Guy Bedos : haineux, graveleux… Gâteux, peut-être ? Par Gabrielle Gluzel

Publié le 14 Octobre 2013

Par Gabrielle Gluzel (Journaliste et écrivain)

  Le sexisme en politique, c’est insupportable. Ces dames au gouvernement ne laissent rien passer, ça non. Elles sont extrêmement pointilleuses, et solidaires avec ça. Les sinistres individus qui ont traité Najat Belkacem, Fleur Pellerin ou encore Barbara Pompili de « très jolie femme », de « belle femme » ou de « jeune fille » en ont encore le rouge au front et ne sont pas près de récidiver. Des irresponsables qui ont enfin compris que ce genre d’infâmes insultes peuvent vous briser une carrière. Quant au caquetage machiste dans l’hémicycle, c’est proprement dégueulasse. Une honte, un scandale. Aucune sanction ne paraît assez forte. Pour laver l’honneur bafoué de la donzelle, sans doute fallait-il émasculer le coupable en place de Grève.

Le sexisme en politique, c’est insupportable. Sauf à l’encontre des femmes de droite. Vendredi, lors d’un spectacle à Toul, Guy Bedos a galamment évoqué Nadine Morano : une « conne », une « salope ». L’intéressée, figurez-vous, s’est vexée et menace de porter plainte. Dingue, non ? Guy Bedos n’en revient pas. Morano ne doit pas être normale, hein ? Car, comme il dit, « les gens normaux dans le public ont ri et même applaudi ». C’était de l’humour « rabelaisien », son « langage à lui ». Pas question qu’il s’excuse, manquerait plus que ça. D’ailleurs, « elle l’a cherché ». Car il est des phrases de Morano qui débectent Bedos, comme « Le peuple, je connais, j’en viens. » Bedos, c’est plus fort que lui, les ploucs qui essaient de se pousser du col, il ne supporte pas : « Retournes-y, connasse ! ».

A moins que – tel fils, tel père – Guy Bedos prétende, comme son grand Nicolas lorsqu’il avait traité, à la télévision en 2011, une étudiante de « conne » et de « pute », que tout cela était du registre de la drague. Guy Bedos, donc, en pince secrètement pour Nadine Morano. Et c’est, bien sûr, pour ne pas troubler l’intimité des tourtereaux que ni Najat Belkacem, ni Aurélie Filippetti ne sont intervenues. Ou parce qu’elles sont occupées à sécher les larmes d’une copine effondrée à laquelle on vient de dire qu’elle a de jolis yeux ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

LA GAULOISE 15/10/2013 10:27


guy bedos ne sait qu eructer des grossieretes et si on appelle cela le talent  ........ et dire helas qu il s est reproduit et que son digne fils me donne autant envie d eteindre ma tv quand
il apparait .