Genest dans la fosse aux lions. Les Fouquier-Tinville de l’islamophobie ont encore sévi. Par Dr. Richard Rossin

Publié le 21 Mars 2013

genest israel caron

Une citoyenne, Véronique Genest, s’engage en politique au nom de ses opinions et de sa volonté de représenter une partie de ses concitoyens. Elle n’est d’aucun sérail : première erreur.

Même célèbre, il ne faut pas, paraît-il, y aller sans appareil… Elle souhaite seulement suppléer un candidat de la huitième circonscription des Français de l’étranger. Alors là, c’est carrément un crime.

En effet, l’Etat d’Israël est dans cette circonscription avec la Turquie et le Saint-Siège… Bref, le diable avec les bons dieux. Il faut donc séparer l’ivraie du bon grain.
 

Première remarque contrairement à l’allégation de l’animateur : un député représente des citoyens français et non un pays, l’Assemblée nationale est un havre pour tous les Français…

Mais, je me souviens que l’animateur d’On n’est pas couché ne jouait pas davantage au monsieur Loyal quand Naulleau accusait Klarsfeld ou le Crif (au choix) d’empêcher l’honorable Céline d’avoir accès à l’honneur national. Puis-je modestement suggérer que ce n’est pas pour son antisémitisme (qui pour mortifère qu’il fut, n’est qu’une opinion) que l’auteur est indigne mais pour sa collaboration active qui le mena à refluer à Sigmaringen avec les troupes nazies afin d’échapper au sort de Brasillach.

Il y a une constance dans la confusion. Un député n’est pas ambassadeur et un collabo n’est rien d’autre qu’un collabo. Un député représente des Français, un collabo représente l’ennemi.

Mais en réalité tout ceci est clair. A-t-on jamais entendu critiquer un candidat de la première circonscription pour son soutien à la droite américaine, un de la deuxième pour être un suppôt de feu Chavez (mais il est vrai que celui-là, on l’aime jusque dans les ministères), un de la sixième pour sa proximité avec les banques, un de la dixième pour son soutien aux théocraties si démocratiques de la péninsule arabique voire pour complicité avec le Soudan génocidaire, ceux de la onzième pour être des partisans de la Birmanie et de la Chine ?

Ah, oui ! Je sais : ceux-là n’ont pas été invités sur le plateau. Voilà en fait qui en dit encore plus long.
Bien sûr, Véronique Genest s’engage en faveur de l’existence de l’Etat d’Israël et contre les formes liberticides et antidémocratiques de l’Islam.

Islamophobe, selon le vocable inventé par les ayatollahs iraniens pour fustiger les femmes refusant le port du voile. « Dites-le, dites-le » : le doigt de l’accusateur public est tendu par un Quentin Fouquier-Tinville reconverti en Aymeric croisé d’un jour à l’assaut de l’Infidèle.

Elle le dit, elle est partisane de la démocratie et plus d’un musulman lui en est reconnaissant ; eux, sont confrontés plus que quiconque aux dérives assassines et liberticides. Face à la violence que les convenus soutiennent, ils n’ont que le silence. Et les convenus s’accrochent !

D’ailleurs, il ne faut pas attendre longtemps pour entendre tomber que la candidate a été manipulée ! On peut d’abord imaginer que l’interviewée se fait traiter de bécasse, mais non. L’accusation se précise : votre mari ! Le propos encore clair. Le mari a un nom à consonance comme on dit dans ces milieux-là. Et donc, c’est forcément un manipulateur thuriféraire de l’extrême droite israélienne. Il n’est pas connu de ces Juifs anti-israéliens qu’on aime tant. Là, on reste dans un flou non pas artistique mais culturel et haineux.

