Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Halal : Précisions, informations, fric et commerce! par Jean Héron.

Publié le 3 Mars 2012


Abattage rituelUne fois de plus personne sur cette question ne fait sérieusement son travail d’information. Ni les responsables politiques, ni même les professionnels du « métier ».

Pourtant les constatations sont connues de tous depuis longtemps … et les sources sont publiques …

Or, là encore, parce qu’il s’agit de la communauté musulmane et donc d’une certaine idée de ce que doit être l’immigration et sa transformation en peuplement de renouvellement, TOUT est fait pour qu’aucune clarté PUBLIQUE n’advienne dans le débat médiatique. 

Remarque en préambule : cette polémique repose sur un mensonge médiatique. Lequel ? Ceux qui reprochent à MLP d’avoir mentit en déclarant que TOUTE la viande en IDF serait du halal lors de son meeting de Lille.

Cette information reprise par l’ensemble de la presse est … totalement fausse : A écouter entre la 33ème et la 35 minutes

En fait MLP a bien dit 100% de la viande PRODUITE en IDF est halal.

Et si certains vous répliquent qu’il y a 1 abattoir qui ne produit pas de halal il évite sournoisement de préciser que celui-ci produit en fait du … porc … 

Premier petit scandale qui en dit très long sur la manière dont nos médias mentent, s’auto-reproduisent et s’auto-intoxiquent par solidarité idéologique. Aucun professionnalisme donc ni objectivité …

Alors qui a dit ce qui est reproché à MLP ? Les journalistes donc et non pas MLP …

C’est l’émission Envoyé spécial révélant que «L'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal». 

Ensuite posons-nous 3 simples questions 

1 : Cette question était-elle connu en France et en Europe avant cette « polémique » ?

2 : Y a-t-il un risque sanitaire spécifique lié à cet abattage ?

3: L’islam en France se finance t-il grâce à cette viande halal ?

Aujourd’hui nous aborderons la première question.

Cette question était-elle connu avant cette « polémique » en France et en Europe ?

La réponse est OUI. Depuis des années.

Le rapport officiel le plus récent date de 2005 . Mais la constatation est bien antérieure :

Ce rapport est celui , non rendu publique et donc non publié !!! du COPERCI : Comité permanent de coordination des inspections : Inspection générale de l’Administration, Inspection générale de l’Agriculture, Conseil général vétérinaire.

Il va beaucoup plus loin dans ces constatations que les tergiversations et les inexactitudes des uns et des autres.

D’aborde ce rapport relève bien qu’en France, « 80 % des ovins, 20 % des bovins et 20 % des volailles seraient abattus selon le rite halal » … et non pas 14% de l’ensemble comme certains responsables de la filière tentent de nous le faire croire.

Ensuite on y apprend que la question de la cruauté dépasse le simple fait de ne pas rendre inconscient l’animal :

« Dans la majorité des abattoirs visités par nos délégués enquêteurs, les animaux égorgés en pleine conscience sont immédiatement suspendus alors que la réglementation impose leur immobilisation jusqu’à leur mort. Mais les cadences d’abattage s’adaptent mal à la réglementation ! Il est donc fréquent de retrouver suspendus des animaux qui viennent d’être égorgés et qui sont encore “conscients”, c’est à- dire sensibles à la douleur.

Les actes les plus graves sont sans nul doute commis sur les bovins. Le rapport scientifique du groupe scientifique de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (AESA), qui sert de base à l’actuel projet de modification de la directive européenne sur l’abattage des animaux, précise clairement que les bovins et les veaux perdent conscience relativement lentement après l’égorgement. Il n’est pas rare de voir une vache ou un taureau agoniser plus de 2 minutes après avoir été égorgé. L’animal cherche à respirer, à se relever. “C’est un spectacle difficilement soutenable”
 »


Le rapport d’expertise scientifique sur les douleurs animales, publié par l’INRA en décembre 2009 mentionne quant à lui des temps de perte de conscience chez les bovins supérieurs à 2 minutes pour 18% des animaux sacrifiés rituellement, pouvant aller jusqu’à 14 minutes.

Ensuite est bien confirmé que contrairement à toutes les règles européennes existantes ce type d’abattage n’est pas légal. On parle certes de dérogation. Ce qui est en soi scandaleux puisque la porte ouverte à la généralisation de cette pratique. Autrement dit ce qui devait être purement anecdotique est déjà devenu la règle pour 80 % des ovins, 20 % des bovins et 20 % des volailles.

