Hollande critique "Le Figaro" pour son entretien avec Al-Assad

Publié le 9 Septembre 2013

Le Président 28% des Français n'aiment pas la Liberté d'expression. Il aime les journalistes aux ordres de la bien pensance. Là, pas de chance pour ce journaliste qui tout comme beaucoup de Français pensait que faire son travail d'information était un minimum. Eric Zemmour dans la vidéo suivante nous explique avec son talent habituel le ridicule de notre Président 28% au dernier G20.

 

Le Monde.fr

Alors qu'il abordait la question syrienne lors d'une conférence de presse à l'issue du G20, François Hollande s'en est pris au journal Le Figaro, qui a publié lundi 2 septembre un entretien avec le président syrien, Bachar Al-Assad, dans lequel ce dernier promettait de s'en prendre aux "intérêts de la France" en cas d'attaque étrangère.

 

"On ne remerciera jamais assez Le Figaro pour son sens civique, d'avoir permis à l'opinion française d'être éclairée par l'interview de ce dictateur. Maintenant, nous savons qu'il veut liquider son opposition", a ironisé le président devant les journalistes.

La publication de cet entretien réalisé par le journaliste Georges Malbrunot à Damas avait été accueillie par des grincements de dents à l'Elysée, plusieurs proches du président ayant déjà fait savoir leur irritation.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

island girl 11/09/2013 17:16


Ce petit bonhomme qui est a l'élysée grace à son énorme HYPOCRISIE ne fait plus le poids devant la réalité,le monde entier se moque de lui  ....il est en phase terminale et ce n'est pas ses
soubresauts devant  une interview du figaro qui le grandira ... 

Pivoine 10/09/2013 12:04


Lorsque la vérité éclatera, hollandouille et fabius se retrouveront comme des c* !

Marie-claire Muller 09/09/2013 19:02


L'enseignant belge Pierre Piccinin da Prata, kidnappé en Syrie au mois d'avril et libéré ce dimanche, a accordé une interview à RTL-TVI ce lundi matin. Il a indiqué que le gaz sarin avait été
utilisé par les rebelles, et non par le régime syrien.