Histoire d'un Printemps turc... comme l'annonce l'incroyable Bernard Henri Lévy

Publié le 8 Juin 2013

Gérard 60 ans- 2013 Il y a des "personnalités" qui ne manque pas d'air. Des attitudes indignes. Des acteurs effroyables. Des intervenants sans noblesse (snob). Des biens pensants qui prennent leur contemporains pour des imbéciles. Des donneurs de leçons indignent. Bernard Henri Lévy en fait partie.

C'est lui qui alerta sur le "Printemps Lybien", qu'il a agité sous le nez de Sarkozy prit à défaut par son manque de réaction face aux évènements de la Tunisie. C'est lui qui a signalé et signifié en exigeant que la France intervienne, en soufflant sur le feux et y mettant de l'huile dessus à l'occasion, avec la situation que l'on connaît aujourd'hui en Lybie, qui a désormais une dictature islamiste et la charia comme loi, sans compter les conséquences au Mali et nos morts français.

C'est le même Lévy qui ose encore nous faire un "papier" sur le "Printemps turc" sans que personne ne le remette à sa place. Il prend partie pour la jeunesse turque de la rue!  Il a pourtant tellement à se reprocher vis à vis de cette jeunesse Tunisienne, Egyptienne, Syrienne... qui vit désormais sous la dictature islamiste sans compter les chrétiens massacrés. Il y a vraiment à désespérer de tous ces BHL insouciants et donneurs de leçons bien à l'abri des retours de flammes...

Gérard Brazon

******

BHL - Point-Fr

On tolérait tout, depuis dix ans, chez Recep Tayyip ErdoganOn tolérait les arrestations de journalistes et d'intellectuels, l'arbitraire et la terreur au quotidien.

On tolérait les débits de boissons fermés sous prétexte de santé publique et les condamnations, pour blasphème, d'écrivains, d'humoristes, de pianistes. On acceptait, au nom de l'"islamisme modéré" qu'il était censé représenter, les poussées de fièvre antisémites et le refus obstiné, presque fou, à quelques mois de son centenaire, de reconnaître le génocide arménien.

On refusait de voir la répression des Kurdes et des autres minorités. On refusait d'admettre qu'il avait, lui, Erdogan, avant que l'Europene lui rappelle les conditions, non seulement économiques, mais politiques et morales, posées à n'importe quel entrant, choisi de tourner le dos à l'Europe et aux valeurs qu'elle suppose et incarne.

Ankara valant bien un prêche, on avait forgé le mythe d'un "modèle AKP" fondé sur un islamisme d'État, contrôlé donc pondéré, et censé ressembler - en un peu plus musclé mais à peine ! - à une démocratie chrétienne à l'italienne ou à l'allemande.

Otan oblige (et aussi, il faut bien le dire, les futurs tuyaux et pipelines d'Asie centrale permettant d'échapper un jour, pensait-on, à la main de Moscou sur le robinet énergétique dont dépendent les capitales européennes), on fermait pudiquement les yeux sur l'étouffement de la petite Arménie voisine, sur l'expansionnisme dans les républiques musulmanes de l'ex-URSS, sur le soutien sans faille ni scrupule à tous les potentats locaux.

La société turque elle-même, cette société musulmane qui pensait avoir, depuis un siècle, définitivement exorcisé les mauvais démons de l'islamisme radical, assistait, impuissante, apparemment résignée, ou peut-être sans y croire tout à fait, au détricotage lent mais méthodique de l'héritage kémaliste et de ses belles conquêtes de civilisation.

Et voilà qu'un projet immobilier, un simple quoique pharaonique projet immobilier, met le feu aux poudres et précipite une révolte qui couvait en secret mais n'avait trouvé ni les mots pour le dire ni le courage de s'affirmer.

Qui sont les manifestants de la place Taksim et ceux qui, dans les autres villes du pays, leur ont emboîté le pas ?

Des écologistes mobilisés pour sauver des arbres centenaires ?

Des laïques qui savent que leur ville abrite déjà quelques-unes des plus belles mosquées du monde et ne voient pas l'intérêt d'en construire une de plus sur ce haut lieu, non seulement de la contestation, mais du vivre-ensemble stambouliote ?

Des kémalistes épouvantés de voir cette mosquée, doublée d'un centre commercial reproduisant à l'identique une ancienne caserne ottomane, remplacer le Centre culturel Atatürk qui borde le parc Gezi et faisait leur fierté ?

