Gérard Depardieu: affront fait au pays "auto-proclamé" des devoirs du contribuable - de Philippe Randa

Publié le 6 Janvier 2013

Le 21 décembre dernier, on a échappé à la fin du Monde.

 

On n’avait malheureusement pas échappé à toutes les « catastrophes ». Ne venait-on pas de prendre celle de l’annonce du départ de Gérard Depardieu de la France en pleine figure ? Bon, mais c’était alors simplement outre-quiévrain. Une simple histoire belge, en quelques sortes. Généralement, elles sont ou se veulent drôles ; celle-ci était simplement grinçante dans un pays où l’on ne plaisante guère, plus qu’ailleurs et pour cause ! avec la fiscalité.

 

D’autant que le « cas Depardieu » n’était qu’un de plus : périodiquement, un «riche», voire surtout très riche, décide d’aller poser ses valises en un lieu plus propice à sauvegarder ses économies gagnés à la sueur de son front ou pas d’ailleurs. Il le fait généralement en catimini, même si peu échappe à la sévère vigilance des médias qui n’aiment rien moins que de les livrer aussitôt en pâture à l’opprobre citoyenne.


On assiste alors à des déclarations paniquées des intéressés, jurant que ce n’est pas pour des raisons fiscales qu’ils désertent – ou tentent de déserter – notre cher hexagone, mais pour la beauté des paysages et la douceur des climats du nouveau pays de leur choix. Certains rebroussent chemin, honteux qu’on ait pu les soupçonner de quelque ladrerie de leur part. Les autres font le « gros dos » en attendant que l’orage médiatique se tasse et se font oublier, ce qui s’avère assez rapide généralement.

 

Mais avec Gérard Depardieu, point de repentance, point de honte, point de retour (du moins immédiat) après le coup de sifflet des sourcilleux gardes-chiourme du politiquement correct : s’il part, c’est pour ne pas se faire plumer. Il le dit haut et fort et quand un Premier ministre sort de sa torpeur habituelle en le traitant de « minable », l’acteur enfile son costume d’Obélix pour le catapulter illico, d’un énorme coup de sa panse éléphantesque, dans les airs.

 

Le « minable » s’est rebiffé, tel que l’a si bien écrit Dominique Jamet dans sa chronique hebdomadaire du site Boulevard Voltaire.(1)

La suite est encore plus « hénaurme » ! Le président russe Wladimir Poutine a signé un décret lui accordant la nationalité russe et l’acteur l’a remercié dans une lettre ouverte en déclarant son amour pour la Russie, son admiration pour la démocratie au pays des Ivans et pour son président exemplaire.

La France, pays auto-proclamé des Droits de l’Homme, n’en revient pas d’autant d’insolence.

Le gouvernement français n’en finit plus, lui, de lécher toutes les gouttes du calice jusqu’à la lie. Il a l’habitude, notez : l’année passée, il avait déjà dû ingurgiter la fin des hauts fourneaux de Florange. En moins d’une année de règne, il frôle la cuite sévère. Messieurs Hollande et Ayrault ont dû fêter Noël à l’Alka-selzer. (Même pas sûr!! )

 Mais avaler la pilule et surtout la faire passer ensuite aux électeurs, nos politiciens en ont l’habitude. C’est même là où ils excellent le plus.

 

Plus rude est l’affront pour les tenants du politiquement correct qui ont l’habitude, eux, d’être crains et obéis au doigt et à l’œil, le petit doigt sur la couture, à la moindre sommation de repentance de leur part…

 

D’autant que l’opinion publique ne semble pas vraiment condamner l’acteur. Au contraire… La France d’en bas, celle qui est non seulement aussi majoritaire que trop silencieuse, qui se « lève tôt » et crache sans cesse au bassinet des dépenses publiques et de l’assistanat généralisé, ne se montre guère vindicative contre la star du 7e Art.

