Hénin-Beaumont : un candidat de la "droite molle" appelle à faire battre Marine Le Pen

Publié le 12 Juin 2012

Toujours la même débilité politique profonde de cette droite molle qui consiste à préférer la gauche que la droite nationale. Ce candidat du MoDem qui a sûrement approuvé son patron François Bayrou appelant à voter François Hollande, fait partie de cette engeance lamentable. je n'ai pas  vraiment d'inquiétude car cet homme de peu de foi patriotique, ce guignol orange, ne représente pas grand chose. Il a obtenu ce qu'il voulait, un peu d'éclairage sur un positionnement pitoyable.

Gérard Brazon

*****

Le Point.fr - Source AFP

Jean Urbaniak, candidat MoDem soutenu par l'UMP, souhaite empêcher l'entrée à l'Assemblée    de la  patronne du FN.

Le candidat de la droite de la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Jean Urbaniak, appelle à "empêcher l'entrée à l'Assemblée nationale" de Marine Le Pen et implicitement à voter pour son rival, le candidat du PS Philippe Kemel, a-t-on appris mardi auprès de son équipe de campagne.

Estimant que sa candidature, qui a recueilli 7,86 % des suffrages au premier tour, a "permis de barrer la route au vote de Mme Le Pen", le candidat Modem soutenu par l'UMP estime qu'il s'agira au second tour de "poursuivre le combat engagé et très clairement d'empêcher l'entrée à l'Assemblée nationale de Marine Le Pen. Tous les républicains devront se rassembler pour cet objectif", déclare-t-il dans un communiqué. "Je me suis présenté aux élections législatives pour combattre les injustices et lutter contre l'extrémisme", indique en préambule Jean Urbaniak.

Lors du premier tour, Marine Le Pen est arrivée en tête avec 42,26 % des voix, devant le candidat socialiste Philippe Kemel (23,72 %) et le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon (21,46 %).

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 16/06/2012 17:10


Quel CRON ce Jean sans terre .........

LA GAULOISE 13/06/2012 08:15


Vous avez trouvé le ot juste : DEBILE . Et" on" dit  aimer la France ?

Claude Germain V 12/06/2012 20:47


Strictement rien de pejoratif ,simplement l' explication d'un mot du pur langage français bien ancien .


Merci Madame

Marie-claire Muller 12/06/2012 19:16


Hénin-Beaumont : le socialiste KEMEL se dégonfle



Publié par legaulois.info



 





Communiqué de l’équipe de campagne de Marine Le Pen.


Kemel annule le débat face à Marine Le Pen : la 11e circonscription a besoin d’un
député courageux, pas d’un couard ! (*). 


Philippe Kemel a fait savoir hier qu’il annulait le débat en face à face avec Marine Le Pen sur France 3. Et s’il utilise
des arguments fallacieux pour justifier son refus, personne n’est dupe, ce n’est pas un refus, c’est une fuite !


Celui qui passe son temps à donner des leçons de démocratie et de républicanisme fuit le débat d’idées, la confrontation des
opinions, la critique de sa passivité quant aux affaires qui entourent son parti.


 






Car c’est là le cœur du problème, Philippe Kemel fait preuve d’un manque de courage alarmant depuis le début de cette
campagne législative. Il apparait comme un dégonflé.


Or cette circonscription a besoin d’un député courageux, un député qui ne craindra pas de s’opposer à la mafia
socialiste locale, un député qui ne jouera pas les godillots à l’Assemblée Nationale, un député qui aura les tripes de défendre ses compatriotes et en particulier les habitants de la
11e circonscription.


L’ équipe de campagne de Marine Le Pen dénonce le manque de courage de Philippe Kemel et l’ invite à débattre au plus vite
comme la tradition républicaine l ’exige.





(*) couard : De l’ancien français coue (« queue ») avec le suffixe -ard (suffixe
péjoratif). Littéralement : « qui porte la queue basse ».

