Hollande et le non-cumul des mandats - par Lucie Clavijo

Publié le 12 Février 2013

Un nouvel article d'une nouvelle contributrice à Puteaux-Libre!

Bienvenue Lucie Clavijo

                        Ou de l’arrière-pensée élevée au rang d’un art.

Une France lasse et anesthésiée par 5 ans de déblatérations cacophoniques contre Sarkozy, se retrouva par un matin de mai 2012 à élire par erreur un président, qui eut l’honnêteté de reconnaître que sa seule compétence se résumait à une insipide ‘normalité’.

Car voter contre Sarkozy, n’était pas et ne sera jamais un vote d’adhésion, même démocratique, pour Hollande. Mais le mal est fait et nous n’avons pas fini d’en subir les conséquences.

Ceci dit, il faudra qu’un jour le citoyen et le peuple, se posent la question de savoir en quoi la normalité serait un impératif pour vivifier une bonne gouvernance ou, mieux insuffler l’esprit et la vision dans le politique. De Gaulle, Garibaldi, Bolivar, Roosevelt, Jefferson, Gandhi, Mandela et tant d’autres furent de grands politiques avec leurs lots d’échecs et de réussites. Mais aucun n’eut jamais besoin de se prévaloir de la normalité pour faire avancer un rêve, ou un projet de société. C’étaient de grands hommes….

La normalité nous ramène à la ‘norme’,  et ses relents d’un égalitarisme qui sert souvent de socle aux totalitarismes ; et ceci  n’a rien à voir avec le principe d’Egalité républicaine qui brille au fronton de nos mairies.

Cette normalité évoque plutôt la fétidité totalitaire des sociétés communistes, où il importait tellement d’être ‘normal’, afin que nul ne puisse vous soupçonner de la moindre créativité, de la plus petite idée susceptible de remettre en question l’ordre voulu par le sacro-saint ‘Parti’.

On peut être d’accord avec cette vision politique passéiste, et nous reconnaissons ce droit à chacun, au nom de cette Liberté qui est aussi inscrite au fronton de la République.

Néanmoins, au nom de cette  même Liberté, dont on ne comprend souvent la valeur que quand on la perd, nous nous permettrons de poser quelques questions, sans prétendre détenir la réponse.

Le cursus d’énarque de Hollande  autorise qu’on lui accorde un minimum d’intelligence politique, ce dont il a su user à bon escient, en ce qui le concerne, puisqu’il a survécu à toutes les guerres internes du PS, finissant par avoir la peau de ses rivaux de tous sexes, et s’élevant au pinacle de la République à partir de subtiles manipulations que n’eut pas renié un Machiavel.

Ceci nous amène à nous interroger : quelle impérieuse  nécessité incite Hollande à se mettre à dos maints élus de son propre parti en voulant leur ôter les juteux bénéfices du cumul des mandats ? Hollande se tirerait-il ainsi une balle dans le pied sans avoir mûri un peu le fond du problème ? On peut en douter. Hollande, même si son gouvernement démontre chaque jour davantage à quel point il est déconnecté de la réalité et des attentes du bon peuple de France, est suffisamment attentif et habile pour suivre les mouvements profonds de la société. Sinon il ne serait pas arrivé là où il est.

Il n’a pas besoin des médias de gauche qui dissimulent et nient la vérité de notre nation, avec de plus en plus de difficulté (reconnaissons-le), pour connaître la vérité. Et le fait d’avoir désormais directement accès aux dossiers des services de renseignements, lui confirme les mouvements de fond qui agitent notre pays. Et même s’il eut voulu les ignorer, le flot de  drapeaux étrangers brandis le soir du 6 mai 2012, aurait été là pour nous le rappeler à tous.

Hollande sait que son parti risque de perdre les élections à venir et qu’il vaut mieux donner l’impression au peuple que le Président suit avec respect la légitime volonté des citoyens qui aspirent à voir enfin nettoyés les écuries d’Augias du cumul. Le citoyen écoeuré voit des politicards patentés finir leur carrière, ventrus et repus derrière la bonne table du Sénat, ou dans les méandres glauques de Bruxelles, avec des retraites aussi excessives qu’injustifiées. Le peuple, qui serre la ceinture chaque jour davantage, va pouvoir rêver que la société devient plus juste grâce à Hollande. Il y en aura bien quelques uns pour glisser le bon bulletin en guise de remerciement.

De plus, Hollande croit sans doute qu’en dispersant le pouvoir entre les mains de myriades d’illustres inconnus locaux, issus généralement des milieux associatifs et de celui des petits notables, il gardera de toute façon le pouvoir avec le PS. Car tous ces ‘petits’ poissons auront quand même besoin d’un bon gros requin socialiste quand il faudra obtenir LA subvention indispensable, etc…. Donc ils devront choisir leur camp et vite.

Et puis, tous ces petits poissons locaux, ne viendront pas bousculer les partis politiques d’envergure avant un bon moment : ils seront bien trop occupés et centrés sur le local. Donc, il est improbable  qu’ils développent une envergure nationale.

Résultat : peu de risque qu’ils viennent faire de l’ombre sur le marigot politique parisien, là, où jusqu’à preuve du contraire, se jouent encore les tristes mascarades du pouvoir….

Hollande en bon cuisinier politique est convaincu de la valeurs des vieilles recettes : diviser encore plus le pouvoir en-bas, pour régner plus longtemps, en haut.

Sans oublier que des minorités auront désormais des représentants éligibles dans certaines communes. Hollande espère sans doute la reconnaissance du ventre de la part de gens qui grâce à lui, et comme en Belgique, ne se présenteront certainement pas pour demander plus de démocratie et de mise en œuvre des valeurs républicaines. Rappelons-lui à l’occasion des prochaines élections que les vrais démocrates sont là pour prendre soin des valeurs républicaines. Et préoccupons nous plutôt des programmes communautaristes et anti-républicains qui seront bientôt mis sur la place publique.