 

Il y a ceux qui lui pardonnent tout parce que c’est un artiste qui les fait rêver et qu’il faut accepter, comme l’écrit encore Dominique Jamet que « le mérite, ou le talent d’un homme, le prestige ou le rayonnement appellent des ménagements particuliers », ceux qui espèrent qu’après ce « couac » fiscal, les socialistes cessent, au moins momentanément, leurs folles augmentations d’impôts, ceux qui suivent encore le bon sens populaire et se disent qu’en tout état de cause, il vaudrait mieux retenir pour leur propre confort un richissime Gérard Depardieu que laisser entrer en France des dizaines de milliers d’Affamés du Tiers-Monde supplémentaires chaque année… et il y a les 2,8 millions de personnes au chômage (2) (Sans compter les sans emplois, les sortis définitifs des stats et qui feraient selon le Parisien de Lundi 8 944 000 personnes. (près de neuf millions) Ndlr Gérard Brazon) qui, de toute façon, ne voient pas ce que le départ de Gérard Depardieu va changer à leur sort…

Mais « l’affaire Depardieu » semble désormais ouvrir une nouvelle boîte de pandore, au-delà des basses considérations fiscales, puisque Brigitte Bardot menace à son tour de demander la nationalité russe à Wladimir Poutine dans l’espoir de sauver deux éléphantes du cirque Pinder risquant d’être euthanasiées.

Et Brigitte Bardot, qu’on l’apprécie ou non, n’est pas n’importe qui : icône par excellence du cinéma français, star mondiale, égérie et muse des plus grands artistes de l'époque, emblème de l'émancipation des femmes et de la liberté sexuelle, grande prêtresse mondiale de la défense des animaux… elle fut aussi la représentation de la « Marianne » qui orna un temps les Mairies françaises… et c’est elle aussi qui fit reconnaître à Charles De Gaulle, en 1968, qu’elle rapportait autant de devises que Renault à la France.

 

Non, ce n’est pas rien et surtout quand elle déclare à propos du président russe : « Je lui trouve beaucoup d'humanité. À chaque fois que je lui demande quelque chose, en principe, il me l'accorde. Il a fait plus pour la protection animale que tous nos présidents successifs. »

 

La France, il est vrai, est davantage connue pour faire plus pour la protection des clandestins que pour la cause animale…

 

Brigitte Bardot fait du chantage, certes, incontestablement… et pourquoi pas !

Le changement, c’est pour quand, au fait ?

Notes

(1) www.bvoltaire.fr.

(2) http://www.insee.fr « Pour la France métropolitaine, avec 2,8 millions de personnes au chômage, le taux de chômage s’élève à 9,9 %. Il est en hausse de 0,1 point par rapport au deuxième trimestre 2012 révisé, après une progression de 0,2 point par rapport au trimestre précédent.

Plus généralement en France métropolitaine, 3,6 millions de personnes ne travaillent pas mais souhaitent travailler, qu’elles soient ou non disponibles dans les deux semaines pour travailler et qu’elles recherchent ou non un emploi… »

 

 

© Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soit indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

marco 07/01/2013 17:26


Dans cette affaire,je me mare!et pour cause,notre obélix vient de balancer un remarquable camouflet a ces faux-culs gouvernementaux en leurs démontrant preuve a l'appui qu'il peut changer de
nationalité quant il veut et que son passe port français,il peuvent se le mettre ou je pense-Moi,je dis bravo a Depardieu,il a eu ce courage de cracher sur ces cons sans prendre de gants pour
leur démontrer qu'il n'est pas a la botte.Il ne faut pas oublier que le monsieur fait travailler pas mal de monde en France,dans ses vignobes,ses restaurants et d'après ce que je sais dans une
concession yamaha qu'il vient d'acquérir.Bien sûr sa fortune est immense et après?ça ne donne aucun droit a l'état de le racketter sous prétexte que le pays en a besoin!le trésor Français est
géré par des bons a rien,ce sont ceux qui ont dilapider l'argent des français qui devraient le rembourser pas les autre.Quand a son amour pour la Russie,ça ne regarde que lui.

Claude Germain V 07/01/2013 11:39


Poutine vaut largement mieux qu'un Hollande-chamalow ou qu'un Sarko , au moins les gens qui le frequentent savent d'emblée a qui ils ont affaire .... Si vous l'emmerdez de toutes les façons il
vous attaque de front , tandis que nos polilopettes UMPS elles nous font attaquer par des "chances-pour-la-france" pas de face comme Poutine mais par personnes interposées .......