Marie-claire Muller 12/06/2012 18:57


Un digne représentant des ennemis de la France!Le mollusque du centre soutenant le socialiste de service contre une vraie républicaine c'est dans l'ordre des choses!!!! Bayroux lui même n'a t'il
pas trahis son parti en soutenant Mimolette?Marine mérite vraiment de gagner ce combat livré pour notre liberté.La horde sauvage se dresse contre elle car elle s'attaque à leurs magouilles HONTE
A CES CORROMPUS DE L UMPS!!!!







jeudi 10 mai 2012, par Fredelas


Vendredi 4
mai 2012, vers 14 heures, soit quelques heures avant la fin de la campagne officielle du second tour, Bayrou, le génie du centrisme pur et dur, s’apprête enfin à briser le suspense qui tenait
le monde entier en haleine : il va dire sa pensée personnelle sur les deux candidats restant en lice à la présidentielle française.


Tous haletants, nous n’en pouvions plus, nous étions sur des charbons ardents, en train de griller d’impatience. L’angoisse était à son comble, notre gorge était nouée, notre coeur battait la
chamade. Et puis l’oracle parla, juste au moment où nous allions défaillir. La mine tragique, le teint gris plombé, les yeux copieusement cernés, la bouche amère, il laissa tomber de ses
lèvres serrées son auguste parole : il informa tout ce qui respire qu’il voterait socialiste à l’élection clé du surlendemain. Puis il ajouta, comme à regret, avec la même franchise et
la même clarté qu’un cardinal à la fin d’un conclave laborieux, qu’il ne donnait aucune consigne de vote, que chacun pouvait se déterminer et voter librement, en son âme et conscience.


D’abord interdit, statufié d’immense étonnement, le bon peuple, à ces paroles, rapidement s’interrogea. Que signifiait cette stupéfiante prise de position ? L’interrogation laisse
bientôt place à un doute affreux : quel marché secret se cachait là-dessous ? François Bayrou n’avait cessé, en cette campagne 2012, de fustiger le parti socialiste, clamant partout
que ses valeurs n’étaient pas les siennes, que son programme économique était incompatible avec la vertueuse nécessité de réduire nos déficits, que se idées sur le travail étaient
dangereuses, quelle volte-face soudain ! quel coup de théâtre ! peu à peu, plus personne n’imagina qu’il s’agissait d’un hasard, et l’hypothèse d’un inavouable arrangement entre
nouveaux amis s’imposa de plus en plus, au début de bouche à oreille, et bien vite à haute voix.


Le terrible mot ’’traître’’ commença à sourdre de partout. Le mépris qui s’attache à ce mot suivit de près le mot lui-même. D’aucuns prédisaient la mort politique du Béarnais à la tête de
mule. Mais l’essentiel restait inconnu : pour quel avantage inavoué le pape du centrisme pur et dur, l’archange de la vertu budgétaire, le pourfendeur inlassable de l’hypocrisie
politique, avait-il si étrangement, si magistralement, si agilement tourné sa veste ?


Notre bonne vieille Gueuse de république en avait pourtant vu de vertes et de pas mûres. Des ministres corrompus réélus dans un fauteuil ? à la pelle ! des faux témoins avérés et
condamnés à de la prison ferme triomphalement réélus à leur Mairie, réintégrée par eux en fanfare ? banalité ! demandez à M. Mel...k ! des professeurs de vertu pris la
main dans le sac en flagrant délit ? on ne les compte plus ! des candidats aux législatives menacés au premier tour changer de camp entre les deux tours et réussir ainsi à se faire
réélire ?


Mais oui, elle a vu ça, la Gueuse, demandez à Maurice Faure, en 1967 ! Demandez à tous ceux que Stavisky arrosa avec l’argent du Mont-de-Piété de Bayonne ! demandez aux nombreux
députés, de droite, du milieu et de gauche, qui se sont laissés arroser avec délices par le génial Oustric ! des gaspillages insensés invariablement payés par les tribuables ?
demandez aux promoteurs des abattoirs de La Villette, demandez aux bénéficiaires d’Urba, demandez où ont échoué les centaines de milliards de francs des Frégates de Taïwan, demandez où est
passé l’argent du Panama, et celui des emprunts russes dont le malheureux tsar Nicolas II n’a jamais vu la couleur ! des parties fines géantes payées par les tribuables ? demandez
aux vedettes aujourd’hui bien oubliées du Carrefour du développement ! demandez à l’ex-ministre du temps libre, ex-patron de l’honorable F.E.N. ! (il faut le faire : nommer
ministre du temps libre un patron de l’austère Fédération de l’Education Nationale....)


