouvernement du Hamas, qui a instauré une commission spéciale, chargée de superviser le commerce clandestin, ce qui fait du gouvernement du Hamas le plus gros bénéficiaire de l’industrie clandestine.

Des Palestiniens estiment que 25% du budget du Gouvernement du Hamas provident directement des taxes imposées aux propriétaires des tunnels souterrains.

Par exemple, le Hamas a imposé une taxe de 25% et un paiement de droits d’admission de 2000$ pour chaque voiture qui est introduite clandestinement dans la Bande de Gaza. Le Hamas prélève également une commission de 15$ pour chaque tonne de ciment, huit centimes sur chaque paquet de cigarettes et 50 centimes pour chaque litre de carburant transféré illégalement à travers les tunnels.

Pour le Hamas, affirment ces sources palestiniennes, ces tunnels sont donc une question de vie ou de mort.

Actuellement, cela dit, le Hamas est confronté à une énorme crise, alors que les autorités égyptiennes prévoient de reprendre le contrôle du Sinaï, à la suite de la mort récente de 16 garde-frontière égyptiens par des terroristes en voie d’identification.

L’armée égyptienne apparaît déterminée à détruire les tunnels souterrains, par crainte qu’ils soient utilisés, non seulement, pour s’adonner au trafic de produits et de carburant, mais aussi de permettre à des terroristes islamistes de circuler et qui représentent une menace contre la sécurité nationale égyptienne.

A ce stade, cependant, il n’est absolument pas clair de savoir si le Président des Frères Musulmans d’Egypte, Mohamed Morsi, autoriserait son armée à interrompre l’une des principales sources de revenus du Hamas. La politique de Morsi, jusqu’à présent, a consisté à choyer et renforcer le Hamas, au détriment de l’Autorité Palestinienne, appuyée par l’Occident, dans la Bande Occidentale de Judée-Samarie/Cisjordanie.

Si l’armée égyptienne réussit à mener à bien son opération de répression sécuritaire anti-terroriste dans le Sinaï, y compris par la démolition de tous les tunnels outerrains qui permettent au Hamas de se maintenir au pouvoir, cela pourrait marquer le début de la fin du règne du mouvement islamiste sur la Bande de Gaza. Mais, si Morsi et les Frères Musulmans, comme on s’en doute, lient les mains de leurs généraux et les empêchent de réaliser leur mission, le Hamas n’en deviendra même que plus fort et plus prospère.

Related Topics:  Khaled Abu Toameh receive the latest by email: subscribe  to the free gatestone institute mailing list 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article