Hollande et sa clique répriment les patriotes et bichonnent les islamo-racailles Par Cyrano

Publié le 29 Juillet 2013

Tirée du film « La Chute », montrant les derniers jour d’Hitler dans son bunker, cette parodie désopilante évoque la panique du gouvernement Hollande-Hitler devant les vidéos de « La Blonde de youtube », qui, selon les humoristes, réveilleraient les Français, face au péril immigrationniste et islamiste. Les dialogues sont vraiment savoureux.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8zZn5FxgBFo

Par Cyrano pour Riposte-Laïque

Bien évidemment, nous ne considérons pas que les membres de ce gouvernement soit des apologistes du IIIe Reich. Nous savons qu’il est plus facile en France de contester Hollande – qui après avoir confondu le Japon et la Chine, l’Egypte et la Tunisie, vient d’inventer un nouveau pays, la Macédonie – que de critiquer Adolf Hitler ou Joseph Staline quand ils tenaient leur pays d’une main de fer.

Pour autant, ce gouvernement, en place depuis plus d’un an, envoie de bien mauvais signaux, qui le font se rapprocher dangereusement d’un modèle totalitaire.

On remarque, comme pour donner raison au journaliste du Nouvel Observateur Hervé Algalarrondo, auteur du livre « La gauche et la préférence immigrée », que ce gouvernement paraît préférer réprimer, avec une sévérité extrême, tout ce qui s’apparente à une résistance patriotique, tout en faisant preuve d’une tolérance souvent révoltante vis-à-vis de toute émeute fomentée le plus souvent, sur notre territoire, par les soldats d’Allah.

RI7Taubira Valls dictateursAinsi, nous venons d’assister à ce spectacle extraordinaire, qui fait honte à notre justice : pendant 9 heures (pas étonnant que les tribunaux soient encombrés), dix-neuf jeunes garçons de Génération Identitaire sont passés devant la 12e chambre correctionnelle, et ont été condamnés, pour nombre d’entre eux, à des amendes et à des frais de justice à payer au Parti socialiste. La plainte du PS, déposée par son secrétaire, Jean-Philippe Désir, surnommé Rantanplan, (Alias Harlem ndlr Gérard Brazon)  est d’autant plus crapuleuse que des locaux ou des mairies socialistes sont fréquemment envahis par des associations de clandestins, ou de musulmans réclament leur mosquée, sans que jamais le moindre plainte n’ait été déposée. Faut-il rappeler que les jeunes militants de Génération Identitaire n’ont absolument rien vandalisé, se sont contentés de monter avec une échelle sur une terrasse et de déployer une banderole demandant la démission d’Hollande ?

Cela nous rappelle le lynchage médiatique qu’ils avaient subi quand, à Poitiers, soixante dix d’entre eux étaient, pacifiquement, montés sur le toit d’une mosquée en construction. Longue garde-à-vue de 96 heures pour quatre d’entre eux, et contrôle judiciaire leur interdisant de sortir du département.

Bien évidemment, comment ne pas évoquer les cinq dissolutions que vient de prononcer Manuel Valls, contre des groupuscules classés à l’extrême droite qui ne menaçaient en rien l’ordre public. Même l’avocat, classé à gauche, Nicolas Gardères, s’offusque, dans une interview accordée à Guy Sauvage, de la dérive anti-démocratique de telles décisions de justice. Faut-il se souvenir que l’apprenti franquiste Manuel Valls avait menacé de dissoudre également les Identitaires et le Printemps français ?

http://www.youtube.com/watch?v=TC09bkNzhRs

Comment ne pas remarquer que deux jeunes, Esteban et Samuel, sont toujours emprisonnés, depuis de longues semaines à présent, coupables de ne pas s’être laisser massacrer par des nervis se prétendant antifas, dont Méric, et de s’être défendus. Les faits sont pourtant connus, grâce à une vidéo de la RATP, ils étaient agressés, et se sont légitimement défendus.

C’est dans ce contexte qu’un véritable harcèlement judiciaire s’abat sur les patriotes.

- Marine Le Pen, qui inquiète bien davantage le pouvoir que le pantin Mélenchon, a vu levée son immunité parlementaire, suite à une demande de la haineuse Taubira et d’une plainte du Mrap et de la LDH.

- Ivan Rioufol, journaliste iconoclaste, se voit poursuivi devant les tribunaux par le CCIF, pour avoir osé contester la campagne médiatique contre l’islamophobie de cette association, par ailleurs financée par le milliardaire Georges Soros.

- Le 25 septembre prochain, Pascal Hilout et Pierre Cassen, coupables d’alerter nos compatriotes sur l’islamisation du pays, passeront devant la Cour d’Appel de Paris, poursuivis par toute la meute antiraciste et l’inévitable CCIF.

- Le 11 février 2014, Renaud Camus et Jacques Philarchein découvriront la 17e chambre correctionnelle, suite aux propos tenus lors des Assises internationales sur l’islamisation de nos pays, qui n’ont pas plu au Mrap.

- Christine Tasin est menacée de pas moins de quatre procès, et Caroline Alamachère de deux.