Elle en a donc tant vu, la Gueuse ! qu’on pensait ne jamais plus voir rien de nouveau. Eh bien si ! Bayrou a battu tous les records, en informant la Terre entière de son choix
exotique pour le second tour : il voterait pour le camp qu’il avait fustigé depuis des mois et des mois, et il réussissait à dire ça sans mollir !


Alors forcément, peu à peu l’idée s’est imposée : il avait vendu son âme, mais comment ? à qui ? combien ? la nouvelle était si énorme que ce ne pouvait être que contre
une promesse d’une fracassante entrée au gouvernement socialiste au cas où le vainqueur serait Flamby ! peut-être un ministère clé ? non , pas premier Ministre, la place étant déjà
prise, mais peut-être Ministre de l’Education Nationale, puisqu’il avait déjà tenu ce poste à la grande satisfaction de la gauche morale, qu’il n’avait cessé de consulter, d’écouter, de
révérer, devant qui il s’était prosterné continuellement, aplati, roulé par terre, bref à ce poste il avait fait ses preuves de ses impressionnantes capacités à copiner avec la gauche !
ou alors, au minimum , un secrétariat d’Etat ? les paris allaient bon train....


Mais hier, hier, la vérité est tombée, dérisoire :


’’Une montagne en mal d’enfant Jetait une clameur si haute (....) ’’ Qu’on crut qu’elle accoucherait sans faute D’une cité plus grosse que Paris. Elle accoucha d’une souris (...)’’


Hélas, hélas, hélas ! la sage-femme fut l’AFP, qui annonça que le PS estimait ’’normal’’ de ne pas présenter de candidat contre Bayrou aux législatives dans sa circonscription ! eh
oui, ce n’était que ça ! ah mais alors ! On apprit ainsi que le siège perso de Bayrou était gravement menacé dans cette circonscription. Evidemment, sans candidat socialiste à ses
trousses, l’affaire pouvait être sauvée, et voilà que l’AFP annonçait cette grande nouvelle : le PS ’’ne voyait aucun inconvénient’’ à aider Bayrou à sauver son siège et donc à sauver
les 20 000 euros mensuels de revenus bruts sans lesquels son rôle comme pape du centre pur et dur devenait intenable.


A cette nouvelle, je ne pus m’empêcher d’éclater de rire ! ce n’était donc ni un ministère, ni un secrétariat d’Etat, ni quelque autre poste prestigieux ! c’était pour sauver son
siège menacé, et encore le sauver en promesse, sans garantie, que Bayrou avait vendu son âme et signé son arrêt de mort politique ! mais je rêve ! après toute la morale dont il nous
avait bassinés sur le service de l’Etat, sur l’ardente obligation pour tout véritable homme d’Etat d’être incorruptible (suivez mon regard)&nbs


Mascara83 12/06/2012 18:54


Entièrement OK! avec l'analyse de Claude Germain, en effet, le peuple Français de souche, est pris en otage + chantage, etc,etc... car , curieusement l'UMP et leurs amis de gauche. Ces
"bisounous" devront tt de même faire "gaffe"... car, à force de tirer sur la corde elle finit par casser!  Et, c'est ce dont je crains.....  Bien évidemment, les gauchos, ne manqueront
pas de nous dire et expliquer que:c'est la faute de la droite! car ils ont trouvé les caisses vides et, de ce fait, devront augmenter les impôts des classes moyennes (voire même petites) mais,
perso, je pense que cette collusion est entièrement calculée pour faire disparaître le FN de la scène politique!!!

Claude Germain V 12/06/2012 18:30


Vote qui pue . Tout cela pour rester  uniquement entre UMP.S et personne d'autre .

jpb 12/06/2012 18:25


il combat pour l'injustice??? et là il fait quoi!!!!!!!!!!!l'anti démocrate