Haro sur les dentistes, nouveaux boucs émissaires de la semaine.

Publié le 25 Novembre 2013

Tous les français n'ont pas l'A.M.E offerte aux clandestins (Aide Médicale gratuite d'Etat). Un clandestin peut se faire soigner de fond en comble gratuitement y compris pour des maladie lourde voire une greffe.

Tous ne bénéficient pas de la CMU (Couverture Médicale Universelle) et donc de la gratuité des soins et de la pharmacie.

Nos pauvres, nos retraités, ceux qui sont  juste au dessus du seuil, paient la note totale aprés des années de cotisations diverses et d'impôts. Ils peuvent voir leurs voisins en bonne santé à défaut de comprendre leurs langues.

Bref, dans notre beau pays, si vous n'êtes pas étranger en situation irrégulière, si vous n'avez pas le statut de "misérable", mais issu de la diversité, si vous avez faim, si vous avez abdiqué toute fierté par nécessité, si vous êtes acculé à la misère, si vous êtes malade, si vous avez mal aux dents, plus de lunettes, vous pouvez toujours vous inscrire... au "Restau du coeur" ou faire une lettre (à vos frais) au Préfet. Pour le Président, cela reste gratuit.

Dans le cas traité dans l'article suivant, la réponse est la culpabilisation des dentistes. (revoir l'article sur les manipulations)  

Ils sont aujourd'hui, les boucs émissaires, les coupables désignés à la vindicte populaire. Grâce à dieu sûrement, d'autres se font des dentiers, des dents toutes neuves et n'ont pas trop de mal à se faire soigner. Inch Allah, n'est-ce pas !

Gérard Brazon

*******

Les soins dentaires font souvent l'objet de «pratiques tarifaires excessives» voire de «dérives inacceptables», ce qui peut conduire à renoncer aux soins, souligne une étude publiée par 60 millions de consommateurs.

Les soins dentaires coûtent cher: peu remboursés par l'assurance maladie, ils font souvent l'objet de «pratiques tarifaires excessives» voire de «dérives inacceptables», ce qui peut conduire à renoncer aux soins, souligne lundi une étude publiée par 60 millions de consommateurs. Soulignant que le reste à charge constitue la «principale raison de renoncement aux soins auquel déclare être confronté près du tiers des consommateurs», elle relève que pour les passages chez le dentiste ce reste à charge est «élevé» même après l'intervention des complémentaires santé.

Cette étude, au sommaire du numéro de décembre de 60 millions de consommateurs, a été réalisée à partir des données enregistrées par la Sécurité sociale par l'Observatoire citoyen des restes à charge en santé, créé début 2013 par 60 millions de consommateurs, le CISS (collectif de patients) et Santéclair, filiale de plusieurs complémentaires santé. Principaux soins incriminés: les prothèses, comme les couronnes, bridge, inlay ou reconstitutions, qui en 2012 ont représenté 5 milliards d'euros de dépenses, dont un milliard seulement est remboursé par l'assurance maladie.

La somme qui reste à la charge du patient après remboursementpar la Sécu s'élève à plus de 290 euros en moyenne par acte de prothèse, avec des variations en fonction des départements: elle ne descend «quasiment jamais» en dessous de 200 euros et grimpe jusqu'à plus de 400 euros à Paris. Ce reste à charge peut être remboursé par les complémentaires mais «il est très difficile d'avoir une estimation précise de leur niveau de prise en charge global», souligne l'Observatoire.

Selon l'étude, les sommes demandées pour une couronne céramo-métallique dépassent 600 euros, alors que la prise en charge de l'assurance maladie n'est que de 75,25 euros, soit 70% de la base de remboursement. Pour la pose d'un implant, peu prise en charge par l'assurance maladie, le coût moyen est supérieur à 2000 euros.

Peu de dépassements sur les soins courants

Plus grave, il existe dans certains cas des solutions moins onéreuses pourtant peu pratiquées par les dentistes. Cette «dérive préoccupante» concerne notamment les inlay-core, des reconstitutions partielles de dents apposées sous couronne. Pour ce dispositif, élaboré par des prothésistes dentaires, le praticien fixe librement ses honoraires, qui varient entre 150 à 300 euros (la Sécu rembourse 70% de 122,55 euros). Pourtant une alternative, la reconstitution «au fauteuil», présente l'avantage d'être moins chère car elle est fabriquée par le dentiste lui-même à un prix fixé par la Sécurité sociale: 79,53 euros, soit un reste à charge de 24 euros pour l'usager. Syndicats et assurance maladie reconnaissent que les deux techniques se valent en termes de qualité des soins, mais les reconstitutions à tarifs libres se développent: «la situation a même empiré et on assiste à une réelle généralisation des inlay-core», souligne 60 millions de consommateurs.

En revanche, l'Observatoire constate que les soins courants (carie, dévitalisation, détartrage, etc.), dont les tarifs sont encadrés par l'assurance maladie, font peu l'objet de dépassements, en dehors de Paris qui représente 57% des dépassements constatés pour ce type de soins. Toutefois, ces dépassements «illégaux» atteignent 34 millions d'euros en 2012.

Autre traitement pointé du doigt, l'orthodontie. Les soins d'orthodontie ont représenté en 2012 plus d'un milliard d'euros, dont près de 80% constituent des dépassements d'honoraires, selon l'étude. Ce type de traitement, qui se pratique le plus couramment par semestre, est d'autant plus coûteux qu'il peut durer jusqu'à trois ans. Il a été facturé en moyenne 650 euros par trimestre l'an dernier, avec de fortes variations géographiques: près de 1.000 euros en moyenne à Paris contre 400 en Ariège. Or la Sécurité sociale rembourse 193,50 euros par semestre si le traitement débute avant 16 ans.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

henri 25/11/2013 18:59


Il va falloir que je me mette aux potages et autres purées ...