Des Alevis considérant que baptiser le futur troisième pont sur le Bosphore du nom de Selim Ier, le sultan responsable des massacres qui les ont décimés il y a cinq siècles, est une provocation qui, s'ajoutant à tant d'autres vexations et stigmatisations, fait franchir le seuil de l'intolérable ?

Des démocrates qui, dans ce centre commercial et religieux projeté par un nouveau sultan en voie de poutinisation version ottomane, voient l'exacte image de l'affairisme à visage islamiste qui est au coeur de ce régime et en constitue la signature ?

Tout cela à la fois, bien sûr.

C'est comme un voile qui se déchire ou un masque qui tombe.

Lire la suite :http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/vers-un-printemps-turc-06-06-2013-1677129_69.php

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

lucie 10/06/2013 14:24


BHL ou la version philosophique de Rantanplan.


De trop nombreux intellectuels disent tout et n'importe quoi sur la Turquie. Sur France Culture, l'un d'eux a contredit une intellectuelle turque qui se plaignait de l'islamisation en rétorquant
que le problème de la Turquie, c'est " le conservatisme".


Il y a une marge entre conservatisme et islamisation de plus en plus immodérée.


Demander à BHL et ses pairs (et surtout impairs) de comprendre ce qui se passe réellement en Turquie, et surtout l'exprimer honnêtement, relève des travaux d'Hercule.


Comme BHL n'a rien d'Hercule :-), ne comptons surtout pas sur lui pour dire ce qui contribuerait à faire comprendre aux français que la Turquie d'ERDOGAN ne doit sous aucun prétexte rentrer dans
l'EUROPE.


Nous devons à ERDOGAN, cette  citation, qui a le mérite de la clarté (mais cela doit être trop clair pour être accessible à son cervelas...très las!)


"LA DEMOCRATIE, C'EST COMME L'AUTOBUS,


QUAND ON EST ARRIVES,


ON DESCEND".


 

Banro 09/06/2013 18:29


Lu sur Le Monde diplomatique :


La liste des bourdes et des calomnies de notre intellectuel de parodie est longue et ancienne. Il a pour distinction de s’être à peu près trompé sur tout. Soucieux
d’accomplir un travail de mémoire sur les impostures intellectuelles de BHL, Le Monde diplomatique a, il y a quelques années, regroupé et classé toutes ses calembredaines dans
un dossier très
détaillé.


Le 23 avril 2013, la 17e chambre correctionnelle de Paris a cessé de rire. Dans un arrêt juridiquement remarquable, elle a reconnu Bernard-Henri Lévy « complice du délit de diffamation
publique envers un particulier ». Et elle a estimé que Franz-Olivier Giesbert, qui avait publié le texte diffamatoire, s’était rendu, en qualité de directeur de la publication, «
coupable » du même délit de diffamation publique.

Pivoine 09/06/2013 16:32


en voie de poutinisation


Rien qu'à cette expression, Bernard-on-rit-de-lui prouve qu'il n'a rien compris !


Car Poutine est justement un rempart contre l'islamisation de la planète, il faudrait lui rappeler que lui au moins ne tient pas à aider les rebelles islamistes...


 

Banro 09/06/2013 14:28


Je ne comprends pas que ce "soi-disant philosophe" fasse encore parler de lui.


La liste des bourdes et des calomnies de notre intellectuel de parodie est longue et ancienne. Il a pour distinction de s’être à peu près trompé sur tout. Soucieux d’accomplir un travail de
mémoire sur les impostures intellectuelles de BHL, Le Monde diplomatique a, il y a quelques années, regroupé et classé toutes ses calembredaines dans un dossier très détaillé.


 


Le 23 avril 2013, la 17e chambre correctionnelle de Paris a cessé de rire. Dans un arrêt juridiquement remarquable, elle a reconnu Bernard-Henri Lévy « complice du délit de diffamation
publique envers un particulier ». Et elle a estimé que Franz-Olivier Giesbert, qui avait publié le texte diffamatoire, s’était rendu, en qualité de directeur de la publication, «
coupable » du même délit de diffamation publique.

mika 09/06/2013 12:00


Zemmour à BHL : « il faut-être cohérent »



https://www.youtube.com/watch?v=iUDg5osZG48