- Le curieux syndicaliste de la RATP, Mourad Ghazli, a déposé quatre plaintes contre des contributeurs de Riposte Laïque, sans doute a-t-il obtenu un prix de gros.

- Pierre Sautarel, considéré par les autorités comme l’animateur du site Fdesouche, vient d’être mis deux fois en examen.

- Des rumeurs nous informent qu’un maire, irrité d’avoir été épinglé comme lèche-babouche de la semaine, aurait, le 17 juin dernier, obtenu de son conseil municipal les financements pour déposer plainte contre Riposte Laïque.

Une certaine presse, que nous appelons la collabosphère, n’est pas en reste pour appeler à la répression.

- Ainsi, dans Le Monde, un obscur historien, Nicolas Lebourg, réclame-t-il, outre la dissolution de Riposte Laïque et celle de Résistance républicaine, des peines planchers pour ses animateurs, et la déchéance de leurs droits civiques.

- Ainsi, dans Le Nouvel Observateur, un autre obscur bobo, Guillaume Weill-Raynal (frère jumeau du courageux journaliste du Figaro) appelle-t-il les associations dites antiracistes et Taubira elle-même à déposer plainte contre Christine Tasin et Robert Ménard, suite à un article de la première publié sur Boulevard Voltaire.

Au-delà de ces tourments judiciaires, qui rappellent réellement les méthodes de pays totalitaires voulant briser toute opposition, on remarque également de bien curieuses attitudes de certains pas de l’appareil d’Etat, notamment la police et la justice.

- On a vu, ces derniers temps, des militants de Réseau Identité, accompagnant Richard Roudier, convoqué au commissariat pour répondre de l’accusation de vandalisation d’un local socialiste (Richard n’avait qu’à être clandestin, il n’aurait pas eu d’ennuis), se faire littéralement agresser par des policiers nationaux et municipaux qui avaient envie de « se les faire ».

- On a vu, au-delà du cas de Nicolas, qui a tout de même fait 3 semaines de prison, des paisibles manifestants de La Manif Pour Tous se faire gazer et embarquer dans de longues gardes à vue, souvent totalement illégales.

- On a vu le conseiller régional Julien Sanchez se faire insulter par un procureur de la République, et condamner pour un commentaire sur sa page Facebook !

Mais cela va beaucoup plus loin. Ce gouvernement, et son appareil d’Etat, paraissent décider à briser dans l’œuf tout ce qui s’apparente à un sursaut patriotique des Français.

Nous voyons ainsi la police des polices lancer une enquête, non pas contre les racailles de Trappes, mais, suite aux émeutes survenues, contre un site de policiers suspectés d’avoir proféré des propos racistes.

Nous voyons cette même police des polices harceler des gardiens de la paix qui, dans des circonstances difficiles, sont parfois amenés à se défendre, y compris à rendre des coups. Dans le même temps, des juges du syndicat de la Magistrature, au laxisme criminel, n’ont jamais le moindre compte à rendre. On a l’impression qu’on guette la bavure policière, et qu’on continue à désarmer nos meilleurs policiers, ceux qui croient encore à l’ordre républicain. Le pouvoir paraît vouloir les transformer en punching-ball, juste bons à se faire insulter, cracher dessus, tirer dessus, foncer dessus, et condamnés à baisser la tête.

Faut-il rappeler pourtant une évidence : la police, mais aussi l’armée demeurent les derniers remparts de la France, face à la guerre qui nous est déclarée sur notre propre territoire. Imaginez notre pays sans ces deux piliers de la République, livré aux hordes barbares du Trocadéro, du RER D, de Brétigny ou de Trappes ?

Nous venons d’apprendre que, dans le Loiret, un homme a été condamné à deux ans de prison, dont 6 mois fermes, pour avoir insulté trois femmes voilées, et agressé physiquement l’une d’entre elles.

Une sévérité qui nous rappelle celle qu’avaient connu William et Monique, à Aigues-Mortes : 4 ans et 2 ans de prison fermes, en comparution immédiate, pour avoir tiré en l’air, sans blesser personne, sur des jeunes qui les avaient importunés, pendant le ramadan.

Il n’est pas question, dans ces colonnes, de défendre de tels actes, qui méritent une sanction. Malgré tout, quand on lit « France Orange Mécanique » de Laurent Obertone, et qu’on découvre la tolérance de magistrats, vis-à-vis de jeunes racailles qui peuvent se permettre, en toute impunité, de commettre des dizaines de délits, souvent violents, sans jamais aller en prison, ni avoir la moindre amende, on ne peut que s’interroger. Derrière ces jugements, n’y aurait-il pas une volonté politique de réprimer tous nos compatriotes qui osent relever la tête, tout en continuant à couvrir les agressions des racailles islamisées à l’encontre de la France, de ses habitants et de ses symboles ?

Il faut appeler un chat un chat. Tout cela n’est pas le fruit du hasard, mais d’un plan savamment concerté. La France doit disparaître, sa population d’origine également, et les socialistes veulent accélérer les choses.

Pour concrétiser ce projet, ce gouvernement dispose d’une police politique à la solde de Valls et d’une justice politique, style « Mur des Cons », à la solde de Taubira.

