Halal, Contamination EC, histoire d'hypocrisie belge Par François Lallemand.

Publié le 21 Juin 2012

Un échange de courrier tout en hypocrisie de la part des instances sanitaires belges.

 

affiche-anti-halalMonsieur François Lallemand à  

 Giltay Tatiana Point de contact AFSCA / Meldpunt FAVV (Centre belge d'informations)

0800/13550 -  http://www.afsca.be/bulletin/pointdecontact@afsca.be

 


 

Madame, Monsieur,  

   

Suite on nombreux cas d’infection par E.C. annoncés dans la presse nationale, je suis très inquiet.  

  

Bien conscient que ce risque est accru par la méthode d’abattage rituel et plus spécifiquement par la méthode halal ; étant grand amateur de filet américain et étant également au fait que cette viande vient de la partie avant de l’animal, la partie la plus susceptible d’être contaminée. Je désirerais obtenir un moyen garantissant le maximum de sécurité lorsque je fais mes achats, je vous saurai donc gré de me dire comment je puis être certain de ne pas acheter du halal. Si je pense plus particulièrement au halal c’est aussi parce que je connais la différence entre le halal et le casher et suis donc au fait de la différence de risque.

 

Au-delà de cet aspect sécuritaire qui est pour moi primordial, je tiens également à faire valoir ma liberté philosophique de ne pas cautionner cette méthode d’abattage qui amplifie inutilement la douleur de l’animal destiné à me nourrir, mais également ma liberté économique de ne pas financer le culte musulman au travers de la taxe sacramentelle perçue lors de l’abattage rituel. En tant qu’agnostique j’insiste particulièrement sur cet aspect économique car le fait de ne pouvoir choisir aisément une viande en provenance d’un animal abattu selon la méthode la plus appropriée selon les directives européennes constitue de fait une atteinte à ma « liberté de culte ».

 

Par souci d’honnêteté, je me dois également de vous signaler que je donnerai toute la publicité possible, sur internet, à votre réponse ou à l’absence de celle-ci dans un délai raisonnable.

 

D’avance je vous remercie

 

François Lallemand

 

Réponse de:  Giltay Tatiana Point de contact AFSCA / Meldpunt FAVV

0800/13550-  http://www.afsca.be/bulletin/ pointdecontact@afsca.be

 

 

 

Monsieur,

 

 A ce jour, la législation n’impose pas de mentionner la manière dont les animaux sont abattus, à savoir avec étourdissement ou sans étourdissement en particulier lors de l’abattage  rituel. Il n’y a donc aucune obligation d’étiquetage à ce sujet. Cependant, si un abattoir procède à des abattages rituels, notre agence doit en être informée afin de pouvoir veiller au respect du bien-être de l’animal et de l’hygiène lors de l’abattage.

 

Pour plus d’informations concernant la législation en vigueur, je vous invite à prendre contact avec Service Public Fédéral Santé Publique dont voici les coordonnées :

 

Adresse générale

Service public fédéral (SPF) Santé publique,
Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
Eurostation II
Place Victor Horta, 40 bte 10
1060 Bruxelles 
Contact Center : +32 (0)2 524.97.97 - E-mail : info@health.fgov.be

En Réponse:

 

Madame,

 

Je vous remercie de votre prompte réponse, mais vous bottez en touche, je vous demande donc de me fournir la liste des abattoirs qui ne procèdent pas à l’abattage rituel.

 

Vous disposez de la liste des abattoirs de Belgique, vous disposez de la liste des abattoirs qui pratiquent l’abattage rituel, par conséquent vous disposez de la liste des abattoirs qui ne pratiquent pas l’abattage rituel.

Je vous demande donc de me fournir cette liste. À défaut, la liste de tous les abattoirs de Belgique avec mention du fait qu’ils pratiquent ou non l’abattage rituel.

 

Je trouve pour le moins antidémocratique de devoir financer le culte musulman (puisque ce culte représente une très large majorité de l’abattage rituel) à mon insu et contre ma volonté vu la quantité d’animaux abattus rituellement , sauf à procéder à des contrôles personnels rigoureux et lourds sans compter une difficulté extrême à obtenir une information pertinente pour ce qui  est des produits préparés.

 

Je sais très bien que ce n’est pas l’AFSCA qui promulgue les lois toutefois je vous invite à faire remonter cette protestation à qui de droit avec tout le poids dont vous disposez.

 

Je trouve également scandaleux de me voir obligé à prendre un risque sanitaire inutile parce qu’un tel affichage n’existe pas. Car le risque sanitaire est bel et bien réel, vous ne pouvez le nier, les nombreux cas d’infections par E.C. en Europe ces dernières années en sont une preuve plus que flagrante.

 

Je ne dispose pas de données historiques précises, mais je me demande quand même si cette augmentation des cas d’infection n’est pas due à la généralisation de l’abattage halal pour des raisons bassement économiques, ce en violation des règles européennes.

La dérogation couvrant l’abattage rituel ne devrait de fait que couvrir les besoins des communautés s’alimentant de la sorte. De plus les surplus (partie non consommées usuellement etc)  devraient être assumés par ces communautés et non pas par l’ensemble de la population.

 

Le sujet est grave, gravissime même, en sus des aspects sanitaires et économiques, les aspects philosophiques ne sont pas à négliger et si selon la loi il est permis au musulman de manger halal de manière garantie, s’il est permis au juif de manger de casher de manière garantie, je trouve tout à fait anormal qu’il ne soit pas permis au chrétien de manger de manière garantie de la viande qui n’a pas été sacrifiée, la viande sacrifiée étant prohibée aux chrétiens (Actes des apôtres 15:28,29) et je trouve tout aussi anormal qu’en tant qu’agnostique je ne puisse faire le choix éclairé de mon alimentation.

 

Dans l’attente de vous lire,

 

François Lallemand

 


Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article