Histoire de France: les juifs en France depuis plus de 2000 ans.

Publié le 15 Février 2012

Signalé par le blog de Danilette.

Au moment où la France s’interroge sur son identité et son avenir, il faut rappeler que les Juifs font partie de son histoire. Une grande enquête d’Hamodia, dont voici le premier volet.

 

 

 

 

Éliézer de Beaugency : ce nom fait rêver. On imagine un seigneur du Moyen Âge, à l’armure rutilante. Ou peut-être même, pendant la guerre de Cent Ans, un compagnon du dauphin de Bourges, ce fils de Charles VI qui ne régnait plus que sur le centre et le midi de la France, avant que Jeanne d’Arc ne le fît sacrer roi de France à Reims, sous le nom de Charles VII, et ne lui permît ainsi de reconquérir peu à peu l’ensemble de ses États. Une comptine populaire, remontant à cette époque, ne dit-elle pas:

« Mes amis que reste-t-il
À ce dauphin si gentil ?
Orléans, Beaugency,
Notre-Dame de Cléry,
Vendôme, Vendôme… »

Seigneur, Éliézer de Beaugency le fut assurément : mais dans un autre ordre. C’était un Juif, un rabbin, un tossaphiste. Il vivait au XIIe siècle, en France du Nord : né à Beaugency, dans le Loiret actuel, il séjourna successivement dans plusieurs autres villes et bourgades. Comme Rachi, dont un petit-fils, le rav Chemouel ben Méїr, fut son maître, il excellait dans l’exégèse biblique. Comme Rachi, il traduisait souvent en langue d’oïl - le français archaïque parlé au nord de la Loire - les termes hébraïques les plus difficiles. 

On tend trop souvent à présenter les Juifs français du XXIe siècle comme des immigrés récents, venus d’Europe de l’Est, d’Afrique du Nord ou du Levant. Et à faire commencer leur histoire en 1789, avec la Révolution et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Rien de moins vrai. Les Juifs se sont enracinés en Gaule dès l’époque romaine, au 1er siècle de l’ère chrétienne.

Au IIIe siècle, ils ont constitué d’importantes communautés dans le Midi ou en Rhénanie. Au IVe siècle, ils sont solidement établis à Lutèce, la capitale de l’empereur Julien II. Quand Éliézer de Beaugency enseigne la Torah et rédige ses gloses, il a derrière lui plus d’un millénaire de judaïsme gallo-romain puis français. Un long Âge d’Or, où les Enfants d’Israël, considérés comme des « citoyens romains » et bénéficiant, dans le cadre du droit public hérité de Rome, d’un statut de « religion licite », se situent juste en dessous de la noblesse. Ce qui leur a assuré une prospérité aussi bien spirituelle que matérielle.

L’Atlas Etz-Hayyim, un ouvrage publié en 1978 à Jérusalem par le rav Raphaël Halpérin, retrace toutes les filiations familiales - de père en fils ou gendre - ou spirituelles - de maître à élève - des Richonim : les rabbins qui ont dirigé le peuple juif entre les Xe et XVe siècles.

Les pages consacrées à « Tsarfat », la France du Nord, et à « Prouvens », la Provence ou Occitanie, sont les plus denses du livre, éclipsant parfois « Séfarad », la péninsule ibérique. Nombreux, parmi les rabbins français et provençaux, sont ceux qui portent un nom de lieu, pour ne pas dire un nom à particule, comme Éliézer de Beaugency : signe du prestige qu’ils détenaient auprès de leur communauté, ainsi que du voisinage et des pouvoirs non-juifs, mais aussi de l’importance de leur yéchiva. De Samson ben Joseph de Falaise (Normandie) à Abraham ben David de Posquières (Languedoc), en passant par Moïse de Coucy (Île de France).

Mais derrière ces noms, derrière les ouvrages que ces maîtres ont laissés et les communautés qu’ils ont animées, il y a aussi, dans le sol et le paysage français, leurs traces matérielles, qu’une nouvelle discipline historique, « l’archéologie du judaïsme », veille à retrouver. Jusqu’au XIIIe siècle, les Juifs étaient propriétaires fonciers, tout comme les Chrétiens. D’où l’existence, à travers la France, de milliers de « Champs aux Juifs », « Prés aux Juifs », ou « Bois des Juifs ». Et en ville, de rues « des Juifs », « de la Juiverie », « de la Synagogue ». 

lire la suite

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 15/02/2012 14:39


 Les juifs ont fait prospérer le Pays, où ils se sont implantés!,Pas les arabes; eux ils en ont fait un désert!!

Epicure 15/02/2012 14:36


A ce sujet, je conseille à tous de lire les ouvrages de Bernard Blumenkranz:


Juifs et Chrétiens dans le monde occidental :430-1096/ chez Peeters-Louvain  


et " le Juif au miroir de l'art chrétien"


La génétique des populations confirme l'origine Locale pour sans doute une bonne moitié des Juifs d'Occident. En effet, présents en Italie et en Gaule et en Germanie au moins sur les Limes dès 50
ans avant JC (compagnons des expéditions commerciales des Phéniciens) et plus tard vers les 3e- 6e siècles, loin en Bavière et Bohème, les Juifs sont des missionnaires hyperactifs et
convertissent les païens qui seront ensuite avec ces mêmes Juifs, objets des missions apostoliques qui aboutiront à des Inter-Conversions  (double sens) qui vivront longtemps en relative
bonne intelligence. Les concurrences grandissantes aigriront le climat avec les changements sociaux économiques du moyen âge tardif et l'islam conquérant provoquera alors une crispation
chrétienne tous azimuts avec les croisades et leurs déferlements barbares dans une société encore violente et crédule.


Le désintérêt des Français et des chrétiens en général pour les Juifs et le Judaïsme (sauf pour les piller et les masscrer!) me parait d'autant plus curieux que l'intérêt et les conversions à
l'islam prennent une allure de déferlante!!!!!


Serait- ce que ce Judaïsme est trop chrétien pour eux....?


Les Catholiques par contre, effectuent un Retour aux Sources qui me parait passionnant et oecuménique..


 

marco 15/02/2012 13:39


Dommage qu'il n'était pas musulman,les muzz auraient été content et n'auraient pas manquer de nous le répéter....