Sinon, comment expliquer l’impunité des Femen et d’Act Up, et l’acharnement contre les Identitaires ?

Comment comprendre la dissolution de quatre groupuscules et d’une association classées à l’extrême droite, et l’impunité totale des gauchistes ?

MANIF 14 SEPTEMBRE - libertépourestebanCela ne peut pas durer, nous ne pouvons pas continuer à accepter passivement ce deux poids deux mesures, et cette chasse aux patriotes.

C’est pourquoi notre journal appelle tous ses lecteurs à bloquer le samedi 14 septembre, et à défiler, dans les rues de Paris, à l’appel du Collectif pour la Défense des Libertés Publiques.

Il en va de la défense de notre liberté d’expression, mais aussi de notre pays, face aux apprentis dictateurs qui veulent en finir avec notre France, et ceux qui osent encore la défendre.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Marie-claire Muller 29/07/2013 21:59


Manif pour tous : Un CRS dénonce des ordres de « fous furieux »












Ahmed Moualek

On 27 juillet 2013





De plus en plus de policiers, CRS, Gendarmes prennent conscience que quelque chose ne tourne pas rond. J’ai moi-même souvent parler avec des policiers
également des hauts responsables de la police et militaire qui en OFF n’en peuvent plus d’être les esclave d’un système injuste qui opprime un peu plus chaque jour le peuple dont ils font partie.
J’ai en souvenir une parole d’un policier qui me disait : « au moment venu ne t’inquiète pas chacun sera choisir son camps l’essentiel est de ne pas se tromper de camps » ses
paroles raisonnent encore dans ma tête …



Manif pour tous : Un CRS dénonce des ordres de « fous furieux »


Faisant partie des forces de l’ordre, je ne peux malheureusement pas trop m’épancher publiquement sur vos sites. Chez nous il y a régulièrement des chasses aux sorcières, notamment en ce moment
avec le mouvement du Printemps Français, auquel de nombreux collègues adhèrent, ou du moins partagent l’essentiel des idées.


Je vous confirme la plupart des témoignages qui sont mis en exergue sur vos blogs concernant la répression des manifestants, ou simple sympathisants. Avec mon unité nous avons régulièrement
participé aux services d’ordre mis en place sur Paris pour les manifestations.
Outre la minimisation systématique du nombre de participants, j’ai assisté à de nombreuses aberrations, la liste serait trop longue à écrire. Mais lors de la semaine précédent la manif du 26 mai,
plusieurs fois ils nous a été demandé de « provoquer » les manifestants afin de procéder à leurs interpellations… Première fois en quelques années de CRS que j’entends un tel ordre,
inique, sur nos fréquences radio.


Mais le plus inquiétant est la panique totale qui touche nos « chefs », commissaires et autres directeurs, qui sont dépassés et débordés par un mouvement d’une telle ampleur. Les unités
spécialisées dans le maintien de l’ordre sont tenues à l’écart des situations chaudes, les unités locales (jeunes et inexpérimentées) sont quant à elles systématiquement utilisées pour
« casser » du manifestant.


Une anecdote particulièrement parlante : un soir de semaine [il y a peu], nous avions reçu l’ordre en fin de soirée, d’évacuer des membres du Printemps Français qui manifestaient devant
l’Assemblée Nationale.


Alors que nous procédions à la dite évacuation de façon calme et pacifique, un très haut gradé fou furieux nous a tancés, estimant que nous étions trop mous, et conciliants avec les
« fauteurs de troubles », finalement nous avons été relevés sur la mission par une compagnie d’intervention parisienne qui n’a pas hésité à gazer et tabasser les manifestants dans le
métro… pendant que nous étions cantonnés (punis) à garder une rue perpendiculaire à l’assemblée en pleine nuit…


Nous nous posons de nombreuses questions entre nous, la plupart de mes collègues (ce qui m’a d’ailleurs fortement étonné je vous l’accorde) sont conscients que cela ne pourra pas durer bien
longtemps, nous serons amenés à faire des choix dans les années, voir les mois à venir. J’ose espérer que nous ferons les bons, j’en suis de plus en plus persuadé.


 


https://www.facebook.com/wan.ted.7792052?hc_location=stream

Pivoine 29/07/2013 21:06


Cette politique menée depuis + de 40 ans n'est pas due à l'incompétence, ou à la lâcheté.


D'abord on fait venir des populations qui, de par leur religion, auront du mal à s'intégrer; ensuite on les encourage à se reproduire comme des lapins; puis on les pousse à détester les Français,
qu'on lèse à leur profit, etc, etc...


Tout ça dans le but de provoquer une guerre civile.


Et comme les choses ne vont pas assez vite, depuis un an, sur ordre de Bruxelles très probablement, nos dirigeants accélèrent la décomposition du pays et font tout pour monter les
Français contre les étrangers, et vice versa.


De leur côté, les musulmans, avec à leur tête les imams, multiplient leurs provocations, et exactions, car eux aussi poursuivent un but, différet de celui des politiques.


Le compte à rebours a commencé !