Culturel, justement. À propos de l’histoire de la conquête des Indes, le croisé de service veut son bouillon : il ergote sur le nombre des morts. Normal : les chiffres arabes et la numérotation par position sont une invention indienne. On vient de trouver le zéro pourfendeur ! Sans s’en rendre compte, il prend pour référence l’Abraham biblique qui négocie avec Dieu pour sauver Sodome et Gomorrhe. Et s’il n’y en avait que… Sauf qu’il n’y a plus personne à sauver. C’est ignorer l’annihilation totale de la population hindoue de la Bactriane (ancien Afghanistan) d’ailleurs rebaptisée Hindu Kush « massacre des Hindous » et le record historique de Timur de 100 000 morts en une journée en 1399. Avec probablement 80 millions de morts il s’agit effectivement du plus grand holocauste de l’histoire de l’humanité.

Les références tant demandées au débotté par celui qui avait ses petits papiers préparés peuvent être l’historien Pr K.S. Lal et François Gautier. L’ignorance est brandie en culture.

Et quand le négationnisme ne suffit pas, on jette dans l’arène  les massacres d’Indiens (curieuse égalité quand on sait que Colomb avait cru trouver une route maritime des Indes !). Comme si les exactions des uns exonéraient des exactions des autres et comme s’il n’y avait pas de grandeur à assumer l’Histoire.

Les Indiens et l’esclavage ! L’esclavage, la plus vieille iniquité du monde et la mieux partagée. Faut-il rappeler la visite en 1813 du voyageur suisse Burkhart des centres d’émasculation des esclaves au Caire ? Ces esclaves-là ne pouvaient pas se reproduire.

Faut-il rappeler que ce sont les occidentaux qui ont lutté depuis le XIXe siècle pour étendre à la planète l’abolition et que le combat antiesclavagiste n’est pas totalement terminé ?
Mais cela n’est pas le problème. Le problème est qu’il est inexcusable pour une citoyenne de vouloir représenter ses compatriotes quand ils ont le tort d’habiter dans ce pays de la huitième circonscription. Et pour se distancer de leur inconscient, les chroniqueurs jettent que le candidat en titre parle de territoires disputés et non occupés ! Pour le coup, ils en parlent en experts, les Antilles, la Guyane et la Nouvelle Calédonie, entre autres, ne sont plus disputées !

Et c’est faire fi du premier mandat de la SDN rapidement amputé de la Transjordanie pour les besoins britanniques en 1922 puis encore divisé en 1947. C’est faire fi des atermoiements de l’ONU en 1967 et de l’immobilité de la France, la Grande Bretagne et des Etats-Unis qui s’étaient spontanément engagés à briser le blocus d’Aqaba et n’ont jamais mis à l’eau le moindre Zodiac. La paille et l’apôtre en quelque sorte.

Mais tout cela ne serait rien car tout ce qui est excessif, dit-on, est sans importance, si les suites n’étaient pas un lynchage. Des réactions de Barma, la productrice qui black-liste l’actrice d’une émission « d’humour » au nom de ses opinions et celle de Revel chez Morandini… il y aura sûrement d’autres.

Barma et l’invention du divertissement politiquement correct avec lapidation cathodique intégrée.
Vive la liberté d’expression qui était le premier acquis de la démocratie ! La représentation des citoyens par un citoyen de bonne volonté pas forcément issu d’une caste était un autre acquis. Des acquis nous sommes passés aux acquiescements aveugles et la raison n’a plus droit de cité.
Ne pas avoir fouillé dans le sombre des inconscients amène à ces glissements-là. Aux dangers de l’aveuglement. Oserais-je rappeler que le risque de la politique de l’Autruche n’est pas de se mettre la tête dans le sable ?

*Photo : On n’est pas couché.

  1. 300 000 Darfouris sont morts d’après le compte arrêté en 2008 par l’ONU.

L'AUTEUR

Richard Rossin est écrivain, ancien Secrétaire Général de MSF, cofondateur de Médecins du Monde.
Publié le 20 mars 2013 à 17:20 dans MédiasPolitique 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Pivoine 22/03/2013 13:17


Pour autant, je n'ai aucune estime pour cette Véronique Genest !

aziliz 21/03/2013 20:59


100% 'accord. Voilà qui est bien envoyé.


Israel existe et doit continuer à exister.