« Dans les années 60, l’étourdissement des animaux de boucherie devient la pratique obligatoire et majoritaire des pays européens. La France en 1964, puis l’Italie en 1978 , la Belgique en 1986 et l’Espagne tous signataires de la Convention sur la protection des animaux d’abattage du Conseil de l’Europe, rejoignent les pays du Nord qui, sous la pression des organisations de protection animale, ont depuis longtemps imposé l’usage de moyens d’insensibilisation.

L’abattage rituel constitue une importante dérogation aux règles générales de l’abattage classique, qui imposent un étourdissement préalable des animaux avant leur saignée (Directive européenne n° 93/119 et article R. 214-70 du code rural).
 » 


Or cette dérogation outre qu’elle tend à se substituer à la loi générale pose un grave problème de déontologie vis à vis des consommateurs: 

« Il est indéniable que la proportion atteinte par les mises à mort sans pré-étourdissement traduit undétournement de l’esprit des textes sur la protection animale »

Un détournement et une violation du principe constitutionnel de la liberté de conscience et de religion des consommateurs n’appartenant pas aux communautés religieuses israélites et musulmanes !!

Comme l’ écrivait en 2007 cet internaute dans un rapport sur ce sujet : 

«Il est inacceptable, au regard des textes assurant la liberté de conscience et de religion, que le respect des pratiques rituelles religieuses concernant 7 % de la population nationale (6 % de la population française serait de tradition musulmane et le judaïsme concernerait 1 % de ladite population selon les chiffres cités, en septembre 2006, par le rapport de la Commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics) ait des répercussions sur la consommation de l’ensemble de nos concitoyens.

Il se peut, bien évidemment, que des chrétiens ou encore des agnostiques acceptent de consommer de la viande issue d’animaux abattus selon les rituels israélite ou musulman.
Mais encore faut-il, pour que le consommateur puisse choisir en toute connaissance de cause, qu’il dispose de moyens de s’informer sur l’origine de la viande ! Or, à ce jour, cette information fait totalement défaut. 
»


Si la liberté religieuse doit être respectée, elle ne saurait justifier la violation de la liberté de conscience des millions de Français qui ne sont pas informés du mode d’abattage des animaux dont ils consomment la viande.

Or cela est le cas dans d’autres pays et ils ne sont pas devenus extrémistes pour autant : A titre d'exemple la Suisse ( dès 1898), la Suède (1938), la Norvège (1930), l'Islande ainsi que 6 provinces autrichiennes obligent à rendre inconscient l'animal avant sa mise à mort et ce sans dérogation pour les cultes juifs, musulmans … sauf à prouver que les animaux souffriraient moins. 

« Au Danemark, des groupes musulmans acceptent l’utilisation de moyen d’étourdissement pour les gros ovins» … preuve s’il en est que ce qui est possible ailleurs pourrait aussi bien l’être en France…

En fait cela a déjà aussi été permis … en France :

« En février 2004, le recteur de la Mosquée de Paris accueillant l’actrice et militante de la cause animale Brigitte Bardot justifiait ainsi sa position : «l’étourdissement préalable n’est licite que dans le cas où il n’entraîne pas la mort de l’animal et qu’il puisse être réversible». Il ajoutait : «que l’électronarcose était déjà largement pratiquée à travers le monde dans les abattoirs industriels produisant de la viande halal ». Source : communiqué de l’AFP, 11 février 2004».

Précisons que cette position de la mosquée de Paris s’inspire certainement du verset 145 de la Sourate VI du Coran qui stipule : 

« Je ne trouve pas d’interdictions au sujet de la nourriture, à part la bête morte, le sang répandu et la viande de porc , car c’est une souillure » 

Complété par le verset 3 de la sourate V :
« Voici ce qui vous est interdit :
(…)
La bête étouffée
Ou morte à la suite d’un coup
 » 


Même si cette position est elle-même en débat au sein même de la communauté islamique :

« En France, les trois mosquées qui certifient halal des entreprises de l’industrie agro-alimentaire acceptent l’étourdissement préalable. Mais l’actuel président du Conseil Français du Culte Musulman s'y oppose :

Il a pris clairement position contre l’étourdissement lors de l’abattage ritue s’opposant ainsi frontalement aux mosquées de Paris, d’Evry et de Lyon.