C’est là où nous voyons les limites de toute intelligence formatée par l’énarchie : une bonne idée avec de mauvaises arrières pensées, peut produire plus de mal que de bien.

Et comme Erdogan, le Premier Ministre de la Turquie, l’a formulé si effrontément :

« La Démocratie, c’est comme le bus, quand on est arrivés, on descend ».

C’est avec les raisonnements égocentrés et mesquins de nos partis, que ce genre de slogan révulsif finit par devenir une réalité, en laissant des partis anti-démocratiques accéder aux marches du pouvoir.

Et si vraiment nos énarques  zélés veulent assainir la gouvernance de la France, qu’ils n’oublient pas  de produire au passage  une belle et bonne loi, qui empêcherait le cumul des postes dans les Conseils d’administrations des sociétés et des banques. Quelques poignées de nantis insoucieux de la sécurité économique du citoyen et de la nation se partagent depuis trop longtemps ce juteux gâteau, dont dépendent tant de vies, brisées par une mauvaise gestion économique. Ces conseils d’administrations oeuvrent dans les seuls intérêts de la finance.

Et une économie déliquescente déstabilise suffisamment la société, pour que certains croient trouver la solution de sécurité dans des idéologies totalitaires. Souvenons-nous pourquoi et comment  Hitler est arrivé au pouvoir !

Bien des gens vont chercher une illusion de sécurité dans une religion qui est fondée sur l’oppression. Et qui de surcroît, pour enfoncer le clou, s’est auto-formulée sur le principe de la soumission de ses fidèles. Il existe des pièges où l’on entre plus facilement que l’on en ressort.

Donc, la sarabande des copains et des coquins ne doit pas être interrompue que  dans les couloirs de la politique ; il y a autant de nettoyage à faire, si ce n’est plus, dans les repaires des puissances de l’argent, là où la vie d’un travailleur vaut moins qu’une action boursière.

Soyons curieux de voir comment seront assainies les mœurs politiques de la France, par ceux dont toute la carrière dans ce domaine est fondée sur « l’entourloupinade et le pipeauting » élevés eux aussi au rang d’un art.

A bon électeur, salut !

                                                    Lucie Clavijo

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Lucie Clavijo

Commenter cet article

Lapinar 13/02/2013 15:28


D'acord Mika.


Je ne suis pa du tout contre le cumul des mandats, au contraire mais à la condition que chaque élu ne perçoive qu'une rémunération correspondant à un de ses mandats.


Je vais même plus loin. Puisque tous ces élus de gauche, de droite, du centre et autres lieux se gargarisent de leur souci unique du bien public, il faudrait les rémunérer au même niveau
pécuniaire qu'ils avaient avant leur première élection, avec bien sûr le réglement des frais "professionnels" inhérents à leur fonction mais dûment contrôlés sur le fond et la forme. Si''ils ont
vraiment la vocation de travailler pour le bien public, on verra si les candidatures sont aussi nombreuses.En outre il y a bien trop d'élus à tous les niveaux, nationaux, régionaux et
départementaux, etc.

mika 12/02/2013 15:08



CUMUL DES MANDATS : HOAX


Le régime en vigueur interdit déjà le cumul de 2 Mandats Nationaux


-  d’1 National à celui du Parlement Européen,


-          ‘’          à certains Locaux ou Territoriaux


-          ‘’          à plusieurs Territoriaux. 


Qu’en est-il des principaux pays d’Europe ? (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Pays-Bas, Angleterre, Portugal)


Leurs pouvoirs publics sont autrement organisés ce qui a rendu difficile l’étude comparative menée par le sénat en 02/2012 mais il
ressort de son rapport


- que 20 % de leurs élus sont des cumulards


- qu’en France, 84% des députés et 72% des sénateurs exercent 1 deuxième mandat.


Hollande sait que les français sont surtout hostiles au CUMUL des INDEMNITES plus qu’a celui des mandats et comme c’est un homme de
compromis, il saura le trouver.


Ses intimes disent qu’il croit en sa Baraka. Et c'est vrai que l'homme a de la chance. Ne doit-il doit pas son élection à la
« Divine Providence »...ou à "son envoyée" Nafissatou Diallo !

L'EN SAIGNANT 12/02/2013 10:48


Même les FOUS se trouvent "NORMAUX" .!

raymond 12/02/2013 09:21


voila une bonne recrue  que Lucie Clavejo une super analyse des degeneres ,mis en place pour continuer l'alternative habituelle,gouvernement forme par un type ayant autant de charisme qu'une
huitre,nous enfumant avec une gueguerre dont on ne connait pas l'issuesauf de se faire passer pour un guerrier,mariage gays qui ne demandaient rien,l'enseignement ou va bientot obliger nos
enfants a parler l'arabe,parce que nos immigresne veulent pas de notre langue,mais rassurons nous des allocs ils en veulent,meme nos ministres ont une haine de notre pays et des
Francais.J'observe avec inquietude ,un CHEF,un grand qui saura remettre notre belle France a sa place,le phare du monde,sortir de ce merdier qu'est l'europe,sortir de l'otan,mais je suis comme
soeur Anne je ne vois rien venir,que des imbecilites de plus en plus enormes et notre pays se delabrer alors que ses salauds se gavent sur le dos des Francais

Pouf 12/02/2013 08:53


... et si Tocard 1er n'était tout bonnement que très cohérent ??? à savoir qu'il n'aime pas les Riches ! Or qui est plus riche qu'un bon sénateur-maire-président de communauté-membre de conseils
d'administration- et ....comme au confessionnal...tous ceux que j'oublie...