Gender : stricte application dans une école maternelle suédoise. Préface par Gérard Brazon

Publié le 21 Mars 2012

Il n'y a pas d'hommes, ni de femmes! Il y a des gens, des individus, allons disons-le finalement si l'on va dans ce sens, des numéros! Certains ayant un pénis et des testicules, d'autres un vagin et des ovaires! Mais ils n'y auraient pas, pour les adeptes du "genders"  de différences entre eux!

Je n'en suis pas certain bien sûr, je dirai même que je suis certain du contraire! s'il suffisait de couper les sexes des hommes avec ce qui va avec, on n'en ferait pas pour autant des femmes. Si on cousait les sexes des femmes, on n'en ferait pas pour autant des hommes. La nature est plus forte que cette pensée nihiliste. En attendant, elle commence à faire des ravages en Occident. 

Cette vision qui consiste à nier la nature est tout simplement une vision dramatique qui ouvre la porte à une forme de dictature, la plus monstrueuse qui soit.

J'aime regarder les femmes dans la rue!  Les couleurs diverses des origines, les toilettes variées. J'aime leurs démarches rapides ou souples ou lascives, inimitables hormis peut-être par des hommes devenus tellement femmes à force de volonté et de travail. J'aime leurs regards. J'aime écouter leurs rires et succomber à leurs charmes. Ce sont pour moi, autant de magnifiques moments que m'a offert la vie et qu'elle m'offre encore malgré un âge déjà bien avancé! Le corps d'une femme est pour moi ce qu'il y a de plus beau.  L'avant, le pendant et l'après l'amour est un don de Dieu alors même, que je ne suis pas croyant! Bien sûr, tous les goûts sont dans la nature. Certains ressentent la même chose pour un être du même sexe qu'eux-mêmes. Et alors? Cela ne me dérange pas. J'ai toujours dit, sous la forme d'une boutade, que si un jour je devenais femme, je serais homosexuelle.

Mais nier les différences sexuelles est pour moi quelque chose d'ignoble et annonce une société qui me fait véritablement peur. J'imagine des foules insipides, grises, sans odeur, sans couleur, uniformisée, sans charme ou la relation sexuelle ne serait que l'accomplissement d'un désir de procréation! "Le meilleur des mondes"! L'horreur absolue avant même celle d'une société islamique!

Mais bon sang où va ce monde? Qu'avons-nous fait pour mériter ce type d'idéologie destructrice ? Pourquoi les hommes cherchent-ils en permanence le fouet pour se faire arracher la peau. 

Gérard Brazon

********

La théorie des genders

Une école maternelle suédoise veut déconstruire les genres masculin et féminin. L’école maternelle "Egalia", financé par le contribuable, a ouvert il y un an. Regroupant 33 enfants âgés de 1 à 6 ans, elle illustre la manière dont la Suède entend instaurer une "égalité des sexes" dès le plus jeune âge. "La société attend que les filles soient féminines, gentilles et jolies, et que les garçons soient virils, forts et sociables, affirme une jeune institutrice de l’école, "Egalia" est une formidable opportunité pour leur permettre d’être ce qu’ils veulent vraiment".

Tout dans l’école est pensé pour qu’aucune différenciation sexuelle ne soit faites par les enfants, de l’emplacement des jouets au choix des contes. Ainsi, au lieu d’entendre les histoires de "Cendrillon" ou "Blanche-neige", contenant trop de "stéréotypes hétérosexuels", ils peuvent écouter l’histoire de deux girafes de même sexe tentant d’adopter un œuf de crocodile. Leurs enseignants bannissent de leur langage toute référence masculine ou féminine, y compris dans l’emploi des pronoms "lui" ou "elle", qu'ils n'emploient jamais. Ils sont pour cela assistés de "pédagogues du genre" qui les aide à identifier dans leur langage et leur comportement des stéréotypes hétérosexuels. 

Jay Belsky, psychologue spécialisé de l’enfance à l’université de Californie, s’interroge sur une telle application du gender à l’école maternelle : "Les sortes de choses que les garçons aiment faire, courir, prendre un bâton pour jouer au chevalier, sera bientôt désapprouvé. La pire application de la neutralité des sexes conduit à émasculer la masculinité". 

Egalia est la seule école de ce type ouverte en Suède. Si la liste d’attente pour y entrer semble s’allonger, certains parents craignent qu’elle n’aille trop loin, considérant que cette "obsession" à effacer les "rôles" de genre rend leur enfants confus et ne leur permet pas d’être préparé à affronter le monde extérieur.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

kafirpride 22/03/2012 11:06


l'évolution a "inventé" les sexes pour permettre la reproduction des espèces. Trouver quelque chose de plus naturel au monde me semble bien difficile. Nier les différences sexuelles biologiques
n'a donc aucun sens et ne peut être que le résultat d'une réflexion (?) sortie tout droit du cerveau d'un malade, genre Frankestein. Pire c'est vouer l'espèce humaine à sa disparition car en
niant les différences biologiques, on condamne à court terme le si délicat équilibre qui permet la transmission des gènes et la reproduction des individus que nous sommes. C'est une idéologie à
la fois loufoque, grotesque et monstrueuse. C'est hallucinant de constater que notre époque est si friande de ces conneries soi-disant modernes (ah bon?), dans le vent, à la "mode". Sur ce fumier
"intellectuel" ne peuvent pousser que les pires idéologies et nous pouvons sérieusement nous inquiéter pour l'avenir de l'Humanité.


La nécessité de se méfier, de rejeter et de fuir tout système idéologique, quel qu'il soit, pour espérer défendre la liberté me semble plus impérieuse que jamais

la GAULOISE 22/03/2012 08:32


Quelquefois, je me dis qu'il est, tout de meme, bien dommage que le ridicule ne tue pas, car on n'aurait pas à subir autant de crétins sur cette pauvre planete ( ....et on aurait un peu plus de
place dans le metro ! ! ! )

S. Dekerle 21/03/2012 22:01


Que dire? Les bras m'en tombent! Ce sont des malades mentaux!

Claude Germain V 21/03/2012 21:10


Merde !!!!!!  a la vitesse ou avancent ces perversions sociales  , Hitler va passer pour un enfant de coeur avec l'eugenisme .

marco 21/03/2012 20:44


Je suis de votre avis Gérard,tous les jours j'ai l'occasion de regarder des femmes,leur silhouettes sveltes ou enrobées peu importe leurs démarches la couleurs de leurs cheveux,leurs
bavardages  qui changent des conversations mâles,je parle souvent aves des jeunes femmes et je dois dire que si j' était privé de  ces petite conversations,elles me manquerait
énormément ..