Histoire: D’où vient le surnom « La gueuse » pour désigner la République ? Par Aetius

Publié le 10 Septembre 2014

Le surnom péjoratif n’apparut ni pendant la Révolution française, ni à la suite de la proclamation de la Deuxième République (1848). Il faut attendre les premières décennies de la Troisième pour voir le terme apparaître timidement. Ce serait à Paul de Cassagnac (1842-1904) que reviendrait la paternité de l’expression.

la gueuse

Issu d’une famille de notables bonapartistes, Paul de Cassagnac (ou Paul Granier de Cassagnac) fut député bonapartiste du Gers de 1876 à 1893, suivant son père Adolphe Granier de Cassagnac qui fut député impérialiste de ce département sous le Second Empire. Tenant en exécration la République, sans renier ses idées bonapartistes, il fut dans les années 1880 la figure de proue du mouvement solutionniste (« n’importe qui-quiste » pour ses détracteurs), acceptant n’importe quel régime ou prétendant du moment qu’il ne s’agit pas de la République. Dans ses discours à la Chambre puis articles dans son journal l’Autorité (dont le slogan est« Pour Dieu, pour la France »), il popularisa le surnom, repris ensuite par les royalistes et notamment l’Action française, la formule rencontrant un grand succès.

Il s’illustra également dans de nombreux duels (vingt-deux au total) dont il ne ressortit jamais blessé.

« L’Action française reprend à son compte le surnom injurieux de ‘la gueuse’ inventé par Paul de Cassagnac pour désigner la République. » – René Rémond, Les Droites en France, Paris, Aubier, 1954, p. 172.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoires des peuples

Commenter cet article

Pivoine 10/09/2014 19:37


Ironie de l'Histoire, avec cette cinquième république et les abus qu'elle a entraînés, comme ce président qui a presque tous les pouvoirs, puisqu'il décide de la politique à mener, et que les
ministres qui sont en désaccord "démissionnent ou ferment leur gueule" (cf Chevènement), ces élus de + en + nombreux et grassement payés avec tout un tas d'avantages, ces hauts fonctionnaires
nommés par le pouvoir, etc... on est revenu... à une monarchie et à l'Ancien Régime ! Seules les appellations ont changé, et dans ce sens, surtout avec les dérives que nous observons depuis des
décennies, on peut dire la Gueuse.