S’agissant de l’étourdissement « post-mortem« , c’est-à-dire après abattage, il est pratiqué par l’association de certification halal AVS, ainsi que par la mosquée d’Evry. Halal Service, l’organisme de l’UOIF, a choisi de bannir l’étourdissement avant et après la saignée. Le CFCM n'accepte l'étourdissement ni avant ni après la saignée
 » 


D’autant plus que la remise en cause publique de ces exemptions pour motif religieux existe dans d’autres pays européens comme en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et au Danemark. Le sujet n’est donc pas tabou ni insolite ni un « mauvais procès » comme le prétend Nicolas Sarkozy … 

D’ailleurs l’Allemagne avait consulté les plus hautes autorités sunnites sur ce sujet , tout comme Sarkozy alors en pleine affaire du voile était aussi aller voir Al-Azahr :

« En Allemagne de l’Ouest, en 1982, le gouvernement avait obtenu du cheikh Muhammad Al-Najjar, de l’Université Al-Azhar du Caire, une fatwa selon laquelle l’étourdissement en soi n’était pas illicite, mais la mort d’un animal causée par l’étourdissement rendait sa viande illicite. Sans égard à la subtilité d’une telle réponse, le Bundestag en déduisit alors que l’étourdissement n’était pas illégal en islam et qu’il n’y avait donc pas lieu de lui appliquer la dérogation accordée à l’abattage rituel israélite. Après une période d’hésitation, la Cour fédérale administrative allemande abrogea la dérogation à l’étourdissement pour le culte musulman, arguant que cette dérogation n’était pas une obligation formelle requise par la religion islamique, et elle détourna l’objection du droit fondamental à la liberté religieuse, en affirmant que les musulmans n’étaient pas empêchés de pratiquer leur religion puisque «les musulmans concernés n’étaient pas obligés de manger de la viande d’animal non égorgé selon leurs prescriptions religieuses et pouvaient se reporter sur la consommation de poisson, d’aliments végétariens, ou sur la viande halal importée» . Finalement, en 2002, la Cour constitutionnelle allemande revint sur cette décision et accorda à un boucher musulman l’autorisation d’abattre sans étourdissement, à l’instar des bouchers juifs. »

Conclusion :

On le voit donc sur le plan du droit RIEN n'interdit la France à ne plus autoriser ce type d'abattage « rituel »qui est une barbarie faite aux animaux. Surtout quand les autorités les plus modérés d'au moins l'une des dites religions prouvent qu'il est possible de trouver des arguments pour que cela ne soit pas obligatoire !! 

De toute manière et puisque nous nous disons laïcs, rien ne saurait justifier cette barbarie, pas même des preceptes barbares au nom d'un commandement soit disant divin. A moins de s'interroger sérieusement sur lesdits « divins » commandemments. Et ceux qui veulent coûte que coûte les imposer. En s'interrogant sur l'humanité de leur argument ainsi que le soupçon de communautarisme séparant qu'ils prônent ainsi de manière aussi sectaire.

Cette polémique n'est donc pas contrairement à ce qu'affirme Nicolas Sarkozy un mauvais procès fait aux professionnels de la filière. Elle pose de véritables questions de société. Des questions que les autruches qui nous gouvernent, de droite comme de gauche, ont visiblement décidées d'éviter de regarder en face...

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

Polux 11/03/2012 10:41


Ils nous baladent et nous nous laissons balader ( enfin, nos politiques )! Même entre eux ils n'arrivent pas à se mettre d'accord. Alors à lexemple de leur rituel tranchons dans le vif et
prenons une décision !!!

jpb 03/03/2012 16:33


pas de dérogation,c'est clair,il ne doit avoir de choix,nous devons imposer notre culture,celui ou celle qui ne sont pas d'accord EXPULTION A EFFET IMMLEDIAT .

Marie-Claire Muller 03/03/2012 16:04


Nous avons choisi la civilisation plûtot que la barbarie, et nous n'acceptonss d'aucune maniére que des fanatiques des idolâtres ne respectent pas le Pays qui les "accueille"ni le cheptel du dit
pays.Dans les Pays musulmans on doit respecter les lois à eux de faire de même chez nous Sinon "la valise ou le cercueil!!"