HOLLANDE, LE CAUCHEMAR QUI VIENT par Guy Millière

Publié le 8 Février 2012

 De tous les reproches que je pourrais ad­resser à Nicolas Sar­kozy, le pire serait que, par ses erreurs et ses errances, il a conduit le pays dans la situation présente. Celle où il devient de plus en plus difficile de ne pas voir ce qui se profile sur l’horizon : l’élection de François Hollande à la présidence de la République, suivie par l’arrivée d’une majorité de gauche à l’Assemblée Nationale.Comme me le faisait remarquer récemment un ami, cela ferait que la gauche en France disposerait de tous les pouvoirs, puisqu’elle contrôle la plupart des grandes villes, l’ensemble des régions, le Sénat, les grands médias, et le secteur de l’enseignement et de la culture.On ne peut en déduire hâtivement qu’il en résulterait une situation irréversible. On peut cependant dire, au moins, que la situation deviendrait difficilement réversible.Nous passerions d’un déclin en pente relativement douce à un déclin en pente plus accélérée.D’ores et déjà, la France compte sept millions de personnes vivant dans la grande pauvreté, trois millions de chômeurs, un million et demi de bénéficiaires du revenu dit de « solidarité active ». D’ores et déjà, un Français sur deux ne paie aucun impôt sur le revenu, et plus d’un Français sur deux reçoit des allocations diverses payées par les autres. Mais la situation s’aggraverait. François Hollande prévoit la création de 65 000 postes de fonctionnaires supplémentaires, quand bien même il énonce en parallèle que le nombre total de fonctionnaires n’augmentera pas. Et l’essentiel des postes créés, a-t-il ajouté, le seront dans l’éducation, donc dans la formation des esprits.

 

François Hollande prévoit d’accroître la progressivité des impôts, ce qui détruira davantage l’épargne, et d’augmenter les impôts sur les grandes entreprises, ce qui accélérera les délocalisations. Il prévoit d’accentuer le dirigisme économique en mettant en place une « banque d’investissement » gouvernementale pour les PME. Ce qui signifie que des bureaucrates décideront davantage encore de ce que doivent être les investissements. Il prévoit la création de 150 000 emplois « subventionnés » pour les jeunes, ce qui accoutumera ceux-ci, dès la fin de leur parcours scolaire, à dépendre de l’État.

 

Aux fins de détruire un peu plus la famille, il entend légaliser le mariage homosexuel et l’adoption par deux parents du même sexe, ce qui débouchera sans doute sur l’irruption de manuels scolaires dès la maternelle qui ressembleront à ceux qu’on trouve dans des États américains déliquescents, tels que la Californie : « Thomas a deux papas » (la question subsidiaire qui ne figure pas dans le livre : lequel des deux est sa tante ?). François Hollande promet aussi de donner le droit de vote au niveau local aux étrangers non européens, et seuls ceux qui ignorent le fonctionnement de la pyramide politique, qui fait qu’un maire peut devenir sénateur ou député, penseront que le sommet de la pyramide ne sera pas concerné.

 

Par rapport au programme délirant présenté par le Parti socialiste voici quelques mois, le programme de François Hollande peut sembler modéré, raisonnable. Hollande lui-même peut paraître porteur d’une bonhomie rassurante. Mais on ne peut ignorer quelle cohorte se profile derrière lui : Martine Aubry, Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon, disciple de Chavez. On ne peut ignorer que les Verts demanderont quelques postes. Imaginez Éva Joly et Cécile Duflot au gouvernement…

 

L’analphabétisme économique qui règne en France est déjà effrayant. Je n’ose imaginer ce qu’il pourrait devenir. La pensée libérale est déjà en état de dissidence : je crains qu’elle disparaisse complètement et ne subsiste qu’à l’état de traces.Les relations internationales ? Attendez-vous à ce que les actions du monde islamique soient en hausse.Un sursaut ultérieur ? En cas d’élection de François Hollande, l’UMP explosera sans doute, ce qui ne sera pas nécessairement une mauvaise chose. Mais, pour qu’un sursaut existe, il faut qu’il y ait une alternative. Nous allons vers les décombres. Rebâtir prendrait du temps. Et le temps manque cruellement lorsqu’on est aussi près du précipice…

 

Guy Millière

 

Article publié dans Les 4 vérités Hebdo. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DUCASDETOUT 08/02/2012 16:20


Sans commentaire. Il suffit à la France de faire un pas en avant.